Cédric Herrou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cédric Herrou
Image dans Infobox.
Cédric Herrou en 2019
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (41 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Aide aux migrants
Autres informations
Distinction
Médaille de la ville de Grenoble (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Cédric Herrou, né le [réf. souhaitée] à Nice (Alpes-Maritimes), est un agriculteur français (production de volailles et d'olives), actif dans l'aide aux étrangers en situation irrégulière.

Il acquiert une notoriété médiatique en France et à l'étranger après son arrestation en 2016 pour avoir aidé plus de 150 migrants au passage à la frontière franco-italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cédric Herrou, agriculteur professionnel, cultive des oliviers et élève de la volaille dans la région de Breil-sur-Roya[1],[2],[3],[4]. En 2015, Herrou commence régulièrement à traverser la frontière franco-italienne près de sa ferme pour offrir de l'aide aux migrants souhaitant entrer en France[5]. Il est arrêté plusieurs fois pour cela. Au quotidien Libération, il affirme voter « soit vert, soit extrême gauche et même socialiste »[6].

Arrestations et poursuites[modifier | modifier le code]

En août 2016, Herrou est arrêté alors qu'il transporte huit migrants dans son van à travers la frontière[7]. Après avoir conclu que ses intentions sont humanitaires, le procureur de Nice refuse de porter des accusations.

Le , Herrou est de nouveau arrêté après que lui et trois autres militants ont occupé l'ancienne gare SNCF de Saint-Dalmas-de-Tende, près de Tende : il aidait une cinquantaine de migrants, principalement originaires d'Érythrée et du Soudan, pour les loger dans la gare désaffectée[8],[9],[10]. Le procureur requiert huit mois de prison avec sursis[11],[12]. Le , un tribunal de première instance de Nice condamne Herrou pour avoir aidé des arrivées illégales à une amende de 3 000 , mais le relaxe pour l'aide au séjour et à la circulation d'étrangers en situation irrégulière[13],[14]. Le parquet fait appel devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence. Le , la cour d'appel d'Aix-en-Provence condamne l'agriculteur à quatre mois de prison avec sursis pour avoir aidé quelque deux cents migrants à traverser la frontière italienne[15] et à 1 000  de dommages et intérêts pour occupation illicite d'un bâtiment de la SNCF[16]. Après sa condamnation, il dénonce « un racisme d'État », la justice suivant selon lui « une politique d'extrême droite »[17].

Le , Herrou est placé en garde à vue par la police locale, avec son frère et une autre personne, pour avoir aidé trois migrants érythréens dans la traversée de la frontière en France[18],[19]. Ils sont libérés le , sans que des accusations soient déposées.

Le , Michel Forst, Rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l'homme, Elina Steinerte, vice-présidente du Groupe de travail sur la détention arbitraire, François Crépeau, Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'homme des migrants et Maud de Boer-Buquicchio, Rapporteuse spéciale des Nations unies sur la vente et l’exploitation sexuelle d’enfants, font état des allégations de harcèlement juridique et des pressions administratives exercées à l'encontre de Cédric Herrou et demandent au gouvernement français d'éclaircir la situation[20].

Le 2017, une information judiciaire pour « aide à l'entrée et à la circulation d'étrangers en situation irrégulière » est ouverte par le parquet de Grasse à l'encontre de Cédric Herrou sans que le juge d'instruction ne le place en détention[21],[22]. Il avait été interpellé en gare de Cannes le puis placé en garde à vue alors qu'il accompagnait 156 demandeurs d'asile en direction de Marseille[23].

Il est condamné à une amende en première instance à Nice au début de 2017, puis à quatre mois de prison avec sursis, en appel, à Aix-en-Provence le [24].

le 12 septembre 2017, Cédric Herrou est arrêté et mis en garde à vue pour une durée de 32 heures après qu'il a livré un passeur éthiopien à la gendarmerie ; ce jeune Éthiopien, qui avait été condamné à 8 mois de prison le 31 juillet, ayant porté plainte pour « violences aggravées et séquestration »[25].

Il saisit le Conseil constitutionnel avec deux questions prioritaires de constitutionnalité, ce qui conduit le à la consécration du principe constitutionnel de fraternité et de la liberté d'aider autrui dans un but humanitaire[26]. Transposant cette décision, le Parlement assouplit la loi visant à réprimer l'aide à l'entrée et au séjour irréguliers d'étrangers, mais celle-ci reste sanctionnée[27]. Le , la Cour de cassation annule partiellement l'arrêt de la cour d'appel d'Aix-en-Provence du [28].

L'agriculteur comparait à nouveau en appel à Lyon. Les juges s'appuient sur le nouveau Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, qui élargit les exemptions pénales à destination des personnes venant en aide aux migrants dans un but exclusivement humanitaire. Le 13 mai, Cédric Herrou est renvoyé de toutes les poursuites à son encontre par la Cour d’appel[29],[30]. La condamnation pour avoir occupé illicitement un bâtiment de la SNCF est quant à elle maintenue, mais il est dispensé de peine[29].

En mai 2020, le parquet général de Lyon se pourvoit en cassation contre la relaxe de Cédric Herrou[31],[24].

Le 31 mars 2021, la Cour de cassation déclare non admis le pourvoi formé par le parquet général, confirmant définitivement la relaxe de Cédric Herrou[32].

Réaction publique[modifier | modifier le code]

En octobre 2016, le New York Times[33] lui consacre un premier article qui fait connaître son action à l'international. Les actions de Herrou ont depuis soulevé l'intérêt du public. En arrivant à son procès en janvier 2017 à Nice, il est accueilli par les applaudissements de centaines de membres du public qui soutiennent ses actions[34],[35]. Au cours du même mois, un éditorial traitant de Herrou, ainsi que des questions soulevées par ses actions, est publié par le comité de rédaction du journal new-yorkais[36].

Un film documentaire sur Cédric Herrou réalisé par Michel Toesca, Libre, est présenté au Festival de Cannes 2018. Il sort nationalement en [37].

Emmaüs Roya[modifier | modifier le code]

En 2019, l'association qu'avait fondée Cédric Herrou, Défends ta citoyenneté devient Emmaüs Roya[38], première communauté Emmaüs tournée vers l'agriculture. La communauté prévoit d'accueillir jusqu'à 8 personnes simultanément[39] pour des activités de production maraîchères, d'œufs et de transformation[40].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (avec Michel Henry) Change ton monde, les liens qui libèrent, 2020[41]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent-Xavier Morvan, « Jugé pour avoir aidé des migrants, il revendique son acte », sur Le Figaro, .
  2. « Sur la route avec un agriculteur qui fait traverser la frontière italienne à des migrants », sur Le Monde, .
  3. (en) Adam Nossiter, « When Journalism Meets Civil Disobedience », sur The New York Times, .
  4. (en) Charlie Phillips et Lindsay Poulton, « The valley rebels: the French farmer helping refugees cross Europe – video », sur The Guardian, .
  5. Émilien Urbach, « Cédric Herrou : « C'est l'État qui est dans l'illégalité, pas moi » », sur L'Humanité, .
  6. Mathilde Frénois, « Cédric Herrou, passeur décisif », sur Libération, .
  7. (en) Laura Smith-Spark et Melissa Bell, « French farmer on trial for helping migrants: ‘My job is feeding people’ », sur CNN, .
  8. (en) « French farmer on trial for helping migrants across Italian border », sur The Guardian, .
  9. « Nice : Cédric Herrou jugé pour avoir aidé des migrants », sur France Soir, .
  10. (en) Benjamin Dodman et Mehdi Chebil, « French farmer's trial puts rebel valley helping migrants in spotlight », sur France 24, .
  11. « Il avait aidé des migrants : huit mois de prison requis, à Nice, contre Cédric Herrou », sur Le Parisien, .
  12. Adéle Sifaule, « Cédric Herrou, le procès d'un geste d'humanité », sur Libération, .
  13. (en) Angelique Chrisafis, « Farmer given suspended €3,000 fine for helping migrants enter France », sur The Guardian, .
  14. Mathilde Frénois, « Aide aux migrants : une condamnation de principe pour Cédric Herrou », Libération,‎ (lire en ligne).
  15. Luc Leroux, « Coupable d'avoir aidé des migrants, Cédric Herrou « continuera à se battre » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  16. Robin Gabaston, « Migrants : Cédric Herrou condamné à quatre mois de prison avec sursis », sur Marianne, .
  17. « Aide aux migrants : Cédric Herrou écope de 4 mois avec sursis en appel », sur RTL, .
  18. « Aide aux migrants : Cédric Herrou replacé en garde à vue », sur L'Express, .
  19. « Aide aux migrants : Cédric Herrou sort de sa nouvelle garde à vue sans poursuites », sur Le Monde, .
  20. « Mandats du Groupe de travail sur la détention arbitraire », sur Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme,
  21. « Migrants : ouverture d'une information judiciaire à l'encontre de Cédric Herrou », sur France Info, .
  22. « Nouvelles poursuites judiciaires contre Cédric Herrou », Libération,‎ (lire en ligne).
  23. « Cannes : 156 migrants venus demander l'asile interpellés avec Cédric Herrou », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  24. a et b « Aide aux migrants : le parquet général de Lyon se pourvoit en cassation contre la relaxe de Cédric Herrou », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020)
  25. https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/09/14/aide-aux-migrants-cedric-herrou-libere-sans-etre-defere-au-parquet_5185526_1653578.html, lemonde.fr, 14 septembre 2017
  26. Julia Pascual, « Aide aux migrants : le Conseil constitutionnel consacre le « principe de fraternité » », sur Le Monde,
  27. Mathilde Damgé, « Le “délit de solidarité” maintenu dans la loi immigration », sur Le Monde,
  28. Luc Leroux, « Aide aux migrants : la Cour de cassation annule en partie la condamnation de Cédric Herrou », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  29. a et b « «La solidarité n'est pas un délit», rejugé, Cédric Herrou est relaxé », sur www.20minutes.fr (consulté le 13 mai 2020)
  30. « Symbole de l’aide aux migrants, Cédric Herrou relaxé par la cour d’appel de Lyon », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2020)
  31. « France : le parquet général de Lyon se pourvoit en contre la relaxe de l'agriculteur militant Cédric Herrou », sur RTBF Info, (consulté le 1er juin 2020)
  32. « Victoire judiciaire définitive pour le militant Cédric Herrou, après plus de quatre ans de procédures », sur Le Monde, (consulté le 31 mars 2021)
  33. (en) Adam Nossiter, « A french underground railroad, moving African migrants », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  34. (en) Margaid Quioc, « French farmer faces risk of prison for helping migrants », sur Associated Press, .
  35. (en) Adam Nossiter, « Farmer on trial defends smuggling Migrants: ‘I Am a Frenchman.’ », sur The New York Times, .
  36. Editorial Board, « French fraternity and migrants », sur The New York Times, .
  37. Jacques Mandelbaum, « “Libre” : le combat altruiste de Cédric Herrou », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  38. « DTC - Défends ta citoyenneté devient Emmaüs Roya », sur Défends ta citoyenneté Emmaüs Roya (consulté le 23 janvier 2020)
  39. Mathilde Frénois, « Dans la Roya, un Emmaüs agricole pour les déracinés », sur Libération.fr, (consulté le 23 janvier 2020)
  40. Pierre Isnard-Dupuy et Sébastien Aublanc, « La communauté agricole Emmaüs Roya cultive la solidarité avec les migrants », sur Reporterre, (consulté le 23 janvier 2020)
  41. Cédric Herrou et Michel Henry, Change ton monde, les liens qui libèrent, (ISBN 979-10-209-0903-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]