Braux-le-Châtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Braux-le-Châtel
Braux-le-Châtel
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Chaumont
Canton Châteauvillain
Intercommunalité Communauté de communes des trois forêts (Haute-Marne)
Maire
Mandat
Marcel Chalmet
2014-2020
Code postal 52120
Code commune 52069
Démographie
Gentilé Les Brozéens
Population
municipale
145 hab. (2017 en augmentation de 3,57 % par rapport à 2012)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 02″ nord, 4° 56′ 43″ est
Superficie 10,62 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Braux-le-Châtel
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Braux-le-Châtel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Braux-le-Châtel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Braux-le-Châtel

Braux-le-Châtel est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vaudrémont Rose des vents
Aizanville N Autreville-sur-la-Renne
O    Braux-le-Châtel    E
S
Orges Bricon

C'est un petit village traversé par le Brozé, affluent de l'Aujon et desservi par la D 102.

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cité en 1221 comme Braos.
Le nom de Braux vient du terme de langue d'oïl bro, qui désigne un marc (de raisin, de bière), mais aussi les boues, et qui est d’origine gauloise[1]. Albert Dauzat y voit plutôt le terme gaulois bracu et bas-latin Braciu pour marais et vallée[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Marcel Chalmet    

Population et société[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2017, la commune comptait 145 habitants[Note 1], en augmentation de 3,57 % par rapport à 2012 (Haute-Marne : -3,57 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
418421395393345488477461469
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
504418423391381348347360346
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
312274256208206189168208232
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
187161163132121129146140144
2017 - - - - - - - -
145--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La fontaine gallo-romaine, classée monument historique depuis 1915, se trouve à la périphérie du village, dans la construction qui protège la source du Brozé. Elle est constituée d'éléments antiques sculptés, représentant des naïades et des tritons [7].
  • La croix de cimetière, des XV et XVIè siècles inscrite au titre des Monuments historiques le 20 septembre 1940 [8].
  • L'église Saint-Antoine, des XIII, XV et XVIIè siècles inscrite au titre des Monuments historiques le 13 février 1928 [9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Thévenard, Carte archéologique de la Gaule, la Haute-Marne, 52/1, p. 140.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Genève : Librairie Droz, 1990. Volume I : Formations préceltiques, celtiques, romanes. Notice 3863, p 252
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux de France, Larousse, 1963, (notice BnF no FRBNF33159244) ; réédition Librairie Guénégaud, 1989, p109.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee//PA00078967
  8. https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee//PA00078965
  9. www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee//PA00078966