Bragny-sur-Saône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bragny-sur-Saône
Bragny-sur-Saône
Église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Chalon-sur-Saône
Canton Gergy
Intercommunalité Communauté de communes Saône Doubs Bresse
Maire
Mandat
Estelle Invernizzi
2014-2020
Code postal 71350
Code commune 71054
Démographie
Population
municipale
626 hab. (2016 en augmentation de 6,64 % par rapport à 2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 54′ 41″ nord, 5° 01′ 54″ est
Altitude Min. 172 m
Max. 206 m
Superficie 14,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Bragny-sur-Saône

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Bragny-sur-Saône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bragny-sur-Saône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bragny-sur-Saône

Bragny-sur-Saône est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Palleau Écuelles Rose des vents
Saint-Martin-en-Gâtinois
Allerey-sur-Saône
N Charnay-lès-Chalon
Saunières
O    Bragny-sur-Saône    E
S
Verdun-sur-le-Doubs Les Bordes

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Saône passe dans la commune, formant sa limite sud. La Dheune traverse aussi Bragny et se jette dans la Saône en limite avec Allerey-sur-Saône.

Histoire[modifier | modifier le code]

Breigny en 1273. Girard de Damas, seigneur de Bragny, décède après 1393.

En 1419, la guerre éclate entre le duc de Bourgogne, Philippe le Bon et Charles VI, à la suite de l'assassinat de son père Jean sans Peur, au Pont de Montereau. Gui de Cousan, seigneur de Bragny, suivit le parti du Dauphin à la suite de quoi tous ses biens en Bourgogne et Charolais, furent saisis et donnés au chancelier Nicolas Rolin dont : le Château de la Perrière, ceux de Lugny et du Plessis et de Bragny-lès-Verdun. À la fin de la guerre en 1435, il fut convenu par un traité que tous les biens confisqué seraient restitués. Mais par exception pour Nicolas Roplin, négociateur de ce traité il fut convenu verbalement qu'il garderait les biens lui ayant été attribués. Les héritiers s'opposèrent à cette décision par voie de justice. Nicolas Rolin habile négociateur réussit à produire des pièces délivrées en Conseil, ainsi que des lettres closes faisant injonction aux autorités de prendre la défense des intérêts du chancelier. Eustache de Lévis poursuivit la procédure, mais ne recouvra sa seigneurie de Bragny qu'en acceptant la proposition de Nicolas Rolin de marier son fils aîné à la fille de Lévis, le contrat fut conclu le (1442) et le mariage célébré le


Le château fut détruit pendant La Ligue en 1592.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Monique Barault   Sans profession
mars 2008 mars 2014 Alix Blanquinque Vaulot-Pfister    
mars 2014 en cours Estelle Invernizzi[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 626 habitants[Note 1], en augmentation de 6,64 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
715764806857903900943930933
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
931939968938920923940859769
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
742776669539563555542545473
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
436452422447467464560574586
2016 - - - - - - - -
626--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-André, qui dépendait autrefois du chapitre cathédral de Chalon-sur-Saône. Le bâtiment ancien, qui ne comportait qu’une nef, fut brûlé en 1636, lors de l’invasion des troupes impériales de l’armée de Gallas. Y est notamment visible un retable du XVIIIe siècle, décoré d'une grande peinture murale réalisée vers 1965 par l'artiste Michel Bouillot sur le thème de « La Pêche miraculeuse »[6]. Brochure de présentation de l'église Saint-André consultable ici.
  • Le château de Bragny, détruit en 1592.
  • Chapelle dédiée à la Vierge, « fondée par Marguerite Léglise-Rebillard, l'an 1816 »[7].
  • Croix de village, à l'intersection de la rue des Vendanges et de la départementale 171[7].

Culte[modifier | modifier le code]

Bragny-sur-Saône appartient à la paroisse Saint-Jean-Baptiste-des-Trois-Rivières, qui relève du diocèse d'Autun et a son siège à Verdun-sur-le-Doubs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le poète Pontus de Tyard a vécu et est décédé à Bragny, vers 1605. Il y repose, dans l'église, comme le rappelle une plaque commémorative[7].
  • Le militant syndical et dirigeant communiste Pierre Semard est né à Bragny-sur-Saône en 1887.

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du 17 avril 2014, p.  2
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Source : « Sur les pas de Michel Bouillot : six circuits à découvrir en Bourgogne-du-Sud », livret édité par la Fédération des associations partenaires du pays d'art et d'histoire « Entre Cluny et Tournus » (FAPPAH), juin 2018 (ISBN 978-2-9556826-1-6).
  7. a b et c Jacques Goubin, Paroisse Saint-Jean-Baptiste-des-Trois-Rivières : croix, statues, oratoires et fontaines miraculeuses, livret édité par la Pastorale des réalités du tourisme et des loisirs du diocèse d'Autun-Chalon-Mâcon (PRTL 71), 2018, 128 pages (ISBN 978-2-9565416-1-5).


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :