Bertrand Mandico

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bertrand Mandico
Description de cette image, également commentée ci-après
Bertrand Mandico à Cannes, en 2018.
Naissance
Toulouse
Nationalité française
Profession réalisateur
Films notables Boro in the Box
Notre Dame des hormones
Les Garçons sauvages
Ultra Pulpe
After Blue (Paradis sale)

Bertrand Mandico est un cinéaste français né à Toulouse en [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Bertrand Mandico est diplômé de l’école de cinéma d'animation des Gobelins. Après quelques films d’animation aux atmosphères organiques et surréalistes comme Le Cavalier bleu (prix du meilleur projet au festival international du film d'animation d'Annecy), il se dirige vers la prise de vue réelle, d'abord pour des films de commande où il développe un univers insolite (vidéos, mini-séries), puis pour ses courts-métrages de fiction aux univers radicaux. Il se consacre en outre à l’écriture de longs métrages[2] et continue à réaliser de nombreux films multi-formats, dont Boro in the Box (Quinzaine des réalisateurs 2011 ; grand prix du festival Curtas de Vila do Conde et grand prix Europe au festival de moyen métrage de Brive), Living still life (sélection officielle à la Mostra de Venise 2012 ; festival international du film de Rotterdam 2013) et Prehistoric Cabaret (prix du meilleur court métrage au festival de San-Francisco

Ses dernières créations filmiques font l'objet d'expositions et d'installations. Le programme Hormona sort en salle en 2015, regroupant Notre-Dame des hormones, Y a-t-il une vierge encore vivante ? et Prehistoric Cabaret. Il tourne en 2017 le long-métrage Les Garçons sauvages (présenté et primé à la Semaine de la critique de Venise), ce film récompensé dans de nombreux festivals est considéré comme une œuvre emblématique. Il enchaîne avec le moyen-métrage de science fiction Ultra Pulpe (Semaine de la Critique de Cannes 2018) sorti en salle dans le film à sketches Ultra Rêve.

En 2021, il travaille sur Conan La Barbare, une série de films de diverses format.

Il présente AFTER BLUE (Paradis Sale) un long-métrage mêlant fantaisie et western au féminin, en compétition au festival de Locarno où il remporte le Prix FIPRESCI de la critique internationale

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Bertrand Mandico a réalisé de nombreux films aux atmosphères étranges courts-métrages, moyens métrages, fictions et des essais expérimentaux. À travers ses films, il tente de travailler sur hybridation de genres : Il dit qu'il est mort (western et contemplatif), Les Garçons sauvages (film d'aventure et fantastique), Ultra Pulpe (fantastique et romantisme), Essai 135 (science et impressionnisme), Mie, l'enfant descend du songe (danse et hypnose)…

Il collabore avec Aline Ahond et crée des films d'habillage pour Arte[3]. Il explore les expériences filmiques en tournant dans divers pays, par exemple Lif og daudi Henry Darger, tourné en Islande et en islandais, présenté à la Mostra de Venise en 2010.

Il prolonge ses recherches cinématographiques sur différents supports tels que la photographie, le dessin, l'écriture, le travail du son et les collages[4].

Depuis 2011, il crée avec l'actrice Elina Löwensohn une série de films courts, 20+1 projections, kaléidoscope cinématographique la mettant en scène sous forme de films. Expérience prolongée sous la forme de photographies et performances (il a tourné 8 films à ce jour dans ce cadre) dont The return of Tragedy (sélection officielle à la Mostra de Venise 2020).

Ses recherches pour ses films, qui prennent la forme de collages, dessins ou photographies, ont été exposées à plusieurs reprises.

Il fonde en 2012 le manifeste cinématographique International Incoherence (cinéma Incohérent) avec la cinéaste islandaise Katrin Olafsdottir.

En 2018, il joue dans le film Un couteau dans le cœur de Yann Gonzalez. La même année, il conçoit avec ce dernier, ainsi qu'avec Caroline Poggi et Jonathan Vinel, le texte manifeste Flamme (publié dans les Cahiers du cinéma).

Il tourne plusieurs clips vidéos, sous forme de films, pour Kompromat et M83.

Il obtient le prix Louis-Delluc du premier film pour Les Garçons sauvages qui est aussi consacré meilleur film de l'année 2018 par les Cahiers du cinéma.

En 2021, il prépare un spectacle hybride au théâtre des Amandiers Conan La Barbare, mêlant tournage et performance. En raison de la crise sanitaire, le spectacle est transformé en une série de films de divers formats dont le tournage s'achèvera en 2022. Avec AFTER BLUE (Paradis Sale) il prolonge son exploration et ses mutations du cinéma de genre.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Moyens-métrages[modifier | modifier le code]

Longs-métrages[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Mandico in the Box, coffret anthologie DVD, Malavida
  • Mandico, Hormona et vanités, coffret anthologie DVD/Bluray, Malavida
  • Ultra Pulpe et autres chairs, coffret anthologie DVD/Bluray, UFO/Potemkine
  • Les Garçons sauvages, coffret DVD/Bluray, UFO
  • The Wild Boys, coffret (USA) DVD/Bluray, Altered Innocence

Expositions et rétrospectives[modifier | modifier le code]

Bertrand Mandico a également travaillé sur l'œuvre de Walerian Borowczyk comme co-programmateur de la rétrospective et co-commissaire de l'exposition « b. boro. borowczyk. walerian borowczyk (1923-2006) » à Varsovie en 2008[8],[9],[10].

  • « Rétrospective et exposition (international Incoherence) - Papay Gyro Nights », 2013 et 2014
  • « Ciné-organica », Villa Médicis, 2014, rétrospective, exposition et installation Dans le cadre de sa collaboration avec Elina Löwensohn.
  • « Focus Bertrand Mandico », rétrospective et cartes blanches, festival Côté court de Pantin, 2016
  • Rétrospective, European Film Festival Palic, 2017

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Underground Spirit Award- European Film Festival Palic, pour l'ensemble de ses films

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mandico, Bertrand (1971-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le ).
  2. Information publiée sur le site du festival de Cannes : L'Homme qui cache la forêt.
  3. Site Arte Tous les étés du monde.
  4. a et b Laterna Magica : Fenêtres sous bois.
  5. Film sélectionné pour le Festival de Venise 2012 (labiennale.org).
  6. « Calendrier culturel francophone du Grand Toronto », L'Express.
  7. Bulletin culturel du Consulat de France à Toronto.
  8. Voir sur kontakt.erstegroup.net.
  9. Voir sur news.o.pl.
  10. KinoLab: Wydarzenie: « b. boro. borowczyk. walerian borowczyk (1923- 2006) ».
  11. Rencontres internationales du moyen métrage.

Liens externes[modifier | modifier le code]