Benjamin Bachelier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Benjamin Bachelier
Naissance
Nationalité Français
Profession
Formation

Benjamin Bachelier, né à Grenoble en , est un illustrateur, dessinateur de bande dessinée et peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Benjamin Bachelier a grandi à Genoble, où il passe un baccalauréat d'arts plastiques[1]. Après des études de beaux-arts à Angoulême, il se consacre à l'illustration pour la presse et l'édition jeunesse ainsi qu'à la bande dessinée, tout en occupant des emplois précaires à Paris[2]. Il a publié plusieurs albums et réalisé des couvertures de livres pour les éditions Casterman, Nathan, Glénat et Actes Sud. Il vit et travaille à Nantes depuis 2003[2]. En 2006 paraissent ses premiers albums : il remplace Hervé Tanquerelle pour la série Le Legs de l'Alchimiste[2]. En 2009, sur un scénario ayant en toile de fond la Russie et écrit par Marion Festraëts, Bachelier dessine Dimitri Bogrov en couleur directe. L'album, qui dénote l'influence graphique d'Edward Gorey, attire des critiques positives sur L'Express[3] et sur Actua BD, malgré quelques imperfections[4]. Avec Stéphane Melchior au scénario, Bachelier dessine Gatsby le magnifique en 2013[2]. Cette même année, les éditions Tishina lui proposent d'illustrer Le Soleil des Scorta de Laurent Gaudé, avec l'approbation de l'écrivain[2]. Les dessins ont fait l'objet d'expositions à Vannes[2]. Le duo avec Festraëts recommence une collaboration pour Ulysse Wincoop, en 2015. Le récit porte sur le massacre des Sioux. Cette variation sur la bande dessinée de western est « mis en images avec beaucoup d’émotion »[5] et attire des critiques positives sur La Croix[6] et Télérama ; Bachelier dit s'être inspiré des ambiances de Maynard Dixon[7]. Les dessins sont exposés dans plusieurs lieux, comme la Galerie Le Rayon vert à Nantes[8]. En 2016, de nouveau avec Melchior, l'artiste participe à une exposition sur une adaptation d'un roman d'Herman Melville : Taïpi, un paradis cannibale[9]. L'ouvrage est remarqué dans M Le Magazine du Monde[10] et sur BD Gest[11].

Depuis 2010, ses travaux portent plus fréquemment sur la peinture à l’huile en grand format ainsi que sur des « acryliques, aquarelles, dessins et encres »[12].

L'artiste se dit profondément influencé par Enki Bilal et Hugo Pratt[2] ; il apprécie aussi Jean-Jacques Sempé[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Livres jeunesse[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nathalie Jay et Benjamin Bachelier, « Benjamin Bachelier sous le charme de Gatsby », Ouest-France,‎
  2. a b c d e f et g Catherine Lozac'h, « Benjamin Bachelier. Peintre des Scorta », Le Télégramme,‎
  3. Christian Barbier, « Rouge sang », L'Express,‎
  4. Morgan Di Salvia, « Dimitri Bogrov - Par M. Festraëts & B. Bachelier - Ed. Gallimard, Coll. Bayou », sur Actua BD,
  5. Didier Pasamonik, « Ulysse Wincoop T. 1 : Le Dernier des Sioux - Par Marion Festraëts et Benjamin Bachelier - Bayou/Gallimard », sur Actua BD,
  6. Fabienne Lemahieu, « Le soleil des Scorta », La Croix,‎
  7. Laurence Le Saux, « Bédéthèque #100 : Ulysse Wincoop, western sensible dessiné par Benjamin Bachelier », Télérama,‎
  8. La rédaction, « Ces quatre peintres ont vu le Rayon vert », Ouest-France,‎
  9. La rédaction et Benjamin Bachelier, « Il improvise une fresque murale pour l'expo inaugurale », Ouest-France,‎
  10. Frédéric Potet, « Une île d'enfer. », M Le Magazine du Monde,‎
  11. A. Perroud, « Taïpi Un paradis cannibale », sur BD Gest,
  12. La rédaction, « Benjamin Bachelier. Des peintures grands formats en mairie », Le Télégramme,‎
  13. Laurence Le Saux, « BD : “Gatsby le magnifique”, la romance de Fitzgerald restituée par Benjamin Bachelier », sur telerama.fr, (consulté le 27 novembre 2018).
  14. Catherine Lozac'h, « Benjamin Bachelier. Peintre des Scorta », sur letelegramme.fr, (consulté le 27 novembre 2018).
  15. « Sélection Prix jeunesse festival Angoulême 2016 », sur bdfugue.com (consulté le 27 novembre 2018).
  16. Géant Vert, « Cœur de Ténèbres : Mohican breton », dBD, no 139,‎ décembre 2019 - janvier 2020, p. 109.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Bosser, « Gatsby le magnifique : passé trouble... », dBD, no 70,‎ , p. 88.

Liens externes[modifier | modifier le code]