Beffroi de Tournai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Beffroi de Tournai
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Partie de
Patrimonialité
Bien classé ()
Patrimine exceptionnel ()
Partie d'un site du patrimoine mondial UNESCO (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial
Identifiant
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le beffroi de Tournai (haut de 72 m) est le plus ancien beffroi de Belgique et il est inscrit au Patrimoine majeur de Wallonie[1]. Créé au XIIe siècle, il est le plus vieux des beffrois conservés en Belgique[2]. Il figure sur le Plan relief de la ville de Tournai, en bordure de la Grand-Place de la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1188, le roi de France Philippe Auguste cherche un allié dans sa lutte avec le comte de Flandre Philippe d'Alsace . Il a accordé à Tournai le droit d' horloge qui signifiait le droit de construire un beffroi. Une tour carrée de 30 mètres de haut a été érigée à un endroit où il aurait pu y avoir une tour d'un ancien mur romain auparavant. Il fut consolidé dès 1294. Avant cette date la tour

«  devait se présenter comme une simple tour carrée terminée par une terrasse crènelée et flanquée aux angles de contreforts arrondis. Ce beffroi devait sembler grêle et peu solide. Aussi, dès 1294, on songea à le fortifier. On construisit les contreforts à pans coupés, les tourelles octogonales des angles et on exhaussa la tour de toute la hauteur de la grande fenêtre. On surmonta le tout d'une flèche en ardoise et de clochetons[3]. »

En 1294, la tour est aussi considérablement surélevée (70 m). Le beffroi a également reçu des tours latérales et une flèche avec un dragon doré. Cela a coïncidé avec d'autres travaux d'agrandissement sur les murs de la ville et la cathédrale Notre-Dame .

Après un violent incendie, le beffroi a été restauré en 1392 et de nouvelles cloches et décorations ( sirènes , tritons et bannières ) ont été ajoutées.

Divers autres arrangements intervinrent au cours des siècles.

Le plan horizontal du beffroi a la forme d'un parallélogramme irrégulier avec des contreforts à pans coupés. Construit en pierre bleue, il mesure 70 mètres de haut. La première partie est entre le sol et la première galerie intérieure, la deuxième atteint la seconde et la troisième la flèche et les tourelles.

Un escalier de 257 marches permet d'atteindre cinq étages de pièces servant autrefois de prison. Sa bancloque (ou cloche à ban) alertait les tournaisiens de la tenue d’un procès, d’une exécution ou d’un danger (attaque de la ville, incendie…) ou avertissait de l’ouverture et fermeture des portes de la ville ou annonçait une fête publique. Il a abrité une chambre pour le carillonneur.

En 1535 la ville y installe un carillon et de nouveaux décors sculptés (dragon, sirènes, tritons et bannières) alors qu’il sert aussi de prison communale.

En 1782, le dragon qui surmontait le beffroi fut remplacé par un globe terrestre surmonté de l'aigle autrichienne, en souvenir de la visite de l'empereur Joseph II à Tournai en 1781.

Pendant des centaines d'années, le beffroi a survécu à des périodes turbulentes.

En 1844, il a été décidé d'adapter le bâtiment au style dominant de l'époque. Une nouvelle restauration s'ensuit et la tour a ainsi un style néo-gothique[4] . Cette restauration a été confiée à Bruno Renard et Justin Bruyenne.

Pendant la Première Guerre mondiale , le beffroi a de nouveau servi de tour de guet.

En 1948, les 4 sculptures de hurlus surplombant les quatre tourelles d'angle (figurant un canonnier, un joueur à glaive, un arbalétrier et un archer), sont supprimées et remplacées par quatre statues sculptées par Stella Laurent figurant toute un « communier » (bourgeois urbain).

En 1992, le beffroi subit une nouvelle période de restauration et sera rouvert au public qu’en 2002.

En 1999, le beffroi est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO dans le cadre de l'enregistrement collectif des beffrois en Belgique et en France .

En 2004, le carillon est à son tour restauré.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Le beffroi servait comme tour de guet, comme prison, comme clocher, tour d'horloge, et comme hôtel de ville. Il était le symbole de l'autonomie communale de Tournai et conservait précieusement les chartes qui l’attestaient. Il est devenu un site UNESCO en 1999.

Il est aujourd’hui utilisé pour des spectacles multimédias et pour accueillir des expositions (Une petite exposition et une présentation audiovisuelle illustrent son histoire.). Son carillon (qui n’est pas d’origine) est joué chaque dimanche d’été vers 15 h 30.

Horloges[modifier | modifier le code]

Des quatre cloches que Robins de Croisilles a coulées après le grand incendie de la ville (1393), deux ont été conservées: la Bancloque et la Tocsin . Lorsque la Bancloque de cinq tonnes sonnait, la population savait qu'une annonce importante serait faite sur la Grand-Place (décision, verdict, exécution ...). Au sommet de la lanterne pend l'horloge Tocsin , également appelée Timbre . C'était l'alarme incendie. Le Vigneron a éclaté en 1416 et a été refondu. La cloche a supervisé l'ouverture et la fermeture des portes de la ville et des bars. Dans les attaques contre la ville, le Bancloque et le Vigneron sonnèrent en même temps pour invoquer les poorter.

Carillon[modifier | modifier le code]

Au milieu du XVIe siècle, le beffroi a obtenu un don des magistrats de la ville à travers onze cloches, augmentées à 43 en 1747. Les cloches du carillon pèsent au total 13 100 kg. Aujourd'hui, le carillon se compose de 56 cloches. Ils pendent dans une pièce protégée par des tables d' harmonie .

Photos[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrimoine des Hauts-de-France Nos beffrois : Les 23 monuments du patrimoine mondial de l'Unesco Découvrez les 44 beffrois de la région, Amiens, La Voix du Nord, Le Courrier picard, hors-série, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fiche du bâtiment sur le site de la DGATLP (Direction générale de l'Aménagement du territoire, du Logement et du Patrimoine, Région wallonne).
  2. présentation du beffroi de Tournai par la ville de Tournai
  3. Le Patrimoine majeur de Wallonie, Région wallonne, Namur, 1993, p. 182 (ISBN 2-87114-102-9)
  4. Legge J. 200e anniversaire de la naissance de Justin Bruyenne. Pasquier Grenier asbl, 3

Sur les autres projets Wikimedia :