Bataille d'Amchidé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Bataille d'Amchidé et Limani.
Bataille d'Amchidé

Informations générales
Date
Lieu Amchidé
Issue Victoire camerounaise
Belligérants
Drapeau du Cameroun CamerounShababFlag.svg Boko Haram
Forces en présence
inconnues1 000 hommes
(selon le Cameroun)[1]
Pertes
2 morts
6 blessés
1 pick-up détruit
1 camion détruit
1 camion capturé
(selon le Cameroun)[2],[3]
116 morts au moins
(selon le Cameroun)[2]

Insurrection de Boko Haram

Coordonnées 11° 14′ 20″ nord, 14° 07′ 34″ est

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Bataille d'Amchidé

Géolocalisation sur la carte : Nigeria

(Voir situation sur carte : Nigeria)
Bataille d'Amchidé

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

(Voir situation sur carte : Cameroun)
Bataille d'Amchidé

La bataille d'Amchidé a lieu le pendant l'insurrection de Boko Haram.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le , vers 10h20, la zone d'Amchidé, située face à la frontière nigériane et défendue par un camp militaire, subit une nouvelle attaque des forces de Boko Haram venue de Banki, une ville du Nigeria alors tenue par les islamistes[2].

Les affrontements commencent lorsqu'une colonne constituée d'un camion du génie-militaire et de quatre pick-up du BIR (Bataillon d'intervention rapide) est pris dans une embuscade déclenchée par un engin explosif improvisé[2].

Au même moment, plusieurs centaines de djihadistes se portent sur le camp militaire[2]. Au total, les assaillants sont estimés à environ un millier d'hommes par les Camerounais[1].

L'affrontement dure entre une et deux heures, mais les islamistes sont finalement repoussés[1].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon le ministère camerounais de la Défense, 116 morts sont recensés en territoire camerounais, sans compter « des dégâts non déterminés en territoire nigérian », dus à des tirs d'artillerie. Du côté de l'armée camerounaise, un soldat est mort et un officier est porté disparu, de plus un pick-up et un camion de transport de troupes ont été détruits et un camion du génie-militaire emporté par les djihadistes[2],[4]. Selon le journal camerounais L’Œil du Sahel, le soldat porté disparu s'avère avoir été tué et six autres militaires ont été blessés[3].

Références[modifier | modifier le code]