Bataille de Toumour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Toumour

Informations générales
Date
Lieu Toumour, près de Diffa
Issue Victoire nigérienne et tchadienne
Belligérants
Drapeau du Niger Niger
Drapeau du Tchad Tchad
Drapeau de l'État islamique État islamique en Afrique de l'Ouest
Forces en présence
inconnuesinconnues
Pertes
Drapeau du Niger
5 morts[1]
6 blessés[1]

Drapeau du Tchad
aucune
Drapeau de l'État islamique
30 morts[1]
2 prisonniers[1]

Insurrection de Boko Haram

Coordonnées 13° 40′ 24″ nord, 13° 20′ 20″ est
Géolocalisation sur la carte : Afrique
(Voir situation sur carte : Afrique)
Bataille de Toumour
Géolocalisation sur la carte : Nigeria
(Voir situation sur carte : Nigeria)
Bataille de Toumour
Géolocalisation sur la carte : Niger
(Voir situation sur carte : Niger)
Bataille de Toumour

La bataille de Toumour a lieu du 12 au pendant l'insurrection de Boko Haram.

Prélude[modifier | modifier le code]

Le , vers 22 heures, le village de Toumour, situé 75 kilomètres au nord-est de la ville de Diffa, subit une première incursion d'un groupe de djihadistes de Boko Haram. Ces derniers assassinent un Nigérian, puis ils tombent sur des jeunes hommes d'un groupe d'autodéfense alors qu'ils s'apprêtaient à partir du village. Les djihadistes ouvrent le feu, tuent quatre hommes, puis ils s'enfuient au Nigeria[2],[3],[4].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 12 septembre, un rassemblent est organisé dans le village de Toumour pour célébrer la fête de Tabaski, mais les autorités redoutent une attaque. Informées de la présence de djihadistes, elles envoient une patrouille de l'armée nigérienne à leur recherche. Vers 10 heures, la patrouille tombe dans une embuscade près d'un puits, à huit kilomètres au nord de Toumour. L'affrontement s'engage entre les militaires et les djihadistes, qui combattent à pied. Au cours de la riposte, les Nigériens sont renforcés par des soldats de l'armée tchadienne, présents dans la zone[5],[6]. Les militaires lancent ensuite des opérations de ratissage qui s'achèvent le 14 septembre[7].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Le 13 septembre, le colonel Moustapha Lédru, porte-parole de l'armée nigérienne, déclare que 30 hommes de Boko Haram ont été tués et deux faits prisonniers. L'armée déplore cinq morts et six blessés[1]. Il annonce également par la même occasion que deux soldats avaient été tués et deux autres blessés par l'explosion d'une mine le 8 septembre à Baroua[6]. Le 16 septembre, le colonel Moustapha Lédru déclare que deux soldats ont été blessés et 38 djihadistes tués lors d'opérations de ratissage menées les 12, 13 et 14 septembre[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Niger : 30 combattants de Boko Haram tués », BBC News Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2020)
  2. « Niger: cinq morts dans une attaque de Boko Haram à l'est du pays », RFI, (consulté le 14 mars 2020)
  3. « Niger : 5 morts lors de la première attaque de Boko Haram dans l’Est depuis 3 mois – Jeune Afrique », Jeune Afrique, (consulté le 14 mars 2020)
  4. Le Monde avec AFP, « Cinq morts dans un raid de Boko Haram au Niger », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2020)
  5. « Cinq soldats nigériens tués dans une embuscade de Boko Haram à l'est du pays », RFI, (consulté le 14 mars 2020)
  6. a et b AFP, « Niger: 7 soldats tués par Boko Haram ces derniers jours », sur www.romandie.com, (consulté le 14 mars 2020)
  7. a et b « Niger : 38 combattants de Boko Haram tués dans le sud nigérien – Jeune Afrique », Jeune Afrique, (consulté le 14 mars 2020)