Bataille de Madawaya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Madawaya

Informations générales
Date 10 -
Lieu Madawaya
Issue Victoire camerounaise
Belligérants
Drapeau du Cameroun CamerounDrapeau de l'État islamique État islamique en Afrique de l'Ouest
Commandants
Bukar Kawu White flag icon.svg
Forces en présence
1 000 hommes[1]inconnues
Pertes
aucune[2]58 morts[1]
5 prisonniers[2]

Insurrection de Boko Haram

Coordonnées 12° 15′ 59″ nord, 14° 19′ 04″ est

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Bataille de Madawaya

Géolocalisation sur la carte : Nigeria

(Voir situation sur carte : Nigeria)
Bataille de Madawaya

La bataille de Madawaya a lieu les 10 et pendant l'insurrection de Boko Haram.

Déroulement[modifier | modifier le code]

La nuit du 10 au , l'armée camerounaise mène avec un millier de soldats une opération contre les djihadistes de Boko Haram — également appelé l'État islamique en Afrique de l'Ouest — dans la forêt de Madawaya, au Nigeria, à 7 kilomètres de la frontière avec le Cameroun[1].

L'opération est menée par les « Forces Spéciales de Défense camerounaises, sous la bannière du secteur 1 de la Force Mixte Multinationale, appuyée par les opérations Alpha et Emergence 4 »[2]. Les soldats camerounais détruisent trois camp de Boko Haram et délivrent 46 otages nigérians et camerounais, dont 18 femmes et 28 enfants[1],[3].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon les déclarations d'Issa Tchiroma-Bakary, porte-parole du gouvernement du Cameroun, 58 djihadistes sont tués pendant le combat et cinq autres sont faits prisonniers, dont un émir, Bukar Kawu[1],[2].

Les soldats camerounais saisissent également trois fusils d'assaut AK-47, deux fusils d'assaut FAL, 18 armes de chasse et de traite, 12 boîtes de chargeurs, 211 munitions de divers calibres, des arcs, des sabres, des lances, des flèches, des haches et des couteaux[4].

Officiellement, les forces camerounaises ne déplorent aucune perte[2]. Le 13 mai, à Yaoundé, le Cameroun rend cependant hommage à 13 soldats tués pendant les opérations « Emergence 4 » et « Alpha »[5],[3].

Références[modifier | modifier le code]