Bataille de Kolofata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Combat de Kolofota.
Bataille de Kolofata

Informations générales
Date
Lieu Kolofata
Issue Victoire camerounaise
Belligérants
Drapeau du Cameroun CamerounShababFlag.svg Boko Haram
Commandants
Ibrahim Njankouo« Général » non nommé
Forces en présence
inconnues300 hommes[1]
1 blindé au moins[2]
Pertes
1 mort[3],[2]
4 à 7 blessés[3],[2]
143 à 146 morts[3],[2],[1]

Insurrection djihadiste au Nigeria

Coordonnées 11° 09′ 44″ nord, 14° 00′ 41″ est

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Bataille de Kolofata

Géolocalisation sur la carte : Nigeria

(Voir situation sur carte : Nigeria)
Bataille de Kolofata

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

(Voir situation sur carte : Cameroun)
Bataille de Kolofata

La bataille de Kolofata a lieu le lors de l'insurrection de Boko Haram.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le , les forces de Boko Haram lancent une importante offensive sur la ville camerounaise de Kolofata, située sur la frontière avec le Nigeria. La place est défendue par le Bataillon d'intervention rapide (BIR)[3]. La base militaire est protégée par un fossé et un remblai de terre[2].

Dans la matinée, à 06h30 (heure locale, 05H30 GMT), les djihadistes profitent d'un épais brouillard pour traverser discrètement la frontière et tenter de prendre les troupes camerounaises par surprise[2],[4],[5]. Cependant l'alerte est donnée et plusieurs habitants de la ville prennent la fuite[4],[5]. Le combat s'engage et dure entre trois et cinq heures, il se déroule près du camp militaire et sur d'autres points névralgiques de la localité[3],[6]. Le camp est fortement attaqué et plusieurs djihadistes pénètrent dans l'enceinte avant d’être abattus[2]. Le commandant de la garnison, le capitaine Ibrahim Njankouo[N 1] utilise les armes lourdes à sa disposition : deux mitrailleuses de 12,7 mm, deux canons de 25 mm, un blindé armé d'un canon de 30 mm et plusieurs mortier de 120 mm[2]. Les islamistes sont repoussés et se replient sur le Nigeria[3],[6].

L'armée camerounaise se saisit de fusils d’assaut, d'armes lourdes, de munitions, et de terminaux de transmission[7].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Dans la soirée du 12 janvier, le gouvernement camerounais donne un bilan de 143 « terroristes » tués contre seulement un mort et quatre blessés du côté de l'armée. L'AFP indique cependant que « aucun bilan de source indépendante n'a pu être établi »[3],[8]. Toutefois l'évaluation est possiblement imprécise, en février le capitaine Ibrahim Njankouo déclare à Jeune Afrique : « Parfois, à la jumelle, on décompte ceux qui ont été transportés dans le camp des insurgés »[1]. D'après lui les pertes des djihadistes ont été estimées à 146 tués[1] et il déclare que ses pertes sont de 1 mort et 7 blessés[2].

Au cours de cette bataille, le « général » des djihadistes est tué par un tireur de précision[9],[2].

Selon RFI, parmi les tués figurent plusieurs combattants à la peau claire que les Camerounais soupçonnent d'être des Touaregs[6],[2]. Le capitaine Ibrahim Njankouo évo|que également la présence de Touaregs nigériens, de Soudanais et de Libyens parmi les corps retrouvés[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Egalement nommé Ibra N’Djanko et Ibrahim Djankouro

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Georges Dougueli, Cameroun : l'armée face à la pieuvre Boko Haram, Jeune Afrique, 20 février 2015.
  2. a b c d e f g h i j k et l Patrick Forestier, « Cameroun et Tchad contre Boko Haram », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  3. a b c d e f et g Après avoir semé la terreur au Nigeria, Boko Haram attaque le Cameroun, AFP, 12 janvier 2015.
  4. a et b 143 terroristes de Boko Haram tués au Cameroun, Les Echos avec AFP, 12 janvier 2015.
  5. a et b Plus de 140 islamistes de Boko Haram tués dans des combats avec l'armée camerounaise, Xinhua, 13 janvier 2015.
  6. a b et c Olivier Rogez, Reportage : La résistance camerounaise à la frontière nigériane, RFI, 14 février 2015.
  7. Le Cameroun fait état d'un lourd revers subi par Boko Haram à Kolofata, RFI, 13 janvier 2015.
  8. Attaque de Boko Haram au Cameroun: "143 terroristes" et un soldat tués, AFP, 12 janvier 2015.
  9. Olivier Rogez, Sur les traces de Boko Haram - Cameroun, la terreur aux frontières, RFI, 13 mars 2015.