Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.

Bataille d'Alarcos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille d'Alarcos
Informations générales
Date
Lieu Alarcos en Espagne
Issue Victoire décisive des Almohades
Changements territoriaux Prise de la forteresse d'Alarcos et de Calatrava la Vieja et de Trujillo et de Benavente et de Malagón et de Karakol et de Talavera de la Reina et de Cuenca
Belligérants
Flag of Morocco 1147 1269.svg Almohades
Royal Banner of the Kingdom of Castile.svg Rebelles castillans
Royal Banner of the Kingdom of Castile.svg Royaume de Castille
Cross of Saint James.svg Ordre de Santiago
Ordem Avis.svg Ordre d'Aviz
Commandants
Flag of Morocco 1147 1269.svg Abu Yusuf Yaqub al-Mansur
Flag of Morocco 1147 1269.svg Abdellah Ibn Sanadide
Flag of Morocco 1147 1269.svg Abu Yahia Ibn Abi Hafs
Royal Banner of the Kingdom of Castile.svg Pedro Fernández de Castro (es)
Royal Banner of the Kingdom of Castile.svg Alphonse VIII de Castille
Royal Banner of the Kingdom of Castile.svg Diego López II de Haro

Reconquista

Batailles

Covadonga · Lutos · Clavijo · Simancas · Barbastro · Sagrajas · Alcoraz · Bairén · Uclès · Valtierra · Congost de Martorell · Cutanda · Fraga · Ourique · Alarcos · Las Navas de Tolosa · Jerez · Puig de Cebolla · Tarifa · Grenade
Coordonnées 38° 57′ 10″ nord, 4° 00′ 00″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Castille-La Manche

(Voir situation sur carte : Castille-La Manche)
Bataille d'Alarcos

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Bataille d'Alarcos

La bataille d'Alarcos, en arabe : معركة الأرك (m'rakat al-Arak), en espagnol : batalla de Alarcos, également désignée par les Espagnols sous le nom de désastre d'Alarcos, se déroule le et oppose les troupes almohades du calife Abu Yusuf Yacub Al-Mansour (Yusuf II) , qui gagne son surnom d'Annasser (« le Victorieux ») à l'issue de cette bataille, à l'armée castillane du roi Alphonse VIII. La bataille a lieu au village d'Alarcos, aujourd'hui proche de la ville espagnole de Ciudad Real. Le royaume de Castille (principal moteur de la reconquête chrétienne) subit une sévère défaite et doit signer un traité de paix de 10 ans avec les Almohades. Par cette victoire, l'Empire almohade consolide ses positions dans Al-Andalus et devient, jusqu'en 1212, la nouvelle puissance en Afrique du Nord et au sud de la péninsule Ibérique. Selon l'historien Francisco Javier Simonet, l'armée almohade comportait entre 400 000 et 600 000 soldats. L'armée castillane était composée de 800 000 soldats[1].

Contexte

La bataille

Les Castillans ont attaqué l'armée almohade à deux reprises, sans succès. Mais la troisième attaque réussit à disperser le noyau de l'armée musulmane. Le commandant général de l'armée almohade, Abou Yahya ben Abi Hafs, fut tué sous l'effet de ce choc, ainsi que de quelque combattants almohades. À ce moment-là, l'aile droite almohade attaqua le noyau de l'armée castillane composé de cent mille chevaliers autour du roi Alphonse VIII. Ils réussirent à isoler l'avant-garde de l'armée castillane de ses soutiens à l'arrière. Le roi et ses chevaliers se retrouvèrent encerclés et beaucoup furent tués. Lopez de Haro s'enfuit avec 5 000 cavaliers vers la forteresse d'Alarcos, avant de se rendre à l'armée almohade.

Alphonse VIII s'enfuit vers Tolède. Le sultan Abu Yusuf Yacub Al-Mansour (Yusuf II) s'avance et assiège alors la ville mais les Castillans le suppliant de négocier réussissent alors à le convaincre de rebrousser chemin en espérant qu'ils seront rendre grâce de cet acte la prochaine fois. Il leur imposa alors un traité de paix inégal d'une durée de 10 ans.

Conséquences

La bataille d'Alarcos est considérée comme le dernier grand exploit militaire musulman en Espagne. Cependant cette victoire retentissante fera réagir la papauté qui craignant pour l'existence même des États chrétiens du Nord lancera un appel à la croisade à la fin du traité conclu par Yusuf II.

Références

  1. Francisco Javier Simonet, Historia de los mozárabes de España, 4: Los últimos tiempos (años 1085 a 1492), p. 514.

Voir aussi

Articles connexes