Jennie Tourel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jennie TourelJennie Davidovitch
(Дженни Давидо́вич)

Naissance
Vitebsk, Drapeau de la Russie Russie
Décès (à 73 ans)
New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Artiste lyrique
Mezzo-Soprano
Style Opéra
Lieux d'activité Europe Europe
Drapeau des États-Unis États-Unis
Années d'activité 1931 à 1972
Maîtres Anna El-Tour

Jennie Tourel (née le à Vitebsk en Russie, aujourd'hui en Biélorussie, décédée à New York le ) est une cantatrice mezzo-soprano russo-américaine, connue pour ses interprétations aussi bien à l'opéra qu'en récital.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Vitebsk, en Russie (aujourd'hui en Biélorussie) sous le nom de Davidovitch (en russe Давидо́вич), elle jouait dans sa jeunesse de la flûte et avait commencé l'étude du piano. Sa famille, de religion juive, ayant quitté la Russie après la révolution d’Octobre et s'étant installée temporairement près de Danzig, avant de se fixer à Paris, Jennie a continué l'étude du piano et envisagé une carrière de concertiste. C'est là qu'elle commence à prendre des leçons de chant avec Anna El-Tour (Анна Эль-Тур), professeur russe naturalisée française, puis décide de se consacrer à une carrière de chanteuse. Elle change son nom en Tourel en transposant les syllabes du nom de son professeur.

Jennie Tourel fait ses débuts en 1931 à l'Opéra russe de Paris, puis interprète à l'Opéra-Comique le rôle de Carmen (9 avril 1933), puis ceux de Mignon, Jacqueline (dans Le médecin malgré lui de Gounod), Djamileh (1938), Charlotte (dans Werther de Massenet) et Marceline (dans Les Noces de Figaro) en 1940. Elle a créé trois rôles à la Salle Favart: Labryssa dans Tout Ank Amon (5 mai 1934), Missouf dans Zadig (24 juin 1938) et Zouz dans La nuit embaumée (25 mars 1939)[1].

En Amérique, elle a fait ses débuts au Civic Opera House de Chicago dans Lorenzaccio d'Ernest Moret en 1930.

En 1940, avant l'occupation de Paris, elle se rend à Lisbonne, puis émigre aux États-Unis. Elle trouve des engagements à l'Opéra de Montréal, à la New York Opera Company et au New York City Opera. En 1942, elle chante Roméo et Juliette avec Toscanini et Koussevitzky, et Alexandre Nevski avec Stokowski. Sa carrière au Metropolitan Opera a été brève : elle y a fait ses débuts en mai 1944, dans Mignon, et interprété pendant quelques saisons, dans les années 1940, les rôles de Rosine, Adalgisa (de Norma) et Carmen. Elle a été naturalisée américaine en 1946. En 1951, elle crée à Venise le rôle de Baba la Turque dans The Rake's Progress de Stravinsky. Elle a aussi créé des mélodies de Leonard Bernstein (dont les cycles de mélodies I Hate Music, 1943, et La Bonne cuisine, 1949), de Francis Poulenc et de Paul Hindemith (en particulier la version révisée de Marienleben, 1949). Elle crée également la Symphonie Jeremiah de Bernstein en 1944, à Pittsburgh.

Dans ses dernières années, Jennie Tourel s'est consacrée aux récitals, où elle excellait, particulièrement dans le répertoire français. Elle a aussi enseigné à la Juilliard School de New York et à la Aspen School of Music, dans le Colorado. Son dernier rôle à l'opéra a été Doña Marta lors de la création de Black Widow de Thomas Pasatieri, au Seattle Opera en 1972. Elle est décédée le 23 novembre 1973, à New York.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Wolff S. Un demi-siècle d'Opéra-Comique (1900-1950). André Bonne, Paris, 1953.
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Jennie Tourel » (voir la liste des auteurs).

Liens externes[modifier | modifier le code]