Badr Hari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Badr Hari
ⴱⴰⴷⵔ ⴰⵀⵓⵡⴰⵔ
بدر هاري
Image illustrative de l’article Badr Hari
Badr Hari en 2017.
Fiche d’identité
Nom de naissance Badr Hari
Surnom Bad Boy
The Golden Boy
Nationalité Marocaine
Néerlandaise
Naissance (37 ans)
Amsterdam, Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Style Kick-boxing
Taille 1,98 m
Catégorie Super-lourd
Palmarès
  Professionnel
Combats 125
Victoires 106
Victoires par KO 92
Défaites 17
Matchs nuls 0
Sans décision 2
Titres professionnels 10
Dernière mise à jour : 9 octobre 2022

Badr Hari, de son vrai nom Badr-Eddine El Houari, (en tachelhit: ⴱⴰⴷⵔ ⴰⵀⵓⵡⴰⵔ, en arabe: بدر الهواري), né le à Amsterdam (Pays-Bas), est un kick-boxeur marocain controversé dans la catégorie des poids super-lourds. Il possède également la nationalité néerlandaise.

Champion de muay thaï aux Pays-Bas, il devient champion des poids lourds (−100 kg) du K1 à trois reprises entre 2007 et 2009[1], titres qui sont révoqués par la suite. En 2015, il signe officiellement dans l'organisation Glory et s'incline à deux reprises face à Rico Verhoeven.

Jet-setteur, ami de célébrités, la réputation du sportif est ternie par des controverses et affaires judiciaires. Condamné à deux ans de prison ferme pour coups et blessures volontaires, il est suspendu pour dopage après un test positif lors de son premier combat à sa sortie de prison. Bien que né aux Pays-Bas, Badr Hari a publiquement manifesté son attachement au Maroc[2] et serait un ami du roi Mohammed VI[3]. En 2009 à Rabat, ce dernier a officiellement salué Badr Hari pour ses prouesses sportives.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Badr Hari naît à Amsterdam dans une famille marocaine. Adolescent, il est formé au Sitan Gym de Aït Hassou[4], à la suite de l'emménagement de son club formateur à Rotterdam, il rejoint la célèbre Team Chakuriki dirigée par Thom Harinck[4],[5].

Son premier combat, en 2000, contre le Hollandais Rocky Grandjean, s'achève par une défaite[4]. Deux ans plus tard, il enchaîne deux victoires consécutives puis une défaite.

En 2003, Hari alors âgé de 19 ans se voit offrir la possibilité de remplacer Melvin Manhoef une semaine avant le combat que ce dernier devait engager contre la vedette du K-1 Alexey Ignashov une semaine. Malgré des 18 kg de moins que son adversaire, il réalise une très bonne performance et tient tête à Ignashov jusqu'au 3e round avant de perdre par KO technique[5]. Le jeune boxeur gagne le respect du public et celui des organisateurs du K-1[5],[6].

En 2005, Hari quitte la Team Chakuriki et rejoint l'équipe du Showtime (Simon Rutz)[4]. Après une formation de quelques mois au Mejiro's Gym, il retourne près d'Harinck quelques semaines plus tard. Depuis, il est entraîné par Mike Passenier, qui a également formé Joerie Mes, Björn Bregy et Melvin Manhoef[6].

Hari fait son retour sur le ring au K-1 World Grand Prix 2006 à Osaka, au Japon. Lors de la phase d'élimination directe (finale), Ruslan Karaev avait réussi à blesser Badr avec un direct du droit qui l'avait laissé affalé dans un coin du ring. Karaev saisit l'occasion et met un violent coup de pied à son adversaire. L'arbitre compte et dépasse les 10 secondes, Badr Hari protesta sur le coup pied de Ruslan, réclamant à l'arbitre une faute car, il avait reçu le coup pied de son adversaire sur son visage. L'arbitre resta insensible aux revendications du kick-boxeur marocain.

Six mois plus tard, Hari aura sa revanche contre Ruslan Karaev.

Hari a été une fois de plus choisi comme un combattant de réserve dans les K-1 Grand Prix 2006 finale contre Paul Slowinski et a remporté le combat par décision unanime. Il a alors, combattu le Danois Nicolas Pettas au K-1 Premium Dynamite 2006, Le kick-boxeur marocain a fracturé l'épaule gauche de son adversaire pendant le deuxième round, grâce à un high kick droit. Hari a pris sa revanche contre Karaev au K-1 World GP 2007 à Yokohama. Il réussit à battre Karaev par KO et se qualifie pour la première K-1 Heavyweight Title Match, qui était prévue le 28 avril 2007 à Hawaii.

Champion du monde K-1 Poids-Lourds (2007)[modifier | modifier le code]

Portrait d'un homme souriant portant une veste en cuir.
Badr Hari en 2007.

Le 28 avril, au K-1 World GP 2007 à Hawaï, Badr Hari et Yusuke Fujimoto se sont battus pour la ceinture des poids lourds nouvellement introduite dans la compétition. Cinquante-six secondes ont suffi au kick-boxeur marocain pour vaincre par KO son adversaire japonais et cela grâce à un coup de pied fatal sur le menton de Fujimoto[6]. Hari devient le premier champion du monde K-1, catégorie poids lourds.

Il fait face à Peter Graham, qui l'avait battu par KO en 2006, à Hong Kong au Grand Prix Mondial K-1 2007 à Hong Kong. Badr reprend sa revanche et fait tomber Graham avec un coup de pied et gagne par décision unanime. Après le combat, Hari et Graham semblaient enterrer la hache de guerre, même si les deux ont commencé à se narguer de nouveau lors de la conférence d'après-combat.

En septembre 2007 au K-1 World GP 2007 phases finales, Badr Hari a gagné le K-1 World GP runner up 2007 à Las Vegas. Il bat Doug Viney, par KO et se qualifie pour K-1 World GP à la phase finale, qui s'est tenue le 8 décembre à Yokohama, au Japon[7].

Deux combattants s'affrontent sur un ring éclairé au milieu d'une enceinte sportive dont les tribunes sont pleines.
Badr Hari face à Bonjasky dans le K-1 World Grand Prix 2008 Final.

Lors du K-1 Grand Prix 2008 à Yokohama, Badr Hari bat Peter Aerts, triple champion du monde de K-1, en quart de finale et Errol Zimmerman (en) en demi-finale. En finale, il affronte Remy Bonjasky pour le titre. Mis au tapis dans la première reprise, le kickboxeur néerlandais est disqualifié dans le deuxième round pour avoir donné des coups incontrôlés à son adversaire alors qu’il était au sol[8],[7]. À la suite de cet incident, il se voit alors retirer sa ceinture de champion du monde par la fédération.

Combats face à Alistair Overeem et Semmy Schilt (2008-2009)[modifier | modifier le code]

Portrait d'un homme souriant, les yeux fermés.
Badr Hari en 2009.

Le , Badr Hari affronte le combattant de MMA Alistair Overeem dans le cadre de la soirée Dynamite!! 2008. Devant les 25 634 spectateurs présents à la Saitama Super Arena, Overeem envoie Hari au tapis sur un coup de genou au visage alors qu’il lui tient la tête puis le met hors combat quelques secondes plus tard d’un crochet du gauche dès la première reprise. Après le match, Hari déclare qu'il ne participera plus à un combat selon les règles de l'organisation Dynamite!!.

En , Badr Hari affronte Semmy Schilt pour le titre de champion du monde des poids super-lourds de l’organisation It's Showtime. La soirée, organisée à Amsterdam, est un événement sportif majeur aux Pays-Bas. Agressif dès les premiers échanges, Hari envoie le colosse de 2,12 m au tapis à deux reprises dans le premier round et remporte le titre en 45 secondes[7],[9].

En , au premier tour du K-1 World Grand Prix 2009, compétition majeure de la saison, Hari bat Zabit Samedov par KO. Qualifié pour le tournoi final organisé au Japon, Hari choisit d'affronter Ruslan Karaev en quart de finale et le bat par KO. En demi-finale, Badr Hari retrouve Alistair Overeem dans une revanche attendue. En conférence de presse d'avant-combat, Hari promet une victoire par KO au premier round. Le lendemain, le kickboxeur prend sa revanche en forçant l’arbitre à arrêter Alistair Overeem dans la première reprise après un enchaînement de coups de poing et de coups de pied[10],[11]. En finale, opposé à Semmy Schilt qu’il a battu plus tôt dans l’année, Hari est battu par KO dans un combat spectaculaire et expéditif[12].

Coup d'arrêt (2010)[modifier | modifier le code]

Badr Hari commence son année 2010 en conservant son titre de champion des poids lourds It's Showtime en remportant une victoire par KO au deuxième round face au Tunisien Mourad Bouzidi à Prague. En avril, son combat face à Alexey Ignashov dans le K-1 World Grand Prix organisé à Yokohama va à son terme, le premier combat d'Hari en trois ans à ne pas se terminer avant le gong final. Badr Hari gagne à la décision des juges. Le mois suivant, le champion perd son titre à l'Amsterdam Arena face à son ancien partenaire d'entraînement Hesdy Gerges. Après avoir dominé la première reprise, il fait tomber son adversaire au sol dans le deuxième round et le frappe d'un coup de pied au visage alors qu'il se relève. Disqualifié pour ce geste, Hari renforce sa réputation de talentueux kickboxeur qui n'arrive pas à se contrôler[13].

L'ensemble de ses titres en K1 aurait été révoqué[8][réf. à confirmer].

2012[modifier | modifier le code]

Le , Hari affronte Gökhan Saki à Leeuwarden dans le cadre d'une soirée organisée par It's Showtime. Par la force de ses coups de poing, le kickboxeur bat son adversaire en le faisant tomber plusieurs fois au sol jusqu'à forcer l’arbitre à arrêter le combat.

En , le nouveau président de K1 Global, Mike Kim, annonce que Hari ferait son retour sous la bannière de l'organisation. Ce retour de la vedette néerlandaise est organisé le à Madrid en Espagne contre Anderson « Braddock » Silva. Hari remporte le combat par décision unanime. Il doit ensuite participer en octobre aux qualifications pour les finales du K-1 en Asie et en décembre au K-1 World Grand Prix Final à New York mais il ne peut s'y rendre à cause d'accusations d'agressions physiques[14]. Outre un incident en boîte de nuit, l'agression sur le millionnaire Koen Everinck lui vaut d'être placé en détention provisoire et de purger sept mois de prison[15]. Justifiant l'agression d’Everinck parce qu'il aurait fait un commentaire sur sa petite amie de l’époque, le kick-boxeur est finalement condamné à deux ans de prison en 2017 pour coups et blessures volontaires[16].

2013-2014[modifier | modifier le code]

Libéré de détention, Hari est autorisé à disputer le tournoi K1 World Grand Prix organisé à Zagreb en Croatie en . Après le retrait de Ben Edwards, le kickboxeur marocain affronte Zabit Samedov en quart de finale. S'il remporte le combat par décision unanime, Hari se blesse au pied et est contraint de se retirer de la compétition.

De retour à la compétition en mai, Badr Hari doit affronter Ismael Londt à Eindhoven aux Pays-Bas mais le combat est annulé pour des raisons administratives par l’organisateur. Le combattant retrouve finalement Zabit Samedov à Moscou en Russie dans le cadre d'une soirée intitulée Legend Fighting Show. La belle entre les deux combattants tourne à l’avantage de Samedov qui l’envoie au tapis dans la première reprise et à nouveau dans la deuxième sur un crochet du gauche. Hari n’arrive pas à se relever et reste à genoux jusqu'à la fin du compte.

Dans les jours qui suivent, Hari participe à un tournoi à quatre combattants organisé à Dubaï aux Émirats arabes unis sous le nom de GFC 3. Le , après des victoires par KO dès le premier round face à Stefan Leko en demi-finale et Peter Graham en finale, Badr Hari gagne le tournoi et la somme de 2 200 000 de dirhams[17], dont il reverse une partie à une association du Kosovo et de Serbie[réf. nécessaire].

Le , Hari annonce sur les réseaux sociaux ses intentions de prendre sa retraite sportive mais le message est effacé quelques minutes plus tard. Le sportif déclare que son compte a été piraté et nie tout intention de se retirer du monde des sports de combat.

Le , Badr Hari doit combattre contre Patrice Quarteron. La veille du combat, Hari ne se présente pas à la conférence de presse et l’organisateur du combat, le GFC, annule la confrontation dans un imbroglio[18]. Le clan du Néerlandais avance comme motif le manque de professionnalisme de Patrice Quarteron, celui du Français qu'on lui a proposé de l’argent pour que le combat soit relocalisé au Maroc[18].

En 2015, Badr Hari fait parler de lui pour ses apparitions hors des rings avec le célèbre joueur de football Cristiano Ronaldo à Marrakech[19] ou pour sa rencontre avec le président tchétchène Ramzan Kadyrov[20]. Il annonce publiquement soutenir financièrement Mohamed Rabii dans sa préparation aux Jeux olympiques d'été de 2016[21].

Attraction du Glory (2016-)[modifier | modifier le code]

En 2016, l'homologue de Badr Hari, Rico Verhoeven gagne en notoriété à la suite de la planification d'un affrontement entre les deux kick-boxeurs. Badr Hari finira par perdre cette première confrontation sur TKO, à cause d'une blessure au bras.

En 2018, huit ans après un premier affrontement perdu sur disqualification pour un comportement anti-sportif, Badr Hari retrouve Hesdy Gerges dans le ring à l’occasion du Glory 51. Bien qu'il sorte de prison, le sportif marocain prouve qu'il conserve une bonne condition physique et domine son adversaire aux points[22]. Testé positif lors d'un test antidopage[23], cette victoire est retirée et l’issue transformée en « sans décision » et vaut à Hari d'être suspendu 19 mois à compter du [24],[25].

En , Badr Hari annonce son retour sur les rings lors d'un combat de revanche contre Rico Verhoeven organisé à Arnhem le . À la suite d'un énorme engouement de 30 000 personnes ayant acheté leur ticket au GelreDom d'Arnhem pour assister au combat en direct, le bourgmestre décide de prendre des précautions en interdisant l'entrée aux moins de 18 ans, avec également l'interdiction d'alcool[26]. Finalement, blessé lors du troisième round à la cheville sur un coup de pied retourné, il abandonne laissant son adversaire remporter le titre[27],[28]. À la suite de ses blessures, il s'absente pendant trois à quatre mois avant de planifier son prochain combat le 20 juin 2020 face au Roumain Benjamin Adegbuyi à Rotterdam[29].

Battu par Arkadiusz Wrzosek par KO au quatrième round en , la revanche face au Polonais lors du Glory 80 ne peut aller à son terme, de violentes bagarres dans la salle force l'arrêt du combat et l'annulation de la soirée après que les supporters de Arkadiusz Wrzosek, composé notamment d’hooligans du Legia Varsovie, ai commencé à lancer des chaises sur les spectateurs de la salle entraînant une bagarre générale[30],[31].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Badr Hari a cinq enfants Amber-may, Houda, Aïcha, Nora et Ayden avec sa femme néerlandaise Daphne Romani. Une autre ex-compagne est Estelle Cruyff, ex-femme de l'ancienne star de football Ruud Gullit, mais aussi la nièce de Johan Cruyff la légende du football hollandais[32]. C'est aussi un ami proche de Cristiano Ronaldo, le footballeur ayant effectué beaucoup d'aller retour entre Madrid et le Maroc en 2016, ce qui lui aura valu une remarque de la part du Real Madrid.

Il a collaboré sur le son Won't stop de Meek Mill, dans lequel il rappe en néerlandais[33]. Il a aussi rappé avec le célèbre rappeur Appa (connu aux Pays-Bas)[34].

Le rappeur franco-marocain La Fouine qui est aussi un de ses amis, lui concoctera un morceau pour ses entrées avant ses combats, sur une reprise de l'instrumentale Bugatti de DJ Khaled[35].

Le 11 janvier 2021, Badr Hari devient l'ambassadeur officiel de MB Nutrition en signant un contrat de collaboration avec Mo Bicep[36].

Palmarès[modifier | modifier le code]

À ce jour, Badr Hari comptabilise 124 combats avec un bilan de 106 victoires pour 16 défaites chez les professionnels dont deux par disqualification.[réf. nécessaire]

Son palmarès comprend les titres suivants :

  • 3 Titre de champion du monde des poids-lourds It's Showtime
  • 2 Titre de champion du monde des poids lourds K-1
  • 2014 : Vainqueur du tournoi poids lourds du Fight Series 1 (Global Fighting
  • 2008 et 2009 : double finaliste du K-1 World Grand Prix
  • 2002 : champion des Pays-Bas WPKL (Muay Thai)

Combats[modifier | modifier le code]

Liste des combats en kickboxing
Bilan en MMA
Légende :
  • Victoire
  • Défaite
  • Égalité/Sans décision
  • Notes

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Stap Maar In De Ring feat. Appa
  • 2009 : Bad Boy feat. Appa
  • 2014 : Won't Stop feat. Meek Mill

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Badr Hari : tout savoir sur la star du kick-boxing de retour sur les rings », sur CNEWS (consulté le )
  2. « Maroc : Azaitar, Hari, Rabii… ces stars du ring qui gravitent autour des puissants – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com (consulté le )
  3. « Kick-boxing : Badr Hari prêt pour la rédemption ! », sur Afrik, (consulté le )
  4. a b c et d https://fr.allafrica.com/stories/201608130283.html
  5. a b et c « Badr Hari se prépare pour son dernier combat », sur Le Site Info, (consulté le )
  6. a b et c « Badr Hari rate le sacre », sur Le Matin, Le Matin (consulté le )
  7. a b et c « Tapis rouge pour Badr Hari », sur Maghress (consulté le )
  8. a et b (nl) « De tumultueuze jaren van Badr Hari: op zoek naar eerste overwinning sinds 2015 », sur nos.nl, (consulté le )
  9. GLORY Kickboxing, « Semmy Schilt v Badr Hari #1 » [vidéo], YouTube, (consulté le ).
  10. Yabiladi.com, « Glory : Badr Hari remontre sur le ring en octobre face à Alistair Overeem », sur www.yabiladi.com (consulté le )
  11. GLORY Kickboxing, « Badr Hari v Allistair Overeem » [vidéo], YouTube, (consulté le ).
  12. GLORY Kickboxing, « Semmy Schilt v Badr Hari #2 » [vidéo], YouTube, (consulté le ).
  13. (en) Michael David Smith, « Badr Hari Does It Again, DQ'd for Kicking Hesdy Gerges on the Ground », MMA Fighting, (consulté le ).
  14. (en) Andrew Saunders, « Kickboxing Star Badr Hari Could Face Attempted Manslaughter Charge », Bleacher Report, (consulté le ).
  15. Josh Rosenblatt, « La légende du kickboxing Badr Hari va retourner en prison », Vice, (consulté le ).
  16. (en) « Kickboxer Badr Hari gets 2 years in prison for assault on businessman », NL Times, (consulté le ).
  17. Christophe Sidiguitiebe, « Badr Hari remporte le Global Fighting Championship », Telquel, (consulté le ).
  18. a et b Anthony Hernandez, « Boxe thaï : Patrice Quarteron, le colosse facétieux », Le Monde, (consulté le ).
  19. Wadii Charrad, « "Zin li fik" était le terme le plus recherché par les Marocains en 2015 », Telquel, (consulté le ).
  20. Benjamin Bousquet, « Badr Hari, le kickboxeur jet-setteur du web », Telquel, (consulté le ).
  21. Christophe Sidiguitiebe, « Badr Hari annonce sa retraite et rêve d'un dernier combat au Maroc », Telquel, (consulté le ).
  22. Houssam Hatim, « Après une longue absence, Badr Hari s'impose contre Hesdy Gerges », Telquel, (consulté le ).
  23. (nl) Linda de Groot et Guido van Gorp, « Kickboksers Hari en Gerges positief bij dopingcontrole », NOS, (consulté le ).
  24. (en) « Badr Hari suspended for violation of DAN rules, GLORY Kickboxing », sur Fightmag, (consulté le )
  25. Hamza Makraoui, « Dopage : 19 mois de suspension pour Badr Hari », sur LobservateurDuMaroc, (consulté le )
  26. (nl) « Beveiligd Arnhem in de ban van hét kickboksduel tussen Badr Hari en Rico Verhoeven », sur RTL Nieuws, (consulté le )
  27. (nl) « Rico Verhoeven blijft wereldkampioen nadat Badr Hari geblesseerd moet opgeven », sur Omroep Brabant (consulté le )
  28. Jean-Guy Lebreton, « Kick-boxing: la cruelle blessure de Badr Hari face à Verhoeven au Glory », RMC Sport, (consulté le ).
  29. (nl) « Badr Hari knokt op 20 juni tegen deze Roemeen », sur Sportnieuws, (consulté le )
  30. Belga, « GLORY 80 - Kick-boxing aussi dans la salle, et annulation des deux principaux combats de lourds », sur sportmagazine.levif.be, (consulté le ).
  31. Belga, « Un gala de boxe dégénère à Hasselt », DH, (consulté le ).
  32. (nl) D. van Aken, Badr Hari terug bij zijn ex Daphne Romani, Metro, le 26 mars 2014
  33. Track: Meek Mill - Won't Stop ft. Badr Hari (Remix) - Fakka
  34. (nl) De Telegraaf, le 13 mai 2013.
  35. Squat, « La Fouine : Le kickboxeur Badr Hari monte sur le ring avec son nouveau titre ! », sur 13OR-du-HipHop, (consulté le )
  36. (nl) D. Frye, « Badr Hari tekent dik nieuw contract! », sur CHAMP LIFE, (consulté le )
  37. « Vidéo : Badr HARI mis KO après un retournement de situation de folie ! », sur Muaythaitv (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :