Badr Hari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Badr Hari
The Golden Boy
The Golden Boy
Fiche d’identité
Nom complet Badr Hari (Badr El Houari)
Surnom The Golden Boy – Bad Boy – Devil prince of Morroco - Poings d'aciers - Fares BIM BIM-Cobra - Iron Najib
Nationalité Drapeau : Maroc Marocaine Drapeau : Pays-Bas Hollandais
Date de naissance
Lieu de naissance Amsterdam
Style Kick-boxing
Taille 1,97 m – 120 kg
Catégorie Poids lourd
Palmarès
  Professionnel
Combats 103
Victoires 93
Victoires par KO 79
Défaites 10
Dernière mise à jour : 07 février 2014

Badr Hari (ar بدر هاري) né le 8 décembre 1984 à Amsterdam est un kickboxeur maroco-néerlandais [1] de K-1.

Biographie[modifier | modifier le code]

Surnommé The Golden boy[2], Badr Hari , né à Amsterdam[3] de parents marocains originaires de Ouled Teima (Houara, « 44 »)[4] plus précisément. Badr Hari a commencé le kick boxing dès l'âge de sept ans. C'est avec la célèbre Team Chakuriki, très réputée aux Pays-Bas et dirigée par Tom Harinck, qu'il lance sa carrière professionnelle.

En 2003, Hari alors âgé de 19 ans est appelé à remplacer Melvin Manhoef qui devait affronter la star du K-1 Alexey Ignashov une semaine avant le combat. Avec une différence de près de 18 kg entre les deux hommes, il réalise un très bon combat où il tient tête au Biélorusse jusqu'au 3e round, mais perd finalement par KO technique. Après cette belle performance, et à seulement 19 ans, Badr Hari gagne le respect du public et gagne la considération des organisateurs du prestigieux K-1.

En 2005, il quitte le Chakuriki de Tom Harinck et rejoint Mike Passenier du "Mike's Gym" avec lequel il s'entraînera aux côtés de Melvin Manhoef et Bjorn Breggy.

Le 6 décembre 2008, Badr Hari parvient pour la première fois en finale du K-1 WGP après avoir écarté Peter Aerts et Errol Zimmerman. En finale, opposé à Remy Bonjasky, il écope d'un carton rouge pour avoir frappé son adversaire au sol et se voit perdre la ceinture par disqualification[5].

L'année 2009 sera pour Hari l'occasion ou jamais de se racheter de sa finale gâchée contre Remy Bonjasky et sa défaite quelques jours plus tard contre Alister Overeem. Hari enregistre 3 victoires par KO au premier round contre Frédéric Sinistra[6], le hollandais Semmy Schilt (contre qui, il remportera le titre It's Showtime poids lourd à Amsterdam) et Zabit Samedov, et se qualifie pour la 3e fois d'affilée au tournoi à la grande finale au Japon (preuve encore une fois d'un grand combattant). Plus respectueux vis-à-vis de ses adversaires, il change remarquablement d'attitude et prend conscience de la responsabilité qui repose sur ses épaules. Dans ce tournoi, Badr fera très forte impression et réussira à se hisser jusqu'en finale, en ayant battu Ruslan Karaev et Alistair Overeem par « KO » au premier round. En finale, il sera vaincu par Semmy Schilt qu'il avait déjà battu plus tôt dans l'année, mais qui cette fois-ci sera intraitable.

Le 29 mai 2010, Badr Hari met en jeu son titre des champions poids lourds au It's showtime contre l'hollando-égyptien Hesdy Gerges. Comme en 2008, il est à nouveau disqualifié après avoir frappé illégalement son adversaire au sol. Hari perd alors sa ceinture par disqualification et ne manquera pas de se faire copieusement huer par la foule. Suite à cet évènement, il adressera une lettre d'excuse[7] envers l'Amsterdam Aréna et son public lors d'un communiqué de presse.

Le 28 janvier 2012, il livre alors son dernier combat contre le Turque Gökhan Saki. Une "retraite" éclaire , puisqu'il est revenu sur le circuit dès le 27 mai 2012 au K1 de Madrid. Ce comeback face au redoutable combattant brésilien Anderson Silva (dit "Braddock"), sera à nouveau sanctionné par une victoire, mais cette fois, par décision du Jury, par la suite Badr Hari est placé en détention provisoire pour tentative de meurtre sur le milliardaire Koen Everink, il purge 7 mois de prison et sort le 22/01/2013. Le 15 mars 2013, il livre un autre combat face à l’azerbaïdjanais Zabit Samedov, Badr Hari est désigné favori, leurs premier combat n'avait pas fait long feu en 2009 ou Badr en avait terminé rapidement avec son adversaire. La lutte entre les deux combattants commence très fort. Les deux hommes se rendent coup pour coup, mais Badr a l'avantage. Il met à terre son adversaire, Zabit Samedov est compté, Badr a le combat en main jusqu'à la fin et il est donné gagnant par décision unanime.

Historique des combats en K-1 et palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Kickboxing record

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]