Bacha bazi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
Batcha à Samarcande avec un orchestre entre 1905 et 1915.

Le bacha bazi, ou batcha bazi (bača bāzī, persan : بچه بازی, littéralement « jouer avec les enfants » en persan iranien et « jouer avec les garçons » en persan afghan), également connu sous le nom de baccha (du persan bačeh بچه « enfant, jeune homme ») ou bača beriš (garçon imberbe), est une sorte d'esclavage sexuel[1], sous la forme de prostitution de garçons pré-pubères et d'adolescents vendus à des hommes riches ou puissants et le plus souvent mariés pour servir de danseurs au cours de spectacles offerts à leurs affidés, ou dansant à des cérémonies de mariage[2], les hommes étant toujours strictement séparés des femmes qui se trouvent dans d'autres salles. Ces garçons doivent également assouvir les besoins sexuels de leur maître. Cette coutume prospère en Afghanistan, où de nombreux hommes en possèdent comme symbole de leur statut social[3],[4]. Certains des adolescents concernés déclarent avoir des relations sexuelles forcées. Les autorités tentent de réprimer cette pratique, mais beaucoup doutent que ces efforts soient efficaces, car la plupart des hommes pratiquant le bacha bazi sont puissants, bien armés, et sont même parfois d'anciens commandants[5].

La pratique est illégale en vertu de la loi afghane, étant « à la fois contre la charia et le code civil »[6], mais les lois sont rarement appliquées contre les délinquants puissants[7],[8]. Le représentant spécial de l'ONU du secrétaire général pour les enfants et les conflits armés signale en 2009[9] :

« Il est temps de s'attaquer ouvertement à cette pratique et d'y mettre un terme. Les chefs religieux en Afghanistan ont fait appel à moi pour les aider dans la lutte contre ces activités. Des lois devraient être adoptées, des campagnes devraient être menées et les auteurs devraient être tenus responsables et punis. Les garçons, comme les filles, doivent être protégés de manière qu'ils soient autorisés à bénéficier de tous les avantages d'une enfance sans aucune forme d'exploitation. »

Histoire[modifier | modifier le code]

Musiciens posant avec leurs batchas.

La pratique du bača bāzī est une forme de pédérastie qui est répandue en Asie centrale depuis les temps anciens[9].

Plus fréquente jadis qu'à l'heure actuelle, surtout dans les régions du nord de l'Afghanistan et les régions pachtounes de l'Afghanistan et du Pakistan, cette pratique a décliné dans les grandes villes après la Première Guerre mondiale, pour des raisons que l'historien de la danse Anthony Shay décrit[10]. Selon lui, « la pruderie victorienne et la réprobation des puissances coloniales comme les Russes, les Britanniques et les Français, ainsi que les élites post-coloniales qui avaient absorbé les valeurs coloniales occidentales » expliquent le déclin de cette coutume.

Un certain nombre de voyageurs occidentaux en Asie centrale ont fait état du phénomène de la bača. En visite au Turkestan de 1872 à 1873, le diplomate américain Eugene Schuyler observe que « des jeunes garçons et des adolescents spécialement formés prennent ici la place qu'ont les danseuses dans d'autres pays. Les mœurs de la société de l'Asie centrale sont à peine touchées par la modernité. » Il est d'avis que ces danses « sont loin d'être indécentes, mais [qu'] elles sont souvent très lascives. » À cette époque, il y avait déjà des signes de désapprobation officielle de cette pratique. Schuyler ajoute que :

« Ces batchas, ou danseurs, sont une institution reconnue dans l'ensemble des parties habitées de l'Asie centrale, mais ils sont le plus en vogue à Boukhara et à Samarcande. Dans le Khanat de Kokand, les danses publiques ont depuis quelques années été interdites, le Khan ayant décidé d'imposer un semblant de moralité et de sévérité. À Tachkent, les batchas ont prospéré jusqu'en 1872, quand une grave épidémie de choléra a été à l'origine de la décision des mollahs de déclarer que la danse était à l'encontre des préceptes du Coran, et, à la demande des dirigeants de la population indigène, les autorités russes ont interdit les danses publiques au cours de l'été. »

Orchestre au Turkestan russe avec un batcha dans les années 1870.
Batcha au Turkestan russe dans les années 1870.

Schuyler fait remarquer que l'interdiction avait duré à peine un an. Il décrit en outre les marques de respect et d'affection que les danseurs reçoivent :

« Ces batchas sont autant respectés que les plus grands chanteurs et artistes le sont chez nous. Chaque mouvement qu'ils font est suivi et applaudi, et je n'ai jamais vu un tel intérêt, à bout de souffle comme ils excitent toute la foule d'hommes qui semblent les dévorer de leurs yeux, tandis qu'ils battent la mesure des mains à chaque séquence. Si un batcha condescend à offrir à un homme un bol de thé, le bénéficiaire l'emporte avec une profonde révérence, et retourne le bol vide de la même manière, s'adressant à lui seul en tant que Taxir, “Votre Majesté”, ou Kulluk, “Je suis votre esclave”. Lorsqu'un batcha traverse le bazar, tous ceux qui savent qui il est se lèvent pour le saluer avec la main sur le cœur, et l'exclamation de Kulluk ! S'il daigne s'arrêter et se reposer dans quelque magasin, on y voit un grand honneur. »

Il signale également qu'un riche mécène pouvait aider à s'établir dans une activité son danseur préféré, après que celui-ci fut devenu trop vieux pour exercer sa profession de bača[11]. On ne signale pas si cela était fréquent.

Constantin Constantinovitch von Pahlen, au cours de ses voyages dans la région en 1908 et 1909, décrit ainsi ces danses[12] :

« Des coussins et des carpettes furent installés, sur lesquels nous nous allongeâmes avec reconnaissance. De grands tapis furent étendus dans la cour et les indigènes allumèrent leurs narguilés, nous les offrant poliment. C'est alors que Khivan, célèbre bachehs, fit son entrée. Derrière la scène, un orchestre principalement composé de flûtes de jumeau, de tambours de bouilloire et d'une demi-douzaine de trompettes d'argent à taille d'homme avait pris position. En face de nous, une porte laissée entrouverte conduisait au harem trimestres[Quoi ?] [espaces réservé aux esclaves]. L'orchestre commença alors avec une curieuse mélodie plaintive, le rythme étant repris et souligné par les timbales, et quatre bachehs prirent leurs positions sur le tapis. Les bachehs sont de jeunes garçons spécialement formés pour effectuer un ensemble particulier de danses. Pieds nus, vêtus comme des femmes, en longues blouses de soie aux couleurs vives qui atteignent le dessous de leurs genoux, les pantalons étroits bien serrés autour des chevilles, les bras et les mains brillant de bagues et de bracelets. Ils portent les cheveux longs, arrivant en dessous des épaules, bien que la partie avant de la tête soit rasée de près. Les ongles des mains et des pieds sont peints en rouge, les sourcils sont noir de jais. Les danses se composent de contorsions sensuelles du corps et de stimulations rythmiques de long en large, les mains et les bras levés dans un mouvement tremblant. Le nombre de danseurs augmenta ensuite, le cercle grandit en taille, la musique devint plus aiguë et perçante, tandis que les yeux des spectateurs indigènes brillaient d'admiration et que les bachehs entonnaient une mélodie perçante, dans le tempo sans cesse croissant de la musique. Le prince héritier expliqua qu'ils chantaient l'amour et la beauté des femmes. Ensuite les danseurs effectuèrent des mouvements plus rapides empreints d'une grande émotion, jusqu'à ce qu'ils se jettent à terre, comme épuisés et grisés par l'amour. Ils furent suivis par d'autres, qui dansèrent selon le même thème. »

En 1909, deux bačas furent présentés parmi les artistes à l'Exposition agricole centrale, industrielle et scientifique asiatique de Tachkent. Notant l'intérêt constant du public pour ce genre de spectacle, plusieurs chercheurs basés localement transcrivirent les paroles de chansons interprétées par deux garçons (Haǧī-bača, 16 ans, et Sayyid-bača, 10 ans). Ces chansons furent publiées en « langue sart » (ouzbek) et il y eut des traductions en russe[13].

Une étude menée en 2011 par Ingeborg Baldauf au Pakistan impliquant quatre garçons a permis de trouver des similitudes et des différences entre la pratique au Pakistan et celles observées en Ouzbékistan dans les années 1970[14].

Une enquête du Pentagone révèle en 2017 que les soldats américains servant en Afghanistan qui dénonçaient le bacha bazi à leurs officiers (conformément à une loi interdisant l'aide américaine à des unités étrangères coupables de certaines pratiques) ne récoltaient qu'un haussement d'épaules[15].

Biblio-filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le journaliste afghan Najibullah Quraishi a réalisé un documentaire sur cette pratique qui est intitulé La Danse des garçons afghans. Ce film a été projeté par la Royal Society of Arts le 29 mars 2010[16] et diffusé par la chaîne de télévision américaine PBS Frontline le 20 avril 2010[3], et en France, en septembre 2010 et 2012. Le journaliste Nicholas Graham a salué ce documentaire comme étant « à la fois fascinant et terrifiant »[17].
  • Les Cerfs-volants de Kaboul (The Kite Runner), premier roman de l'Américain d'origine afghane Khaled Hosseini, est paru en 2003 aux États-Unis[18] et a été adapté au cinéma. La pratique du bača bāzī est représentée aussi bien dans le roman que dans le film. Dans l'intrigue, le protagoniste est forcé de devenir un garçon danseur et l'esclave sexuel d'un fonctionnaire de haut rang du gouvernement taliban, qui avait aussi, des années plus tôt, violé le père du garçon quand les deux étaient jeunes adolescents.
  • En 2015, Au bruit des clochettes, court-métrage de la réalisatrice française d'origine afghane, Chabname Zariab (auteur du livre La Pianiste afghane), raconte l'histoire de Saman, un jeune batcha qui deviendra bientôt majeur et qui se trouve chargé d'apprendre à danser à un jeune garçon récemment acheté par son maître. Par souci de sécurité, le film a dû être tourné en Tunisie[19],[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Boys in Afghanistan Sold Into Prostitution, Sexual Slavery", DigitalJournal.com, 20 novembre 2007.
  2. (en) Rustam Qobil, BBC News, 8 septembre 2010
  3. a et b (en)"The Dancing Boys of Afghanistan", PBS Frontline, documentaire télévisé, 20 avril 2010.
  4. (en) Rustam Qobil, « The sexually abused dancing boys of Afghanistan », BBC News,‎ (lire en ligne).
  5. (en) Pul-e Khumri, « Afghan boy dancers sexually abused by former warlords », Reuters,‎ (lire en ligne).
  6. (en) Jon Boone, « Foreign contractors hired Afghan 'dancing boys', WikiLeaks cable reveals », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Quraishi, Najibullah Uncovering the world of "bacha bazi" at New York Times April 20, 2010
  8. (en) Bannerman, Mark The Warlord's Tune: Afghanistan's war on children at Australian Broadcasting Corporation February 22, 2010.
  9. a et b (en) Coomaraswamy, Radhika Promotion and Protection of the Rights of Children « Copie archivée » (version du 1 mars 2011 sur l'Internet Archive) at United Nations General Assembly, October 14, 2009.
  10. Anthony Shay, « The Male Dancer in the Middle East and Central Asia » (consulté le 7 juillet 2008).
  11. (en) Schuyler, Eugene, Turkistan: Notes of a Journey in Russian Turkistan, Khokand, Bukhara and Kuldja (London: Sampson, Low, Marston, Searle & Rivington) 1876, Vol.I p. 132-133
  12. (en) Comte K. K. Pahlen, Mission to Turkestan, Translation by Mr. N. Couriss, 1908-1909.
  13. (ru) B.M. Ilkine (Б. — Г. М. — А. Илькин), A.A. Divaïev (А. — Б. А. — Д. Диваев), Piotr Komarov (Петр Комаров), Песни бачей (les chansons du bacchá). In: Кауфманский сборник, изданный в память 25 лет, истекших со дня смерти покорителя Туркестанского края, генерал-адъютанта К. П. фон-Кауфмана I-го ("Recueil consacré à Kaufman: pour le vingt-cinquième anniversaire de la mort de l'adjudant-général K.P. von Kaufman, conquérant de l'Asie centrale"), Moscou, 1910.
  14. (en) Jan Willem de Lind van Wijngaarden & Bushra Rani (2011): « Male adolescent concubinage in Peshawar, Northwestern Pakistan, Culture, Health & Sexuality », 13:9, 1061-107.
  15. Agence France Presse, « Esclaves sexuels en Afghanistan: les soldats américains avaient pour instruction de se taire », 17 novembre 2017, en ligne.
  16. (en) "True Stories: The Dancing Boys of Afghanistan" « Copie archivée » (version du 31 août 2010 sur l'Internet Archive), 29 mars 2010
  17. (en) Nicholas Graham, « 'Dancing Boys Of Afghanistan': Bacha Bazi Documentary Exposes Horrific Sexual Abuse Of Young Afghan Boys (VIDEO) », The Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  18. Traduit de l'américain par Valérie Bourgeois et publié en France en 2007 par les Éditions Belfond.
  19. Agathe Demanneville, « Au bruit des clochettes de Chabname Zariab », Format Court,‎ (lire en ligne).
  20. Court-métrage diffusé en France sur Arte en février 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • AFP, « Le "Bacha bazi": la tradition afghane des jeunes esclaves sexuels », L'Obs,‎ (lire en ligne)