Eugene Schuyler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eugene Schuyler
Description de cette image, également commentée ci-après

Photo d'Eugene Schuyler

Naissance
Ithaca
Décès (à 50 ans)
Venise
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Profession
Formation

Eugene Schuyler ( - ) était un écrivain, journaliste, explorateur et diplomate américain. Il fut le premier diplomate américain à visiter l'Asie centrale russe, et en tant que consul général américain à Constantinople, il a joué un rôle clé dans la révélation des atrocités turques commises lors de l'insurrection bulgare d'avril 1876.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Eugene Schuyler était le fils de George W. Schuyler, propriétaire d'une pharmacie à Ithaca (New York), et plus tard élu à New York trésorier de l'État. Les ancêtres de son père, d'origine hollandaise, comprenaient un général dans l'armée de George Washington. Sa mère, Mathilde Scribner, était la demi-sœur de Charles Scribner (en), le fondateur des célèbres Éditions Scribner.

À quinze ans, Schuyler entre à Yale College, où il étudie les langues, la littérature et la philosophie. Il est diplômé Cum laude en 1859 et a été membre du Skull and Bones. Il devient l'un des premiers étudiants diplômés à l'université Yale en 1860.

Traducteur de Tourgueniev et Diplomate en Russie[modifier | modifier le code]

Consul à Moscou en 1867, et secrétaire de la légation à Saint-Pétersbourg.

Voyages en Asie centrale[modifier | modifier le code]

Voyage au Turkestan, Boukhara, en Sibérie.

En visite au Turkestan en 1872 à 1873, Eugene Schuyler a observé que, « Ici garçons et les jeunes spécialement formés prennent la place de danseuses d'autres pays. La tonalité morale de la société de l'Asie centrale est à peine améliorée par le changement ». Son opinion était que les danses « étaient loin d'être indécentes, mais elles étaient souvent très lascives. » À cette date, il y avait déjà des signes de désapprobation officielle de la pratique. Schuyler a écrit :

Schuyler a fait remarquer que l'interdiction avait duré à peine un an. Il a en outre décrit le respect et l'affection que les danseurs ont souvent reçu :

Il signale également qu'un riche mécène pouvait aider à s'établir dans une activité son danseur préféré, après que celui-ci fut devenu trop vieux pour exercer sa profession de bača.

Schuyler et les enquêtes sur les atrocités turques en Bulgarie[modifier | modifier le code]

Alors Consul général à Constantinople, Schuyler se rend en Bulgarie en compagnie du prince Alexey Tsérétélev de Russie et du journaliste Januarius Aloysius MacGahan, et va témoigner des atrocités qui s'y produisent[1] dans un rapport intitulé The Turkish Atrocities in Bulgaria. Il va prouver qu'au moins soixante-cinq villages ont été brûlés, la torture appliquée, les tortionnaires récompensés, et que les rapports officiels d'Edib-Effendi sont entièrement faux. Il témoigne aussi qu'en Bosnie, des derviches prêchent la guerre religieuse contre les non-musulmans et excitent au massacre des Chrétiens[2].

En 1877, il se livrera à des recherches archéologiques parmi les ruines d'Eski-Zaghra[3].

Rejet de la Turquie ; Diplomate à Rome, en Roumanie, en Serbie et en Grèce[modifier | modifier le code]

En 1879, consul général à Rome, et trois ans plus tard consul général de Grèce, Serbie et Roumanie, résidant à Athènes.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Certaines rues des villes bulgares de Sofia, Varna et Panagurichté portent son nom, ainsi que le mont Schuyler sur la Terre de Graham en Antarctique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :