Autoreille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Autoreille
Autoreille
Autoreille : l'église Sainte-Cécile.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Marnay
Intercommunalité Communauté de communes des monts de Gy
Maire
Mandat
Catherine Lind
2014-2020
Code postal 70700
Code commune 70039
Démographie
Population
municipale
328 hab. (2016 en augmentation de 8,97 % par rapport à 2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 14″ nord, 5° 48′ 43″ est
Altitude Min. 250 m
Max. 374 m
Superficie 9,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Autoreille

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Autoreille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Autoreille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Autoreille

Autoreille est une commune française située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Autoreille
Gy
Charcenne Autoreille Gézier-et-Fontenelay
Avrigney-Virey Courcuire Pin

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes des monts de Gy (dans sa composition de 2015).

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Gy[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Marnay.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre depuis 2009 de la communauté de communes des monts de Gy.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1983 Bernard Carisey    
1983 2014[2] Georges Paulien    
2014[3] En cours
(au 25 mai 2016)
Catherine Lind DVG Conseillère départementale de Marnay (2015 → )

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2016, la commune comptait 328 habitants[Note 1], en augmentation de 8,97 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
462510563595600562588560511
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
456435462462423402360334276
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
248228214168160147137120127
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
129131122169250268291294305
2016 - - - - - - - -
328--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Plante aquatique (Ranunculus fluitans).
  • Agriculture,
  • Circuit de karting,
  • Création en 1994 par Sylvie et Olivier Benoist du jardin aquatique "ACORUS" avec production de plantes de milieux humides, plantes aquatiques[7],[8].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La fontaine-lavoir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Autoreille.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : d’argent aux trois fasces nébulées de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « La population a plus que doublé », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « [Le] maire d’Autoreille (...) poursuit : « 2014, année d’élection municipale importante pour la commune et je ne serai plus candidat ».
    C’est en 1977 que Georges Paulien est élu conseiller municipal sous la houlette de Bernard Carisey, maire de l’époque, avec lequel il entretiendra des liens forts tout au long des mandats successifs. Devenu maire à son tour en 1983, cet homme natif d’Autoreille cumule 37 années au service de ses concitoyens »
    .
  3. « Catherine Lind élue pour un premier mandat », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « ACORUS, producteur de plantes Aquatiques », ACORUS (consulté le 19 octobre 2016).
  8. « Acorus, l’univers des jardins aquatiques », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Un endroit unique puisqu’il abrite également une pépinière aquatique ; depuis le 1er janvier, le jardin et la pépinière sont deux entités distinctes : côté jardin, visites, formations et services et côté production, la vente de plantes aquatiques ».