Charcenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charcenne
Charcenne
Vue générale du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Marnay
Intercommunalité Communauté de communes des monts de Gy
Maire
Mandat
Michel Renevier
2014-2020
Code postal 70700
Code commune 70130
Démographie
Population
municipale
339 hab. (2016 en augmentation de 2,11 % par rapport à 2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 21″ nord, 5° 46′ 38″ est
Altitude Min. 214 m
Max. 351 m
Superficie 7,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Charcenne

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Charcenne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charcenne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charcenne

Charcenne est une commune du département de la Haute-Saône, dans la région Bourgogne-Franche-Comté, en France. Les habitants sont les Charcennais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Le village comprend 716 ha sur du calcaire jurassique[1].

La Colombine, affluent de la Morthe y prend sa source[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Gy Rose des vents
Choye N Autoreille
O    Charcenne    E
S
Cugney Avrigney-Virey

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom « Charce » viendrait de l'oronyme pré-indo-européen *cars désignant des reliefs calcaires et notamment leurs formes particulières d'érosion (cf. karst). On retrouve cette racine dans les villages de Charcier (Jura) et La Charce (Drôme) ainsi que dans le Charsac, petit ruisseau drômois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Charcenne est un village gaulois puis gallo-romain[2] réputé pour ses vignobles[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes des monts de Gy (dans sa composition de 2015).

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1826 du canton de Marnay[4]. La composition de ce canton a été modifiée dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes des monts de Gy, créée en 1999.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 21 août 2016)
Michel Renevier   Réélu pour le mandat 2014-2020[5],[6]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Un projet de méthanisation collective dans le secteur de Charcenne est initié depuis 2013 par l'association Ener-Gy Graylois et concernerait une centaine d’agriculteurs dans un rayon d'une quinzaine de kilomètres. L'installation produirait de l'électricité revendue à EDF et de la chaleur utilisée par la fromagerie Milleret[7]. Le chantier pourrait débuter vers 2017 et l'installation permettrait de valoriser 75.000 tonnes de fumier et 10.000 tonnes de lisier, en produisant 1,4 MW, permettant d’éviter la consommation de 4 500 tonnes d’équivalent CO2[8].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2016, la commune comptait 339 habitants[Note 1], en augmentation de 2,11 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
987780798764877889892823827
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
679686717661645603536466405
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
404401370308286290294266269
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
258266262292267329349340341
2016 - - - - - - - -
339--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Après l'arrêt de la fête des vendanges, il y a quelques années, la commune organise en général au mois de juin, une journée artisanale.

Économie[modifier | modifier le code]

Fromage L'Ortolan.
  • Fromagerie Milleret : Emmental et fromages à pâte molle (72 millions de litres de lait transformés en 2001), notamment le "Carré Charcennay", l' "Ortolan" et le "Roucoulons" et la cancoillotte à la moutarde depuis 2016[12].
  • Pépinières Guillaume : viticulteur (spécialiste mondial du plant de vigne)
  • Électricité Chauffage, énergies renouvelables : Damien Milleret
  • Pépinières Guenot,

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Charcenne Blason De sinople chargé en pointe d'une tomme de comté d'argent entaillée en pointe dextre et d'une grappe de raisin du même brochant en cœur.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Société linnéenne de Normandie Auteur du texte, Mémoires de la Société linnéenne de Normandie, [Société linnéenne de Normandie], (lire en ligne)
  2. a et b La Haute Saône, « Charcenne - Commune de Haute-Saône en Franche-Comté », sur www.la-haute-saone.com (consulté le 31 mars 2018)
  3. Gloriod, La Vigne américaine : sa culture, son avenir en Europe, [s.n.], (lire en ligne), P350
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  6. « Liste des maires de la Haute-Saône » [PDF], Liste des maires de la Haute-Saône et des présidents de communautés de communes, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 19 octobre 2016).
  7. Cécilia Cherrier, « Ça gaze dans le Graylois : Un projet collectif de méthanisation est en train de prendre forme dans le secteur de Charcenne. Les résultats de l’étude de faisabilité vont être présentés, ce mardi, à Gy. », L'Est républicain, édition deHaute-Saône,‎ (lire en ligne) « Dans l’idée, l’unité de méthanisation serait installée à Charcenne, sur un terrain extérieur au village, à l’abri d’un bois. Ainsi les camions, apportant les matières organiques, ne traverseraient pas le village. L’installation ne présenterait pas non plus de nuisances olfactives. L’endroit disponible est idéalement proche du poste d’injection d’électricité ».
  8. Maxime Chevrier, « Méthanisation : Charcenne veut voir grand : Depuis 2013, un projet de méthanisation collective est né. Il associerait les agriculteurs dans un rayon de 15 km de Charcenne, où la fromagerie Milleret serait un acteur clé. L’investissement (10 M€) pourrait être une aubaine », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Consommation - La fromagerie Milleret, de Charcenne (70), lance un parfum Bourgogne Franche-Comté : et maintenant la cancoillotte à la moutarde, clin d’oeil à la nouvelle grande région », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  13. « La chapelle Notre-Dame de Leffond », notice no IA00015973, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Remue-ménage à la chapelle de Leffond », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  15. Jean-Louis Beaucarnot, « La généalogie de Johnny Hallyday », sur La revue française de Généalogie, (consulté le 6 décembre 2017)