Les Voivres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Voivres
Les Voivres
L'église Saint-Remy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Le Val-d'Ajol
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Épinal
Maire
Mandat
Michel Fournier
2014-2020
Code postal 88240
Code commune 88520
Démographie
Gentilé Voivrais(es)
Population
municipale
320 hab. (2015 en diminution de 7,78 % par rapport à 2010)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 55″ nord, 6° 17′ 43″ est
Altitude Min. 280 m
Max. 422 m
Superficie 12,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Voivres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Voivres

Les Voivres est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Voivrais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 5 km au nord de Bains-les-Bains, bordé à l'ouest par le Côney[1] et le canal de l'Est[2],[3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[4] :

  • rivière le Coney,
  • ruisseaux jeandin, le bagnerot.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Vosges.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu est attesté en 1711 sous la même forme[5].

L'étymologie du terme fait l'unanimité parmi les spécialistes :

« Terrain vague, parfois en broussailles, quelquefois converti en bois, souvent humide, voir Vèvre[10]. »

  • Xavier Delamarre considère les toponymes du type La Voivre, etc. comme des produits de l'étymon gaulois uobera-, uoberno-, « source ou ruisseau caché » puis « bois, forêt », avec une évolution phonétique du type uo-bero > ua-bero pour expliquer tous ces noms de lieux. Il s'agit du même terme que le vieil irlandais fobar « source, ruisseau souterrain », irlandais fobhar « puits, passage d'une rivière ». Il cite encore Joseph Loth qui donne le sens de « ruisseau plus ou moins caché, pas toujours apparent, encaissé »[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Pont-des-Fées, vestige gallo-romain au bord du Côney.

À l'époque médiévale, le site faisait partie du finage de Bains-les-Bains. La commune est créée en 1802 mais reste dépendante de la paroisse de Bains jusqu'en 1842.

Le 28 avril 1821, la commune des Voivres, comme celle de Fontenoy-le-Château ou celle Bains-les-Bains, est soustraite de l'arrondissement de Mirecourt pour être rattachée à l'arrondissement d'Épinal[12].

Dans le Dictionnaire géographique universel[13] daté de 1833, on cite :Village de France, département des Vosges, arrondissement et à 4 lieues et demi au sud-ouest d'Épinal, canton et à une lieue au nord-est de Bains. Usines à fer et tréfilerie. 620 habitants.

Le dictionnaire de Géographie de 1854[14] donne dix ans plus tard une population de 895 habitants.

Lors de l'Exposition universelle de 1855, on expose dans la section Construction une lave pour couvrir les toits dont le grès bigarré provient d'une carrière des Voivres[15],[16]. Le grès bigarré des Voivres à une belle réputation puisqu'on le trouve cité de nouveau dans L'art de construire en 1855[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[18] :

  • total des produits de fonctionnement : 687 000 , soit 1 992  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 551 000 , soit 1 597  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 512 000 , soit 1 484  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 236 000 , soit 684  par habitant ;
  • endettement : 635 000 , soit 1 841  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 17,14 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 22,70 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 25,82 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 15 523 [19].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie des Voivres.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 en cours
(au 18 février 2015)
Michel Fournier   Fleuriste

Population et société[modifier | modifier le code]

En 1990, constatant que l'école primaire était menacée de fermeture, le maire nouvellement élu, Michel Fournier, décida de lancer un appel dans la presse afin de trouver des couples avec enfants susceptibles de venir s'installer à la campagne[20]. Cinq familles répondirent à l'appel. La mairie racheta des maisons, les réhabilita et les mit en location-vente aux nouveaux habitants[21].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[23].

En 2015, la commune comptait 320 habitants[Note 1], en diminution de 7,78 % par rapport à 2010 (Vosges : -2,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
611704702809807819895816790
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
789808742799689652590577576
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
533491453426462372325296258
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 - -
227222210301317347320--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignement[26] :

  • écoles maternelle et primaire ;
  • collèges à Bains-les-Bains, Xertigny ;
  • lycées à Le Chesnois, Harol, Épinal.

Santé[modifier | modifier le code]

  • Professionnels de santé à Bains-les-Bains[27], Xertigny[28] et Épinal.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique, paroisse Saint-Colomban-en-Vôge, diocèse de Saint-Dié[29].

Économie[modifier | modifier le code]

Ferme du Ru Migaille.

La carrière de grès de la Colause[30] à proximité du pont des Fées, vestige d'un pont romain, fut ouverte en 1895 pour la reconstruction de la digue du réservoir de Bouzey.

Les Voivres était une commune sans industrie, où l'agriculture périclitait. Une ferme piscicole a vu le jour autour de l'étang Lallemand ; le tourisme vert se développe désormais.

La création d'un Pôle d'excellence rurale (P.E.R) sur la commune s'inscrit dans une logique de structuration d'une filière économique : celle du bois feuillus (hêtre principalement)[31].

Hébergement touristique[modifier | modifier le code]

L'Office départemental des centres de vacances et de loisirs (Odcvl), société coopérative française créée en 1939, commercialise principalement des séjours de vacances en France et à travers le monde pour groupes et familles. Il dispose d'un centre permanent dans la comumne.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Bonne Espérance.
  • Église Saint-Remy, construite en 1841[32].
  • Le Pont des Fées, altération de pont défait, serait, c'est la théorie de l'historien Constant Olivier[33], un vestige d'un pont de l'époque gallo-romaine construit dans le prolongement de la voie romaine Escles Harsault[34],[35],[36]. Les vestiges du pont ont été très abimés lors du percement du canal de l'Est.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Claudé, Président de la société d'horticulture et de viticulture des Vosges[37].

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Côney à Les Voivres
  2. Les cours d'eau et plans d'eau à Les Voivres
  3. La passerelle sur le Coney
  4. L'eau dans la commune
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, 1979. p. 692.
  6. Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France: leur origine, leur signification, leurs transformations, Auguste Longnon, ed. Champion, Paris, 1920.
  7. Ibidem.
  8. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (3 vol. Droz 1990-1998.
  9. , Französisches Etymologisches Wörterbuch (Dictionnaire étymologique du français, DEF) n) XIV, p. 92a.
  10. Formations végétales, et paysages ruraux. Lexique et guide bibliographique., Georges Plaisance, ed. Paris, CNS et Gauthier-Villars, 1959.
  11. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris (éditions errance) 2001, p. 324.
  12. Bulletin des lois (de 1788 à 1830), éd.Guyot et Scribe, 1838
  13. Dictionnaire géographique universel, A.J. Kilian, 1833
  14. Dictionnaire de géographie ancienne et moderne, A. Meissas et J-C Michelot, Hachette, éd. 1854
  15. Matériaux de construction de l'exposition universelle de 1855, A.Delesse, éd.V.Dalmont, 1856
  16. La carrière de La Colosse à Les Voivres
  17. Pratique de l'art de construire: maçonnerie, terrasse et platrerie, Claudel et Laroque, éd. Dunod, 1865
  18. Les comptes de la commune
  19. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  20. Le Monde, T. Tluczklant, Le pari réussi du village des Voivres, 3 juillet 2001.
  21. Philippe Meyer, Les Gens de mon pays , Celui qui importait des Cassoces et multipliait les poissons, éd. Robert Laffont/bouquins/segher, 2014, (ISBN 222115648X)
  22. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  26. Établissements d'enseignements
  27. Professionnels de santé
  28. Médecins proches
  29. Paroisse Saint-Colomban-en-Vôge
  30. La Colause
  31. Le Val de Vôge: Une Raison d'Hêtre
  32. L'église de Les Voivres
  33. Constant Olivier, Fontenoy-le-Château 1862-Fez 1919)
  34. Société d'émulation des Vosges 1909
  35. Le réseau des routes romaines
  36. Voies antiques dans le département des Vosges
  37. « Biographie de Claudé », sur le site personnel de Bernard Visse (consulté le 4 mai 2018)