Charles Fox Parham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles Fox (homonymie), Fox et Parham.
Charles Fox Parham
Image illustrative de l'article Charles Fox Parham
Généralités
Nom Charles Fox Parham
Date de naissance 4 juin 1873
Lieu de naissance Muscatine, Iowa, États-Unis
Date de décès (à 55 ans)
Lieu de décès Baxter Springs, Kansas, États-Unis
Nationalité Américain
Pays de résidence États-Unis
Diplôme Théologie
Spiritualité
Religion Christianisme évangélique
Courant Pentecôtisme
Fonctions
Service Missionnaire
Autre(s) activité(s) Leader du Pentecôtisme
Vie personnelle
Conjoint(e) Sarah Thistlewaite, 1896–1929, (sa mort)

Charles Fox Parham, né le à Muscatine, Iowa, États-Unis, mort le à Baxter Springs, était un prédicateur et un évangéliste. Il est à l’origine de l’association de la glossolalie avec le baptême du Saint-Esprit et ainsi du développement du pentecôtisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Parham, un des cinq fils de William et Ann Parham, est né en Muscatine, États-Unis le . Il a déménagé avec sa famille à Cheney, une petite ville du Kansas, par wagon couvert en 1883. William Parham détenait des terrains et un élevage de bovins, puis a finalement acheté une entreprise dans la ville. La mère de Charles est morte en 1885. L'année suivante, son père a épousé Harriet Miller. Harriet était une fervente chrétienne, et les Parhams ont souvent ouvert leur maison pour des activités religieuses [1]. Charles a épousé Sarah Thistlewaite, la fille d'un Quaker. Leurs fiançailles ont eu lieu en été 1896 [2] et ils se sont mariés le [3].

Ministère[modifier | modifier le code]

Début[modifier | modifier le code]

Parham a commencé à parler dans l’église dès l'âge de 15 ans. En 1890, il est inscrit au Southwestern College de Winfield (Kansas), une école méthodiste affiliée. Il a étudié jusqu'en 1893 quand il est venu à penser que l'éducation serait un frein à son ministère. Bien qu’il n'ait pas été ordonné, il a ensuite travaillé dans l’Église épiscopale méthodiste en tant que pasteur remplaçant [4]. Parham a quitté l'église méthodiste en 1895 parce qu'il était en désaccord avec sa hiérarchie. Il se plaignait que les prédicateurs méthodistes "ne prêchaient pas par inspiration directe" [2]. Rejetant les dénominations, il a créé son propre ministère d'évangélisation itinérant, qui prônait les idées du mouvement de sanctification et a été bien reçu par les gens du Kansas[5].

Topeka, Kansas[modifier | modifier le code]

Puis vient la naissance de son fils, Claude, en septembre 1897. Quelque temps après, Parham et son fils sont tombés malades en même temps. Attribuant leur rétablissement à une intervention divine, Parham a renoncé à toute aide médicale et s’est engagé à prêcher la guérison divine et à prier pour cela[6]. En 1898, Parham a déplacé son quartier général à Topeka, où il exploitait une mission et un bureau. Dans cette ville, il a établi la "Bethel Healing Home" ("Maison de guérison Bethel") et publié le magazine Apostolic Faith (Foi Apostolique). Parham a exploité ces activités sur une base de la foi. Il n'a pas reçu d’offrandes pour cela. Pendant les services, il préférait prier Dieu que pourvoir pour le ministère [7].

Parham a décidé de connaître plus en détail certains enseignements de différents mouvements chrétiens, a pris un congé sabbatique de son travail à Topeka en 1900 et a visité diverses églises[8]. Alors qu'il a vu et examiné d'autres enseignements et des missions différentes, la plupart de son temps a été consacré à Shiloh, le ministère de Frank Sandford au Maine, et dans une tournée de ce dernier en Ontario [2]. Dans les écrits ultérieurs de Parham, il semble que certains de ses enseignements aient été incorporés, mais pas tous[9]. En plus d'avoir un impact sur ce qu'il a enseigné, il semble qu'il s’inspira de Sandford pour son modèle de collège biblique[2].

Quand il est revenu de cette année sabbatique, ceux qui étaient restés responsables de sa maison de guérison avaient pris le relais. Parham a commencé un collège biblique, le Bethel Bible College à Topeka en octobre 1900. L'école a été calquée sur le modèle de la "Holy Ghost and Us Bible School" de Sandford. Parham a continué de fonctionner sur une base de foi, ne chargeant pas de frais de scolarité. Il a invité tous les ministres et les chrétiens qui étaient prêts à tout abandonner, à vendre ce qu'ils avaient et à entrer dans l'école pour l'étude et la prière. Environ 40 personnes (y compris les personnes à charge) ont répondu à son invitation [7]. Le seul livre d’étude était la Bible et Parham considérait que le seul professeur était le Saint-Esprit, qui l’utilisait comme porte-voix [10]

Avant de commencer son école biblique, Parham avait entendu parler d'au moins une personne, dans la mission de Sandford qui parlait en langues et avait rapporté l'événement dans son journal. Parham en était venu à la conclusion qu'il y avait pas d'autre baptême du Saint-Esprit semblable reconnu à l'époque [2]. À la fin de 1900, Parham avait conduit ses élèves de la Bethel Bible School avec la compréhension qu’il devait y avoir une autre expérience avec Dieu, mais n’avait pas spécifiquement parlé de la glossolalie. Le récit de Parham indique que c’est à la fin des classes en décembre qu’il a quitté ses élèves pendant quelques jours, en leur demandant d'étudier la Bible pour déterminer quels éléments de preuve étaient présents lorsque l'Église primitive a reçu le Saint-Esprit [3]. Les étudiants ont eu plusieurs jours de prière et de culte, et ont tenu une veillée de prière à l’école le . Le lendemain soir, le , ils ont également tenu une réunion, et c’est à ce moment qu’Agnes Ozman se sentit poussée à demander la prière pour recevoir la plénitude de l'Esprit Saint[2]. Immédiatement après cela pour, elle a commencé à parler en ce qu'ils ont appelé "parler en langues", parlant en ce que l'on croyait être une langue connue[9].

Mouvement de la Foi Apostolique[modifier | modifier le code]

Les croyances controversées et l’attitude sévère de Parham ont rendu difficiles les soutiens financiers pour l’école; la presse locale a ridiculisé l'école de Parham, l’appelant la "Tour de Babel", et beaucoup de ses anciens élèves ont dit qu’il était dans l’erreur. En avril 1901, le ministère de Parham à Topeka était dissous[11]. C’est en 1903 que ses finances se sont améliorées quand il prêchait sur le pouvoir de guérison en Jésus-Christ à El Dorado Springs, Missouri, une station thermale populaire. Mary Arthur, épouse d'un éminent citoyen de Galena (Kansas), a affirmé qu'elle avait été guérie sous le ministère de Parham. Elle et son mari ont invité Parham à prêcher son message à Galena, ce qu'il a fait pendant l'hiver 1903-1904 dans un entrepôt pouvant accueillir des centaines de personnes. En janvier, le journal Herald de Joplin (Missouri) a indiqué que 1 000 personnes avaient été guéries et 800 avaient revendiqué une conversion. Dans les petites villes minières du sud-ouest du Missouri et du sud-est du Kansas, Parham a développé une solide base qui a formé l'épine dorsale de son mouvement [12].

En dehors des réunions de Galena, Parham a réuni un groupe de jeunes collègues qui voyageaient de ville en ville, en équipe de deux pour proclamer la "foi apostolique". Contrairement à d'autres prédicateurs avec un message orienté vers la sanctification, Parham a encouragé ses partisans à s’habiller élégamment afin de montrer l'attrait de la vie chrétienne. C’est en 1904 que le premier bâtiment de bois spécifiquement pour une assemblée pentecôtiste a été construit à Keelville, Comté de Cherokee (Kansas). D’autres assemblées semblables (Parham n’aimait pas la désignation du corps chrétien local comme "église") ont été lancées dans la zone de Galena[13]. Le mouvement se répandit bientôt à travers le Texas, le Kansas et l'Oklahoma.

Pendant l’année 1906, Parham a commencé à travailler sur un certain nombre de fronts. À Houston, son ministère a inclus la réalisation d'un collège biblique autour de 1906. Plusieurs Afro-Américains ont été fortement influencés par le ministère de Parham dans cette ville, y compris William J. Seymour[14]. Ensemble Parham et Seymour ont prêché aux Afro-Américains de Houston, et Parham avait prévu d'envoyer Seymour prêcher aux communautés noires du Texas[15]. En septembre, il s’est aventuré également à Zion (Illinois), dans un le but de regagner les adeptes déçus de John Alexander Dowie (évangéliste écossais), bien qu'il ait quitté pour de bon après que la tour d'eau municipale s’est effondrée et a détruit sa tente de prédication. Un an plus tard, plusieurs centaines de fidèles le suivaient. Ces derniers ont été confiés à la supervision de John Graham Lake. En 1906, Charles Parham a envoyé, avec des fonds, une femme noire, Lucy Farrow, une cuisinière de son école de Houston, qui avait reçu le baptême de l'Esprit et sentait un appel pour Los Angeles, en Californie. Quelques mois plus tard, il a envoyé Seymour, avec des fonds de l'école, à rejoindre Lucy Farrow dans la mission de Los Angeles[16],[17]. Le travail de Seymour à Los Angeles sera par la suite développé dans le réveil d’Azuza Street, qui est considéré par beaucoup[réf. nécessaire] comme le berceau du mouvement pentecôtiste. Seymour a demandé et reçu une licence en tant que ministre du Mouvement de la Foi Apostolique de Parham, et il a d'abord considéré son travail à Los Angeles, comme étant sous l'autorité de Parham[14]. Cependant, Seymour a rompu avec Parham, en raison de sa critique sévère du culte à Asuza Street et le mélange des Blancs et des Noirs dans les réunions[18].

Cet évènement et son soutien de personnes de l’anglo-israélisme ont souvent conduit à le considérer comme raciste. Toutefois, certains[réf. nécessaire] ont noté que Parham fut le premier à atteindre les Afro-Américains et les Mexicains et les a inclus dans le jeune mouvement pentecôtiste. Il prêchait dans les églises noires et a invité Lucy Farrow, la femme noire qu'il avait envoyée à Los Angeles, à prêcher à Houston, durant un rassemblement du « Mouvement de la Foi Apostolique », duquel lui et W. Fay Carrothers étaient responsables, en août 1906, comme témoin oculaire, Howard A. Goss raconte dans le livre de sa femme, The Winds of God[19] : « Fraiche du réveil de Los Angeles, Sœur Lucie Farrow est retournée assister à ce rassemblement. Bien qu'afro-américaine, elle a été reçue comme une messagère du Seigneur, même dans l'extrême sud du Texas. »

Dans le contexte du début du XXe siècle, les vues de Parham sur les relations ethniques reflètent celles de son temps, mais il était prêt à défier les mœurs sociales, même quand cela n’était pas une chose populaire à faire[20].

Déclin de l'influence[modifier | modifier le code]

Un autre coup dur pour son influence dans le jeune mouvement pentecôtiste a été des allégations d'inconduite sexuelle à l'automne 1906. Cela a été suivi par son arrestation en 1907 à San Antonio sur l'accusation d'"avoir commis une infraction contre nature", avec un homme de 22 ans, le co-accusé, J.J. Jourdan. Parham a nié à plusieurs reprises avoir pratiqué l’homosexualité, mais l’affaire a été reprise par la presse[21]. Finalement, le procureur de district a décidé d'abandonner l'affaire. Parham et ses partisans ont insisté sur le fait que les accusations étaient fausses et faisaient partie d'une tentative de Wilbur Voliva (un évangéliste) pour le piéger[22]. Parham avait déjà cessé de prêcher à l’église de Voliva, à Zion, et voulait mettre en place une église dans cette ville. Cependant ses adversaires ont utilisé l'accusation portée contre lui pour le discréditer ainsi que le mouvement spirituel. Des affiches avec une supposée confession de Parham sur une sodomie ont été distribuées dans les villes où il prêchait, des années après que l'affaire a été abandonnée. Parham n'a pas été en mesure de récupérer après ces difficultés et son influence a décliné[22],[23],[24],[25].

En outre, il y avait des allégations d'irrégularités financières et d'aberrations doctrinales. Puis l'accent du mouvement s’est déplacé de Parham à Seymour. Les attaques de Parham contre des dirigeants émergents, couplées avec les allégations, ont été des difficultés importantes. Il était devenu embarrassant pour le nouveau mouvement qui tentait d'établir sa crédibilité[26].

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Parham avait contracté une sévère fièvre rhumatismale qui a endommagé son cœur et a contribué à sa mauvaise santé. À un moment, il est passé proche de la mort. Parham a récupéré et est revenu à une vie active pour le ministère, croyant fermement que Dieu l’avait guéri. Alors qu’il avait récupéré de la fièvre rhumatismale, il semble que la maladie avait probablement affaibli ses muscles cardiaques, et cela été un facteur contribuant à ses problèmes cardiaques plus tard[2]. En 1927, les premiers symptômes de problèmes cardiaques commençaient à apparaître, et durant l'été 1928, après son retour d'un voyage en Palestine (qui avait été le rêve de sa vie), la santé de Parham a commencé à se détériorer davantage.

Au début de janvier 1929, Parham a fait un long trajet en voiture avec deux amis à Temple (Texas), où il devait faire la présentation de photos prises en Palestine. Le 5 janvier, il s’est effondré durant la présentation de ses diapositives. Quand sa femme est arrivée, elle a découvert que son état était mauvais et qu’il était incapable de manger. Contre sa volonté (il voulait continuer sa tournée de prédication), sa famille l'a ramené à la maison de Baxter Springs (Kansas), où il est mort l'après-midi du [27].

Doctrines[modifier | modifier le code]

Les doctrines de Parham se sont développées au fil du temps. Plusieurs facteurs ont influencé ses idées théologiques. Il préférait travailler sur des doctrines dans la méditation privée. Il pensait que le Saint-Esprit pouvait communiquer directement avec lui, rejetant ainsi l'autorité religieuse établie. Il a insisté sur "le salut par la foi; la guérison par la foi; l'imposition des mains et la prière; la sanctification par la foi; le retour (pré-millénaire) de Jésus-Christ, le baptême du Saint-Esprit et de feu, qui scelle le croyant et permet les dons" [6].

Héritage[modifier | modifier le code]

Parham est l'origine de la doctrine du signe initial suivant le baptême du Saint-Esprit, le parler en langues [26]. C’est cette doctrine qui a occasionné la naissance du pentecôtisme, doctrine distincte d’autres groupes chrétiens du mouvement de sanctification qui parlaient en langues et pensaient que cela était une expérience suivant le salut et la sanctification. Dans un changement critiqué par Parham[18], le Mouvement de la Foi Apostolique a fusionné avec d'autres groupes pentecôtistes en 1914 pour former le Conseil général des Assemblées de Dieu aux États-Unis d'Amérique[28]. Aujourd'hui, les Assemblées de Dieu sont la plus grande dénomination pentecôtiste dans le monde. Avec William J. Seymour, il est considéré comme l'une des deux figures centrales du pentecôtisme[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edith L. Blumhofer, "Restoring the Faith: The Assemblies of God, Pentecostalism, and American Culture", University of Illinois Press, USA, 1993
  2. a, b, c, d, e, f et g James R. Jr. Goff, " Fields White Unto Harvest: Charles F. Parham and the Missionary Origins of Pentecostalism", University of Arkansas Press, USA, 1988
  3. a et b Sarah Parham, "The Life of Charles F. Parham", Apostolic Faith Bible College, USA, 1930, révisé en 2000
  4. Blumhofer 1993, p. 44-45
  5. Blumhofer 1993, p. 45
  6. a et b Blumhofer 1993, p. 46
  7. a et b Blumhofer 1993, p. 47
  8. Sarah Parham, p. 48
  9. a et b Larry Martin, "The Topeka Outpouring of 1901", Christian Life Books, USA, 2000
  10. Blumhofer 1993, p. 50.
  11. Espinosa 2014, p. 46
  12. Blumhofer 1993, p. 53
  13. Blumhofer 1993, p. 54
  14. a et b Blumhofer 1993, p. 55
  15. Randall Herbert Balmer, "Encyclopedia of Evangelicalism", Baylor University Press, USA, 2004, page 619
  16. The Winds of God, Ethel Goss, 1958 Word Aflame Press, pages 72-73
  17. Azusa Street and Beyond, L. Grant McClung Jr., 1986 Bridge Publishing Inc., page 5
  18. a et b Gary B. McGee, "Tongues, The Bible Evidence: The Revival Legacy of Charles F. Parham", Enrichment Journal
  19. The Winds of God, Ethel Goss, 1958 Word Aflame Press, page 97-98
  20. Eddie L. Hyatt (Fall 2004), "Across the Lines: Charles Parham's Contribution to the Inter-Racial Character of Early Pentecostalism", Pneuma Review
  21. Vinson Synan. The Holiness–Pentecostal Tradition: Charismatic Movements in the Twentieth Century. Grand Rapids, Michigan: William B. Eerdmans Publishing Company, 1997, p. 106
  22. a et b Tony Cauchi, Charles Fox Parham, Revival-library.org, United Kingdom, 2004
  23. Thomas A. Fudge, Christianity Without the Cross: A History of Salvation in Oneness Pentecostalism, 2003
  24. Gordon Mursell, English spirituality: from 1700 to the present day, John Know Press, 1997
  25. Dairmuid MacCulloch, A History of Christianity, London, 2010
  26. a et b Blumhofer 1993, p. 56
  27. Sarah Parham, p. 413
  28. Joe Creech, "Visions of Glory: The Place of the Azusa Street Revival in Pentecostal History". Church History 65, no. 3., USA, 1996. Pages 415-417
  29. Walter A. Elwell, Evangelical Dictionary of Theology, Baker Academic, USA, 2001, p. 899