Art nouveau à Charleroi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La ville de Charleroi est avec Liège la ville wallonne comptant le plus d'immeubles de style Art nouveau.

Historique[modifier | modifier le code]

La destruction des fortifications dès 1870 a permis l'extension de la ville sur des terrains fraichement dégagés. C'est ainsi qu'au début du XXe siècle, Charleroi, en plein essor industriel (charbonnages, industries du verre et du fer), vit la création de nouveaux quartiers d'habitation principalement au nord de la ville haute. Beaucoup de ces résidences furent édifiées dans le style à la mode de cette (belle) époque : l'Art nouveau.

Une étude menée par Marie Wautelet qui s'appuie sur l'écriture figurant sur les demandes de permis de bâtir et sur les plans, et qui semble confirmée par une comparaison stylistique des bâtiments, attribue un grand nombre de réalisations Art nouveau à Charleroi à François Giuannotte (1843-1914). Selon cette étude, il serait l'architecte Art nouveau le plus important de la ville[1].

Après la Première Guerre mondiale, la construction de la ville se poursuit dans un style Art déco aussi très présent à Charleroi.

Style[modifier | modifier le code]

L'Art nouveau à Charleroi fut surtout mis en valeur par une utilisation ingénieuse du fer et du verre issus des industries locales ainsi que par la collaboration d'artistes bruxellois passés maîtres dans l'art du sgraffite comme Paul Cauchie et Gabriel van Dievoet[a]. L'Art nouveau carolorégien est assez proche du style « Art nouveau géométrique » pratiqué à Bruxelles par Paul Hankar.

Principaux architectes Art nouveau à Charleroi[modifier | modifier le code]

Les principaux architectes de la jeune génération de l'Art nouveau à Charleroi, furent : Hector Tonet, Constant Dujardin[2], Edgard Clercx (1873-1967), Octave Carpet (1873-1940), Georges Colin, Hector Lecomte, Alfred Machelidon. Certains architectes ayant construit à Charleroi avaient le siège de leurs activités dans d'autres villes comme Jules Lalière (1875-1953), ce dernier surtout actif à Namur, ou peut être d'autres venant de Bruxelles ou de Liège comme Victor Rogister[3]. Il serait, en effet, erroné de croire que les architectes Art nouveau ayant œuvré à Charleroi, comme d'ailleurs les décorateurs et autres artisans d'art, étaient tous établis en cette ville.

Principales réalisations Art nouveau à Charleroi[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreuses réalisations de style Art nouveau, trois maisons et une rue sont à épingler.

La Maison dorée[modifier | modifier le code]

La Maison dorée est la réalisation carolorégienne de style Art nouveau la plus connue. Elle est située à l'angle de la rue Tumelaire et du boulevard Defontaine. Cette maison est l'œuvre de l'architecte Alfred Frère pour l'industriel Chausteur. Les sgraffites ornant la façade ont été conçus par le Bruxellois Gabriel van Dievoet. La maison fut construite en 1899 et classée en 1993.

Article détaillé : Maison dorée (Charleroi).

La Maison Lafleur[modifier | modifier le code]

Construite en 1908 au no 7 du boulevard Solvay, la Maison Lafleur est proche du style Art nouveau géométrique que l'on retrouve dans la sécession viennoise et est assez semblable à la Maison Lapaille édifiée à Liège quelques années auparavant par Victor Rogister qui en est peut-être également l'auteur.

Article détaillé : Maison Lafleur.
La Maison des médecins

La Maison des Médecins[modifier | modifier le code]

La Maison des Médecins située au no 40 de la rue Léon Bernus est un imposant immeuble de trois niveaux et quatre travées utilisant l'asymétrie et de nombreux matériaux de construction différents. Les nombreuses baies vitrées sont pourvues de petits bois et de vitraux colorés. Elle fut réalisée pour le Docteur Bastin en 1908 et classée en 1994. Traditionnellement attribuée à l'architecte Alfred Machelidon elle est maintenant considérée comme une œuvre tardive de François Guiannotte (1843-1914).

Article détaillé : Maison des médecins.

La rue Léon Bernus[modifier | modifier le code]

Comme Cogels Osylei à Anvers, la rue Léon Bernus est l'artère carolorégienne la plus représentative du style Art nouveau. Elle ne comptabilise pas moins d'une trentaine de maisons de ce style dont deux séquences allant des numéros pairs 28 à 56 et des numéros impairs 23 à 55. Ces ensembles ont été classés en 2010 comme ensemble architectural.

Liste des réalisations Art nouveau à Charleroi[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive de maisons de style Art nouveau ou en comportant certains éléments.

Quartier nord de la ville haute[modifier | modifier le code]

  • rue Neuve, 6 (vitrine), Hector Tonet. Détruite en 2017.
  • rue Neuve, 26 (vitrine), Hector Tonet
  • rue Neuve, 23/25
  • rue de la Régence, 63, 1909
  • boulevard Janson, 29, 38, 50
  • avenue de Waterloo, 5 à 9, Edgard Clercx et Octave Carpet, 1910
  • rue Zénobe Gramme, 20 à 32, Octave Carpet
  • boulevard Solvay, 7, Maison Lafleur, 1908
  • rue Huart-Chapel, 7/9, 1913
  • rue Léon Bernus, 1/3, Hector Tonet, 1912
  • rue Léon Bernus, 14, 1909
  • rue Léon Bernus, 23 à 55 et 28 à 56, ensemble architectural dont
  • rue Isaac, 33/35

Autres quartiers[modifier | modifier le code]

  • rue Tumelaire, 15, Maison dorée, architecte Alfred Frère, sgraffittes de Gabriel Van Dievoet, 1899.
  • rue Tumelaire, 91, maison pour l'adjudant Boudrenghien par Hector Lecomte, 1906[4]
  • rue de Marcinelle, 34 à 40, quatre maisons de commerce par Zacharie Clercx, 1904[5]
  • rue de Marcinelle, 5, Raoul Taburiaux, 1908. Sgraffite attribué à Paul Cauchie[6]
  • rue de la Montagne, 38. Sgraffite attribué à Paul Cauchie
  • rue de Dampremy, 12, Hector Tonet, 1907. Sgraffite attribué à Paul Cauchie[7]
  • avenue des Alliés, 22 à 26, Hector Tonet, dont
    • la maison des Quatre Arts[8]

Dans les autres sections (anciennes communes)[modifier | modifier le code]

Localisation des principales œuvres au centre-ville[modifier | modifier le code]

Carré bleu : en activité ; point rouge : supprimé.
Maison dorée
Maison dorée
Maison La Fleur
Maison La Fleur
Maison des médecins
Maison des médecins
Maison Boudrenghien
Maison Boudrenghien
Rue de la Montagne 38
Rue de la Montagne 38
Rue de la Régence 63
Rue de la Régence 63
Rue de Marcinelle 5
Rue de Marcinelle 5
Rue de Dampremy 12
Rue de Dampremy 12
Rue Zénobe Gramme 22
Rue Zénobe Gramme 22
Rue Neuve 26
Rue Neuve 26
Rue Adolphe François à Lodelinsart
Rue Adolphe François à Lodelinsart
Place du Chenois à Lodelinsart
Place du Chenois à Lodelinsart
Voir l’image vierge
Art nouveau à Charleroi centre

Conservation du patrimoine Art nouveau à Charleroi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gabriel Van Dievoet avait des liens familiaux avec Charleroi, en effet, sa grand-mère Hortense Poelaert (1815-1900), sœur du célèbre architecte Joseph Poelaert, veuve d'Eugène Van Dievoet (1804-1858), résidait à l'époque à Charleroi chez son fils Camille Van Dievoet (1842-1931), qui fut agent de la Banque Nationale à Charleroi de 1896 à 1910. Hortense Poelaert est morte à Charleroi le 15 avril 1900, 21 rue Léopold (Charleroi, état-civil, acte 147 du 16 avril 1900, décès de Hortense-Catherine Poelaert).
  2. Prix du patrimoine 2015 de la Société royale d'archéologie, d'histoire et de paléontologie de Charleroi (« Ils défendent le patrimoine architectural », L'Avenir,‎ (lire en ligne))
  3. Gabriel Van Dievoet, Sgraffiti exécutés dans le courant de l'année 1901, p. 5 : « n° 65, ornement : marguerite, rue du Basson, Marcinelle, propriétaire : Eugène ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Wautelet 2006, p. 134.
  2. Constant Dujardin, architecte, fut conseiller communal de Charleroi : Pierre-Jean Schaeffer, Charleroi, 1830-1994: histoire d'une métropole, 1995, p. 120.
  3. La Maison Lapaille de style nouveau géométrique fait penser à la Maison Lafleur.
  4. Wautelet 2006, p. 122
  5. Wautelet 2006, p. 130
  6. Wautelet 2006, p. 149-150
  7. Wautelet 2006, p. 147
  8. Bioul 2004, p. 147-150
  9. P.M.B., p. 135
  10. P.M.B., p. 136
  11. a et b Wautelet 2006, p. 150-151.
  12. P.M.B., p. 149
  13. P.M.B., p. 131-132
  14. Bioul 2004, p. 96-103
  15. P.M.B., p. 134
  16. a et b Manon Roossens, « L’art nouveau est en danger à Charleroi », La Nouvelle Gazette,‎ (lire en ligne).
  17. En 1904, Gabriel Van Dievoet réalisa un sgraffite ressemblant, pour la façade de la pharmacie Paul Weil, boulevard de Waterloo, 94, Bruxelles, à la limite de Saint-Gilles. [File:Pharmacie Weil.JPG|Voir en ligne].
  18. Didier Albin, « Charleroi: Des œuvres d’art à vue dans le paysage urbain », La Dernière Heure,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 20 : Wallonie, Hainaut, Arrondissement de Charleroi, Liège, Pierre Mardaga, éditeur, , 602 p. (ISBN 2-87009-588-0).
  • Laurence Ancion, Itinéraires Art nouveau, Namur, Institut du patrimoine wallon, coll. « Itinéraires du Patrimoine wallon » (no 2), , 214 p. (ISBN 2-930466-00-6, présentation en ligne).
  • Anne-Catherine Bioul, Alain Dauchot et Jean Alexandre Pouleur, Charleroi, ville d'architectures : Du Temps des Forteresses aux Années Folles 1666-1940, Bruxelles, Atelier Ledoux, Espace Environnement, , 104 p., p. 62-67.
  • Anne-Catherine Bioul, Vivre aujourd'hui dans un intérieur d'autrefois, à Charleroi, Namur, Ministère de la Région wallonne, coll. « Études et documents / Monuments et sites », , 245 p. (ISBN 2-87401-171-1).
  • Chantal Mengeot et Anne-Catherine Bioul, Le patrimoine de Charleroi : Les fleurs de l'industrie : Art nouveau, Art déco et Modernisme, Namur, Institut du patrimoine wallon, coll. « Carnets du Patrimoine » (no 128), , 64 p. (ISBN 978-2-87522-148-3).
  • Marie Wautelet, « L'architecture Art nouveau à Charleroi, ses auteurs et ses spécificités. », Documents et rapports de la Société royale d'archéologie, d'histoire et de paléontologie de Charleroi, Charleroi, t. LXIII,‎ , p. 115-188.
  • Marie Wautelet, « L’architecture Art nouveau à Charleroi », Annales d’Histoire de l’Art et d’Archéologie, vol. XXIX,‎ , p. 113-136 (ISSN 0771-2723, lire en ligne).