Maison dorée (Charleroi)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maison dorée.
Maison dorée
Charleroi-Maison dorée.jpg
Présentation
Destination initiale
Habitation
Destination actuelle
Local de l'Association de la Presse
Style
Architecte
Construction
1899
Propriétaire
Ville de Charleroi
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Province
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de Charleroi
voir sur la carte de Charleroi
Red pog.svg
Localisation sur la carte du centre de Charleroi
voir sur la carte du centre de Charleroi
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg

La Maison dorée de Charleroi est un édifice Art nouveau construit en 1899 par l'architecte Alfred Frère et décorée de sgraffites par Gabriel van Dievoet.

Histoire[modifier | modifier le code]

Située à l'angle de la rue Tumelaire et du boulevard Defontaine, édifiée en 1899 par l'architecte Alfred Frère (1851-1918) pour en faire son habitation et son cabinet d'architecture[1], elle est la première œuvre architecturale Art nouveau à Charleroi[2]. Acquise en 1906 par des enfants de l'industriel verrier Adolphe Chausteur et de son épouse Hortense Quinet[3], puis propriété du docteur Léon Lempereur en 1952, elle deviendra un restaurant en 1993, année de son classement, avant d'être achetée par la Ville de Charleroi en 1999[4]. Elle sert actuellement de local à l'Association de la Presse.

Description[modifier | modifier le code]

Charleroi, Maison Dorée, sgraffite "Soleil", par Gabriel van Dievoet, 1899.

La porte et le hall d'entrée placée côté rue Tumulaire, séparent la grande salle de séjour, à front du boulevard des autres pièces d'habitations. Le hall se prolonge en équerre. Là se situe l'escalier vers les étages où les pièces sont, de manière plus traditionnelle, disposées en enfilade[5].

La façade principale, côté boulevard Defontaine, est animée par des briques colorées et des sgraffites.
Les sgraffites dorés (chardons stylisés et soleil, avec au centre un triangle rayonnant chargé de lettres entrelacées), sont l'œuvre d'un sgraffitiste et décorateur Art nouveau réputé, Gabriel van Dievoet (1875-1934)[a].

Cette façade est proche des conceptions de Paul Hankar[6] et de son hôtel Ciamberlani[5].

À l'intérieur, on retrouve des éléments inspirés du style néorenaissance dans la salle de séjour, mêlées à des influences Art nouveau, principalement dans les vitraux du jardin d'hiver[5].

L'inscription sur le sgraffite[modifier | modifier le code]

Si l'initiale C était précédemment vue comme une évocation vraisemblable du nom du propriétaire, Chausteur [7], selon l'interprétation de Jean-Louis Delaet publiée en 2000, c'est le nom donnée à la demeure qui figurerait sur la façade, ce seraient « les lettres grecques C etO de χρυσοῦς οῖκος, la « maison dorée » [1]. ». Marie Wautelet, tout en présentant l'hypothèse de Delaet dans son mémoire, indique également que ce seraient les reflèts dorés, voire une couleur « or », en place à l'origine, qui justifiaient l'appellation de la demeure [8]. Chantal Mengeot et Anne-Catherine Bioul reprennent également l'explication de Delaet [9].

Une hypothèse plus récente constate que ce qui est interprété comme une lettre O, de part son appendice dans le bas, pourrait très bien être la lettre Q. Et comme ce texte n'est pas dans la technique du sgraffite de l'ensemble, il pourrait s'agir un ajout postérieur par les nouveaux propriétaires. Les lettres entrelacées C-Q seraient alors les initiales des époux Chausteur-Quinet[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Le grand sgraffite ornant la façade de la Maison dorée est en revanche l'œuvre du décorateur Gabriel Van Dievoet. Les sgraffites de cette maison comptent “parmi ses réalisations les plus remarquables”. Dans les environs de Charleroi, le décorateur réalise également un projet de sgraffite pour la façade de la maison de M. Deschamps à Gilly-Lodelinsart et pour quatre maisons de l'architecte namurois Jules Lalière, avenue Gillieaux à Montignies-sur-Sambre. Les sgraffites de ce décorateur sont souvent des variations sur un thème floral. Chez Van Dievoet, c'est le choix d'une ou deux sortes de fleurs, déclinées sous plusieurs modes — de face ou de profil, en bouton, en fleur ou en fruit — qui assure l'unité de la composition (Wautelet 2006, p. 162). »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Delaet 2000, p. 6.
  2. Mengeot et Bioul 2015, p. 19.
  3. Delaet 2000, p. 7.
  4. Delaet 2000, p. 10-11.
  5. a, b et c Bioul et Debecker 2004, p. 121-122.
  6. Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 20 : Wallonie, Hainaut, Arrondissement de Charleroi, Liège, Pierre Mardaga, éditeur, , 602 p. (ISBN 2-87009-588-0), p. 101
  7. Bioul, Dauchot et Pouleur 1992, p. 63.
  8. Wautelet 2006, p. 128.
  9. Mengeot et Bioul 2015, p. 20.
  10. Jean-Marie Hoornaert, « La Maison dorée à Charleroi : une lettre qui change tout. », Bulletin trimestriel de la Société royale d'archéologie, d'histoire et de paléontologie de Charleroi, Charleroi, no 2,‎ , p. 44-45

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurence Ancion, Itinéraires Art nouveau, Namur, Institut du patrimoine wallon, coll. « Itinéraires du Patrimoine wallon » (no 2), , 214 p. (ISBN 2-930466-00-6, présentation en ligne).
  • Anne-Catherine Bioul, Alain Dauchot et Jean Alexandre Pouleur, Charleroi, ville d'architectures : Du Temps des Forteresses aux Années Folles 1666-1940, Bruxelles, Atelier Ledoux, Espace Environnement, , 104 p., p. 62-65.
  • Anne-Catherine Bioul et Anne Debecker (photographies), Vivre aujourd'hui dans un intérieur d'autrefois, à Charleroi, Namur, Ministère de la Région wallonne, coll. « Études et documents / Monuments et sites », , 245 p. (ISBN 2-87401-171-1), p. 120-125.
  • Jean-Louis Delaet, « De la Maison dorée… », dans Une maison dans la ville, Charleroi, Maison de la Presse de Charleroi, , p. 5-12.
  • Chantal Mengeot et Anne-Catherine Bioul, Le patrimoine de Charleroi : Les fleurs de l'industrie : Art nouveau, Art déco et Modernisme, Namur, Institut du patrimoine wallon, coll. « Carnets du Patrimoine » (no 128), , 64 p. (ISBN 978-2-87522-148-3).
  • Marie Wautelet, « L'architecture Art nouveau à Charleroi, ses auteurs et ses spécificités », Documents et rapports de la Société royale d'archéologie, d'histoire et de paléontologie de Charleroi, Charleroi, t. LXIII,‎ , p. 115-188.

Liens externes[modifier | modifier le code]