The Yellow Book

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Yellow Book
Image illustrative de l'article The Yellow Book
Couverture du volume 2 (juillet 1894)
signée Aubrey Beardsley.

Pays Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Langue Anglais
Périodicité trimestrielle
Genre Art, littérature
Date de fondation avril 1894
Date du dernier numéro avril 1897
Ville d’édition Londres

ISSN 2365-6778

The Yellow Book est une revue artistique et littéraire britannique, publiée à Londres par Charles Elkin Mathews et John Lane[1], puis par John Lane seul, entre 1894 et 1897. Le Yellow Book était publié par la maison d'édition fondée par Mathews et Lane, la Bodley Head.

Description[modifier | modifier le code]

Cette revue trimestrielle, vendue au prix de 5 shillings, est représentative des courants esthétisants de la fin de l'époque victorienne. The Yellow Book est cité par Oscar Wilde dans Le Portrait de Dorian Gray et dans Un mari idéal.

Cette publication est née d'une idée d'Henry Harland et Aubrey Beardsley, qui la soumettent à Lane début 1894. L'éditeur décide alors de créer une revue publiée à la fois à Londres et à Boston, en lien avec le photographe Fred Holland Day, qui possède une maison d'édition, Copeland and Day, laquelle édite et distribue l'édition américaine.

The Yellow Book accueille plusieurs genres littéraires et artistiques : poèmes, nouvelles, essais, illustrations originales, portraits, reproductions de tableaux. Son premier directeur artistique est Aubrey Beardsley. D'autres artistes contribuent, tels Charles Conder, William Brown Macdougall, Ethel Reed (1897), William Rothenstein, John Singer Sargent, Walter Sickert, ou Philip Wilson Steer.

En avril 1895, suite aux procès d'Oscar Wilde, Lane se sépare de Beardsley.

Parmi les écrivains dont les textes parurent dans le Yellow Book, on trouve notamment :

Héritage[modifier | modifier le code]

Véritable pari éditorial, le format de cette revue est très original, puisqu'il combine le format livre relié et la périodicité, le contenu propre à un magazine. Comme le souligne Beardsley dans le prospectus :

« It will be a book — a book to be read, and placed upon one's shelves, and read again; a book in form, a book in substance; a book beautiful to see and convenient to handle; a book with style, a book with finish; a book that every book — lover will love at first sight; a book that will make book — lovers of many who are now indifferent to books.[2] »

Le prix était de 5 shillings (soit 6,25 francs français de l'époque), ce qui est relativement élevé : la cible était la bourgeoise cultivée, ouverte aux avant-gardes.

Cette revue eut une influence graphique sur l'hebdomadaire catalan Joventut (1900-1906).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mathews et Lane furent les premiers éditeurs de Salomé, la pièce de Wilde, avec les illustrations de Beardsley. Le label en était « Librairie de l'art indépendant Elkin Mathews & John Lane, Paris, Londres ».
  2. [PDF] The Yellow Book (1894-1897): An Overview par Dennis Denisoff et Lorraine Janzen Kooistra, en ligne.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

La collection complète, en treize volumes, est disponible en ligne :

Articles connexes[modifier | modifier le code]