Ariel Henry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ariel Henry
Illustration.
Ariel Henry en 2021.
Fonctions
Ministre de l'Intérieur
En fonction depuis le
Intérim
(19 jours)
Premier ministre Lui-même
Gouvernement Henry
Prédécesseur Liszt Quitel

(7 mois et 24 jours)
Président Michel Martelly
Premier ministre Evans Paul
Gouvernement Paul
Prédécesseur Réginald Delva
Successeur Ardouin Zéphirin
Premier ministre d'Haïti[N 1]
En fonction depuis le
(1 an, 4 mois et 13 jours)
Nommé par Jovenel Moïse
Gouvernement Henry
Prédécesseur Claude Joseph (intérim)
Joseph Jouthe
Ministre de la Culture et de la Communication
(intérim)

(1 mois et 21 jours)
Premier ministre Lui-même
Gouvernement Henry
Prédécesseur Jean Emmanuel Jacquet
Successeur Émilie Prophète
Ministre des Affaires sociales et du Travail

(4 mois et 4 jours)
Premier ministre Lui-même
Gouvernement Henry
Prédécesseur Giselaine Mompremier (intérim)
Nicole Yolette Altidor
Successeur Odney Pierre Ricot

(6 mois et 17 jours)
Président Michel Martelly
Jocelerme Privert (provisoire)
Premier ministre Evans Paul
Fritz Jean
Gouvernement Paul
Prédécesseur Victor Benoît
Successeur Jean René Antoine Nicolas
Biographie
Date de naissance (73 ans)
Nationalité Haïtienne
Parti politique Inite (jusqu'en 2014)
Diplômé de université de Montpellier
Profession Neurochirurgien

Ariel Henry
Premiers ministres d'Haïti

Ariel Henry, né le , est un homme d'État haïtien. Il est Premier ministre depuis le . Son gouvernement assure l'intérim de la présidence de la République à la suite de l'assassinat de Jovenel Moïse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Ariel Henry a reçu une formation de médecin en neurophysiologie et neuropathologie à la faculté de médecine de Montpellier. Il est professeur d'université[1].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Dialogue de 2004[modifier | modifier le code]

Après le coup d’État de 2004 contre le président Jean-Bertrand Aristide, il prend part au « Conseil des sages » chargé de désigner un chef de gouvernement[2].

Ministre[modifier | modifier le code]

Après avoir été membre du cabinet du ministère de la Santé, il en prend la tête. Il devient ensuite ministre de l'Intérieur de janvier à , puis ministre des Affaires sociales et du Travail de à sous la présidence de Michel Martelly.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Désignation et assassinat de Jovenel Moïse[modifier | modifier le code]

Après la démission de Joseph Jouthe, il est désigné Premier ministre le [3],[4]. Il doit alors prendre ses fonctions le [5].

Le , le président Jovenel Moïse est assassiné[6],[7]. Le lendemain, Henry estime être le Premier ministre en fonction[8]. Le , le président du Sénat Joseph Lambert est désigné par une résolution du Sénat pour succéder à titre intérimaire à Jovenel Moïse[9]. Cette décision est soutenue par de nombreux partis parlementaires, dont le PTHK du défunt président. Ariel Henry est par ailleurs confirmé comme Premier ministre[10]. L'investiture de Lambert, prévue pour le , est finalement reportée[11] à la demande des États-Unis[12].

Entrée en fonction[modifier | modifier le code]

Ariel Henry est appuyé par le Core Group, constitué par l'Allemagne, le Brésil, le Canada, l'Espagne, les États-Unis, la France, l'Union européenne et les émissaires de l'Organisation des États américains et de l'ONU[2].

L'ingérence des puissances occidentales, particulièrement des États-Unis, dans le processus de désignation du nouveau chef du gouvernement haïtien a été dénoncée par des centaines d’organisations représentant la société civile haïtienne, qui se sont unies autour d’un programme commun. De même, l’envoyé spécial des États-Unis en Haïti, Daniel Foote, critiquera dans sa lettre de démission en septembre 2021 cette ingérence : « Je pense qu’Haïti ne connaîtra jamais la stabilité tant que ses citoyens ne seront pas jugés dignes de choisir leurs dirigeants en toute équité et honnêteté [...] On ne peut qu’être effaré par cette illusion de toute-puissance qui nous persuade que ce serait à nous, une fois de plus, de désigner le vainqueur »[13].

Il forme son gouvernement le 19 juillet[14]. Il prend ses fonctions le lendemain alors que son gouvernement assure l'intérim de la présidence de la République[15].

Séisme de 2021[modifier | modifier le code]

À la suite du séisme survenu le 14 août 2021 dans la péninsule de Tiburon (sud d'Haïti) qui fait environ 2 200 morts, le Premier ministre Ariel Henry décrète l'état d'urgence pour un mois dans les quatre départements affectés par la catastrophe[16].

Report des élections de 2021 et crise politique de 2022[modifier | modifier le code]

Le 10 septembre, le procureur général de Port-au-Prince, Bed-Ford Claude, réclame à ce qu'Henry soit auditionné pour avoir été en contact avec l'un des cerveaux présumés de l'assassinat du président Moïse[17]. L'intéressé dénonce des « manœuvres de diversion »[18]. Le 14 septembre, Claude demande l'inculpation du Premier ministre et son interdiction de quitter le territoire. Henry décide de le limoger en réaction[19]. Henry limoge le ministre de la Justice Rockfeller Vincent le lendemain[20].

La dissolution le 27 septembre du Conseil électoral provisoire par le Premier ministre Ariel Henry reporte de facto sine die les scrutins prévus en 2021[21].

La criminalité s'est encore intensifiée dans les derniers mois de l'année 2021, avec près d'un millier d'enlèvements[22].

Le 17 octobre 2021, il est contraint de quitter précipitamment une cérémonie en hommage à Jean-Jacques Dessalines, le père de l’indépendance, à la suite de coups de feu. L’auteur du coup de force, le chef de gang Jimmy Chérizier, entendait ainsi rendre hommage au président assassiné Jovenel Moïse, qu'il présente comme un modèle dans la lutte contre la corruption[22].

Alors que l'opposition tente de le remplacer par un exécutif et un gouvernement provisoire d'ici le 7 février 2022, date prévue pour la fin du mandat du président Jovenel Moïse, les États-Unis estiment qu'Ariel Henry peut se maintenir au pouvoir jusqu'à la tenue de nouvelles élections[23]. En janvier 2022, l'ancien Premier ministre Fritz Jean présente sa candidature à la présidence de la République au Conseil de transition, institué par des partis d’opposition lors de la signature des accords de Montana. À la suite de cette consultation, Fritz Jean est élu président de la République et Steven Benoît au poste de Premier ministre[24]. Ariel Henry refuse de quitter le pouvoir, estimant que son mandat est d'organiser de nouvelles élections[25]. Le président du Sénat Joseph Lambert estime que le mandat du gouvernement prend fin le 7 février, et qu'au delà de cette date, il ne devrait qu'expédier les affaires courantes jusqu'à la tenue d'une concertation nationale[26]. Les journées du 7 et 8 février sont finalement calmes et se déroulent sans incident[27].

En juin 2022, il annonce la tenue d'élections « dans les meilleurs délais » une fois la situation sécuritaire rétablie[28].

Alors que le niveau de vie est déjà très bas pour la majorité de la population haïtienne, la décision d'Ariel Henry d'augmenter de près de 130 % le prix de l'essence et de 90 % celui du kérosène et du diésel provoque des manifestations massives à partir 14 septembre 2022 à Port-au-Prince et dans plusieurs grandes villes du pays. En outre, la hausse du dollar, l’inflation généralisée et les pénuries alimentaires accentuent la crise économique qui sévit à Haïti[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La légitimité d'Ariel Henry à diriger le pays est contestée par Joseph Lambert désigné comme président de la République à titre provisoire par le tiers du Sénat le 10 juillet 2021, puis par Fritz Jean, désigné à cette même fonction par l'accord Montana d'opposition le 30 janvier 2022. Ariel Henry demeure reconnu internationalement comme Premier ministre, notamment par le Core Group. Le tiers du Sénat et l'opposition estiment que le mandat d'Henry se termine le 7 février 2022, date de la fin du mandat du président assassiné Jovenel Moïse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Qui est Ariel Henry, le nouveau premier ministre de Jovenel Moïse? », sur Le Nouvelliste Haiti (consulté le )
  2. a et b Rosa Moussaoui, « Haïti. Un « gouvernement consensuel » sous tutelle », sur L'Humanité,
  3. Lindy Nedan, « Ariel Henry nommé Premier Ministre du gouvernement d'Haïti », sur Guyane la 1ère, (consulté le )
  4. Karl Sivatte, « Le Dr. Ariel Henry nommé Premier ministre d'Haïti », sur Martinique la 1ère, (consulté le )
  5. La Libre.be, « Assassinat du président haïtien Jovenel Moïse: un président par intérim choisi par le Sénat », sur LaLibre.be, (consulté le ).
  6. Haïti : le premier ministre annonce l'assassinat du président Jovenel Moïse par un commando armé, Le Figaro, 7 juillet 2021.
  7. « Assassinat de Jovenel Moïse : Haïti sombre un peu plus dans le chaos », sur Balistrad, (consulté le )
  8. « « Claude Joseph n’est pas Premier ministre, il fait partie de mon gouvernement », affirme Ariel Henry », sur Le Nouvelliste (consulté le ).
  9. « Assassinat de Jovenel Moïse : Joseph Lambert choisi par le Sénat pour le poste de président par intérim », sur RTBF,
  10. « Des partis de l'opposition et le PHTK se mettent d'accord pour faire de Joseph Lambert le remplaçant de Jovenel Moïse assassiné », sur Le Nouvelliste (consulté le ).
  11. « Haïti: Martine Moïse appelle à «continuer le combat» de son mari, en plein chaos politique », sur rfi.fr, RFI, (consulté le ).
  12. Catherine Porter, Harold Isaac et Michael Crowley, « Haiti, Urged by Foreign Powers, Announces New Government », sur The New York Times, (consulté le )
  13. Jake Johnston, « La bataille d'Haïti n'est pas finie », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  14. Paris Match, « Ariel Henry, nouveau Premier ministre haïtien, promet l'ordre et des élections », sur parismatch.com (consulté le ).
  15. « Le nouveau premier ministre haïtien a pris officiellement ses fonctions », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  16. « Le point sur la situation », sur www.rtl.fr (consulté le )
  17. https://www.facebook.com/FRANCE24, « Meurtre du président haïtien : le procureur limogé après avoir réclamé l'inculpation d'Ariel Henry », sur France 24, France 24, (consulté le ).
  18. https://www.facebook.com/RFI, « Assassinat de Jovenel Moise en Haïti: le Premier ministre dénonce des «manœuvres de diversion» », RFI, (consulté le ).
  19. « Assassinat du président haïtien Jovenel Moïse : le Premier ministre limoge le procureur qui le menaçait d'inculpation », RTBF Info, (consulté le ).
  20. « Haïti : le Premier ministre nomme un nouveau ministre de la Justice », France 24, (consulté le ).
  21. « En pleine crise, les élections reportées sine die en Haïti », sur Le Figaro (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  22. a et b « En Haïti, l’enquête impossible sur l’assassinat du président Jovenel Moïse », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  23. « Le premier ministre haïtien peut se maintenir au-delà du 7 février, selon Washington », sur Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  24. (en) « Accord de Montana : Fritz Alphonse Jean et Steven Benoît, élus ce dimanche », sur Le Nouvelliste (consulté le )
  25. « Haiti Press Network - Haïti-Politique : 7 février 2022, le doute persiste », sur www.hpnhaiti.com (consulté le )
  26. « Haïti: Ariel Henry reste au pouvoir malgré la fin de son mandat, la classe politique conteste », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  27. « En Haïti, le Premier ministre justifie son maintien au pouvoir et appelle à des élections », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
  28. « À la Une: Ariel Henry renouvelle son objectif d’organiser des élections générales », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  29. « En Haïti, manifestations meurtrières contre la flambée des prix des carburants », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]