Garry Conille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Garry Conille
Illustration.
Garry Conille en 2012.
Fonctions
Premier ministre d'Haïti

(6 mois et 28 jours)
Président Michel Martelly
Législature 49e
Prédécesseur Jean-Max Bellerive
Successeur Laurent Lamothe
Ministre de la Justice et de la Sécurité publique
(intérim)

(20 jours)
Président Michel Martelly
Gouvernement Garry Conille
Prédécesseur Josué Pierre-Louis
Successeur Michel Brunache
Biographie
Nom de naissance Garry Conille
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Port-au-Prince (Haïti)
Parti politique Indépendant
Conjoint Betty Rousseau
Enfants Soraya Conille
Gaëlle Conille
Diplômé de Université d'État d'Haïti
Université de Caroline du Nord à Chapel Hill
Profession Médecin

Garry Conille
Premiers ministres d'Haïti

Garry Conille, né le à Port-au-Prince (Haïti), est un médecin et homme d'État haïtien. Il fut Premier ministre du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Garry Conille a obtenu une maîtrise en politique et administration de la santé à l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill (États-Unis). Il se dirige ensuite vers des études de médecine, obtient un certificat de spécialiste gynécologie, puis un doctorat en médecine à la faculté de médecine de l'université d'État d'Haïti[1].

Médecin[modifier | modifier le code]

En 1994, il est directeur de l'Association nationale pour le développement et instaure un système de soins de santé primaires dans les quartiers défavorisés d'Haïti[2].

De 2000 à 2004, il crée et anime une émission à la radio nationale, sur la chaîne Radio Vision 2000, sur le thème de la santé sexuelle[1].

Vie politique[modifier | modifier le code]

En 1999, il intègre l'ONU[3]. D'octobre 1999 à octobre 2002, il est chargé de projet, puis chargé de programme, pour le fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) à Haïti[1].

D'octobre 2002 à mai 2004, il est conseiller technique pour Population Services International (PSI), une association qui lutte contre la pauvreté extrême[1].

En mai 2004, il retourne au FNUAP en tant que conseiller technique en Éthiopie, chargé d'intervenir sur le contrôle de la population et sur la santé de la reproduction. De janvier à décembre 2006, toujours au sein de l'ONU, il est conseiller technique sur le projet objectifs du millénaire pour le développement (OMD). En janvier 2007, au sein du FNUAP, il coordonne le programme mondial pour la sécurisation des intrants en santé de la reproduction sur la région Afrique. De septembre 2008 à mars 2010, il est chef d'équipe de l'unité des OMD[1].

De mars 2010 à juillet 2011, Garry Conille est chef de cabinet de la commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH)[3]. Puis au sein du Programme des Nations unies pour le développement, il est coordinateur humanitaire au Niger[1].

Garry Conille est nommé Premier ministre d'Haïti le par le président Michel Martelly[4]. Ce choix est approuvé à l'unanimité à la Chambre par les 89 députés haïtiens le [5] et confirmé le au Sénat par 17 voix sur 29 (3 contre, 9 abstentions)[5]. Il entre en fonction le 18 octobre suivant. L'opposition politique remet en cause la constitutionnalité de sa nomination, arguant qu'il n'a pas voté aux élections présidentielles de 2006 et 2011, et qu'il n'a pas résidé assez longtemps sur le territoire haïtien[3]. Le sénateur Moïse Jean-Charles l'accuse de posséder les nationalités américaine et italienne, alors que le pays ne reconnait pas la double nationalité[6]. Il démissionne quatre mois plus tard, le [7], mais reste en fonction jusqu'à l'investiture de son successeur, Laurent Lamothe, le . Il fut le troisième Premier ministre nommé par Michel Martelly depuis son entrée en fonction, en mai 2011[6].

En janvier 2014, il est nommé directeur du bureau des Nations unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS)[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié à Betty Rousseau, fille de l'ancien Premier ministre Marc Bazin et a deux filles jumelles, Soraya et Gaëlle[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]