Laurent Lamothe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lamothe.

Laurent Lamothe
Illustration.
Fonctions
Premier ministre d'Haïti

(2 ans, 6 mois et 28 jours)
Président Michel Martelly
Législature 49e
Prédécesseur Garry Conille
Successeur Florence Duperval Guillaume (intérim)
Evans Paul
Ministre de la Planification et de la Coopération externe

(2 ans, 4 mois et 8 jours)
Président Michel Martelly
Gouvernement Lui-même
Prédécesseur Jude Hervé Day
Successeur Florence Duperval Guillaume (intérim)
Ministre haïtien des Affaires étrangères et des Cultes

(9 mois et 13 jours)
Président Michel Martelly
Gouvernement Garry Conille
Lui-même
Prédécesseur Marie-Michèle Rey
Successeur Pierre-Richard Casimir
Biographie
Nom de naissance Laurent Salvador Lamothe
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Port-au-Prince (Haïti)
Nationalité haïtienne
Parti politique Indépendant
Diplômé de Université Barry
Université Saint Thomas (Miami)
Profession Homme politique

Laurent Lamothe
Ministres haïtiens des Affaires étrangères
Premiers ministres d'Haïti

Laurent Lamothe, né le à Port-au-Prince, est un homme d'État haïtien, Premier ministre d'Haiti du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et origines[modifier | modifier le code]

Il est le fils d’une artiste-peintre haïtienne, Ghislaine Fortuney Lamothe et de Louis G. Lamothe, un docteur en littérature espagnole qui fonda «Lope de Vega», un institut de formation en langues vivantes.

Entre 2013 et 2015, il est en couple avec le mannequin Petra Němcová.

Études[modifier | modifier le code]

Il obtient son baccalauréat à l’âge de 19 ans à la Union School de Port au Prince[1].

Il est admis à l’Université Barry de Miami où il obtient sa licence en Sciences politiques, puis à l’université Saint Thomas où il obtient en 1996 son diplôme de deuxième cycle universitaire : une maîtrise en gestion des affaires avec mention honorable[2].

Tennisman de haut niveau, Laurent Lamothe représente les couleurs de son pays à la Coupe Davis 1994 et 1995.

Entrepreneur[modifier | modifier le code]

En 1998, alors âgé de 26 ans, il co-fonde la société Global Voice Group avec son partenaire Patrice Baker. La société se spécialise dans la gestion et régulation des télécommunications et connait un rapide développement à l’international, notamment en Afrique. Le groupe est aujourd’hui basé au Cap en Afrique du Sud[3].

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

En , Laurent Lamothe devient membre de la commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH)[3], chargé de faire la promotion des projets de son pays auprès d’investisseurs étrangers[4]. Depuis , il copréside aux côtés de Bill Clinton le conseil consultatif présidentiel sur le développement économique et l’Investissement en Haïti, un conseil également constitué d’Álvaro Uribe, Wyclef Jean, Michaëlle Jean, José María Aznar, Percival James Patterson et Denis O'Brien[5].

En , Laurent Lamothe est nommé conseiller spécial du président haïtien Michel Martelly, chargé des dossiers sur les questions d’investissements et de développement socio-économique[3].

En octobre 2011, il est nommé ministre des Affaires étrangères et des Cultes[6]. Pour éviter tout conflit d'intérêts, Laurent Lamothe démissionne de ses entreprises et se considère comme un ancien homme d'affaires[7].

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Après la démission de Garry Conille, Laurent Lamothe est désigné le au poste de Premier ministre par le président Martelly[8]. La désignation de Laurent Lamothe comme premier ministre est finalement approuvée le au Sénat par 19 voix sur 29 (3 contre, 7 abstentions)[9]. Il sera officiellement investi le [10].

Lors de ce mandat, le gouvernement, dont l’objectif est de reconstruire le pays à la suite des séismes de 2010, réalise plusieurs opérations de grande envergure : un programme d’exemption de frais scolaires qui permet la scolarisation de 1,2 million d’enfants, la reconstruction d’une dizaine d’établissements scolaires, le réaménagement de l’aéroport international de Port-au-Prince, la construction d’infrastructures sportives dans tous les départements du pays, et la création de plusieurs milliers d’emploi[11]. Au début de 2014, plus de 90 % des personnes dormant sous une tente à la suite des séismes de 2010 ont retrouvé un logement[12].

En , le gouvernement annonce le lancement du programme Petrocaribe en partenariat avec le Venezuela, dont le principe consiste à échanger du pétrole vénézuélien contre des produits issus de l’agriculture haïtienne[13]. En tant que premier ministre, Laurent Lamothe cherche également à développer des coopérations bilatérales avec les pays du continent africain[14].

En , le gouvernement Lamothe met en place un programme de démocratie participative, le « Gouvenman an lakay ou » (« le gouvernement chez vous »)[15], dans lequel les membres du gouvernement se déplacent à tour de rôle dans les différents départements du pays et s’engagent sur des actions concrètes à la suite d'échanges publics[16].

En , le gouvernement Lamothe procède à son plus grand remaniement ministériel avec l’arrivée de 10 nouveaux ministres, dont 9 femmes. À cette occasion, la ministre de l’économie et des finances Marie Carmelle Jean-Marie, qui avait claqué la porte du ministère un an auparavant, revient occuper son poste resté vacant[17]. Ce remaniement ministériel, le troisième du gouvernement Lamothe[17], s’inscrit dans l’application de l’accord d’El Rancho qui vise à renforcer la cohésion nationale[18].

Avec l’appui de la Banque mondiale et du FMI, le gouvernement Lamothe présente en un programme d’investissement sur trois ans, dont l’objectif est de faire d’Haïti, d’ici 2030, un pays émergent[19].

Laurent Lamothe a reçu 7 novembre 2014 le prix du leader le plus innovant de l'Amérique latine[20].

Pour des raisons personnelles, il présente sa démission le au président Michel Martelly.

Laurent Lamothe aura été le Premier ministre à demeurer en fonction le plus longtemps de toute l'histoire de la République d'Haïti.

Entreprise et fondation[modifier | modifier le code]

En juillet 2015, il fonde LSL World Initiative (LSL), une organisation mondiale spécialisée dans le financement innovant pour le développement et dédiée à l'autonomisation socio-économique des pays émergents[21].

En décembre 2015, il crée la Fondation Louis G. Lamothe, en l'honneur et à la mémoire de son père, Louis G. Lamothe[22]. La Fondation se concentre sur l'entrepreneuriat social et inclusif, et un « think tank » est chargé de travailler sur les stratégies qui aideront Haïti à atteindre le statut de pays émergent d'ici à 2041[23]. Sous la direction de Laurent Lamothe, la Fondation Dr Louis G. Lamothe travaille en 2016 à Anse du Clerc, afin d'aider la ville à se remettre des dégâts causés par l'ouragan Matthew.  L'objectif de la Fondation est de réhabiliter le village de pêcheurs et d'en relancer l’activité économique, notamment en réparant les maisons endommagées et en facilitant l’acquisition de matériel de pêche. La fondation prévoit également de mettre diverses semences agricoles à la disposition des agriculteurs[24] .

En 2016, Laurent Lamothe se voit décerner le prix ABiCC de 2016 pour le leadership dans le commerce mondial par les quarante Chambres de commerce binationales de Floride, pour son travail en tant qu'entrepreneur, par le biais duquel il a aidé les gouvernements de pays en développement à réglementer et à mondialiser leur secteurs des télécommunications et des TIC, ce qui a permis à ces pays d'améliorer leur compétitivité et leur viabilité économique[25].

À titre d’invité d’honneur au Transform Africa Summit de 2017, M. Lamothe a partagé sa vision des choses concernant la valeur des technologies Blockchain et de l’Internet des objets.[26]. Durant le Forum économique mondial de 2018, Laurent Lamothe a également parlé de Blockchain, décrivant le potentiel de cette technologie à renforcer la continuité et la résilience des gouvernements[27].

Laurent Lamothe a été invité à participer, en tant qu’orateur, au Forum économique de Berlin, tenu dans la capitale allemande du 6 au 11 mars 2018[28].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

  • Entrepreneur de l’année, Ernst & Young Awards (2008)[2].
  • Leader le plus innovant de l'Amérique latine, Bravo Awards.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Salvador Lamothe - Notables et Personnalités d'Haiti, Haiti Référence
  2. a et b The Personality of Presidential Advisor, Laurent Lamothe, Sentinel, 25 juillet 2011
  3. a b et c Haïti : Laurent Lamothe (Global Voice) nommé conseiller du président Martelly, Agence Ecofin, 22 août 2011
  4. Laurent Lamothe et l'ancien Président des États-Unis Bill Clinton co-présideront le Conseil consultatif sur la croissance économique et l'investissment d'Haïti, PR Newswire, 14 septembre 2011
  5. Haïti-Economie : L’ancien président Clinton de plus en plus impliqué dans l’orientation de la politique de développement national, Alter presse, 8 septembre 2011
  6. Haïti - Politique : Installation du Ministre des Affaires Étrangères, Laurent Lamothe, Haiti Libre, 25 octobre 2011
  7. Patrice Baker, nouveau président de Global Voice Group, Agence Ecofin, 3 novembre 2011
  8. Haïti : Michel Martelly désigne Laurent Lamothe Premier ministre, RFI, 1 mars 2012
  9. Laurent Lamothe ratifié par les députés 70 pour, 6 contre et 3 abstentions, Haiti Libre, 14 mai 2012
  10. Haïti : politique du 1er ministre approuvée, le Figaro, 15 mai 2012
  11. Les grandes réalisations de l'Administration Martelly/Lamothe dans le Nord-Ouest, le Floridien, 6 avril 2013
  12. Quatre ans après le séisme, «beaucoup de progrès ont été réalisés à Haïti» affirme Laurent Lamothe, RFI, 12 janvier 2014
  13. Haïti: de la nourriture contre le pétrole vénézuélien, RFI, 7 juillet 2013
  14. Le Premier ministre haïtien en Côte d'Ivoire pour lancer une coopération étroite, RFI, 28 mars 2013
  15. Haïti : Le ‘Gouvènman’ tient ses assises à Miami, Haiti en marche, 21 juillet 2014
  16. "Le gouvernement chez vous" ou comment apporter la démocratie à tous en Haïti, le Huffington Post, 16 juin 2014
  17. a et b Remaniement gouvernemental en Haïti, RFI, 3 avril 2014
  18. Le texte de l'accord d’El Rancho sanctionnant le «?Dialogue politique et institutionnel inter-haïtien?», la Nouvelle Liste, 20 mars 2014
  19. Haiti plans to become an “emerging country by 2030” – Lamothe, Caribbean 360, 13 juin 2014
  20. http://www.haitilibre.com/article-12462-haiti-politique-lamothe-a-miami-pour-recevoir-le-bravo-awards.html
  21. « Home | Mobilise funds to innovatively finance development », sur www.lslwi.com (consulté le 6 décembre 2016)
  22. « LGL - Dr Louis G Lamothe Foundation | Knowledge for transformation », sur fondationlgl.com (consulté le 6 décembre 2016)
  23. HaitiLibre, « Haiti - Social : Laurent Lamothe create a foundation to fight against poverty and exclusion in Haiti - HaitiLibre.com : Haiti news 7/7 », HaitiLibre.com,‎ (lire en ligne)
  24. « Haiti news - Matthew: Sympathy Message of Laurent Lamothe », sur haitianhollywood.com (consulté le 6 décembre 2016)
  25. « ABiCC: Announcements », sur www.abicc.org (consulté le 6 décembre 2016)
  26. PRWeb, « Laurent Lamothe, Distinguished Entrepreneur and Champion of Socio-economic Development Through IFD in Emerging Countries Speaks at the Transform Africa Summit 2017 », PRWeb,‎ (lire en ligne)
  27. (en) Dante Disparte, « One Thing Is Clear From Davos, Blockchain Is Out Of Beta », Forbes,‎ (lire en ligne)
  28. (en) PRWeb, « Former Prime Minister of Haiti, Laurent Lamothe, Invited as a Speaker to the 2018 Berlin Economic Forum », PRWeb,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles liés[modifier | modifier le code]