Jean-Henry Céant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Henry Céant
Illustration.
Jean-Henry Céant
Fonctions
Premier ministre d'Haïti

(6 mois et 4 jours)
Président Jovenel Moïse
Prédécesseur Jack Guy Lafontant
Successeur Jean-Michel Lapin (intérim)
Joseph Joute
Biographie
Date de naissance (64 ans)
Nationalité haïtienne
Parti politique Renmen Ayiti
Profession notaire

Jean-Henry Céant
Premiers ministres d'Haïti

Jean-Henry Céant, né le à Goureau, quartier de la Croix-des-Missions, commune de Tabarre (Haïti), est un notaire et homme d'État haïtien, candidat à la présidence de la République à plusieurs reprises et Premier ministre du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Il est marié à Chantal Volcy formée aux affaires internationales, milite particulièrement sur la problématique de genre en Haïti. Ils ont quatre enfants : deux filles (Jeuneviève et Jennifer) et deux garçons (Jean-Bernard et Jean-Joseph).

Études et formations[modifier | modifier le code]

En 1977, dès le baccalauréat acquis, il s'inscrit à la faculté de droit et de sciences économiques, à l'université d'État d'Haïti. Au début de l'année scolaire de 1981, ses camarades l'élisent président du comité des étudiants en droit[réf. nécessaire].

Parallèlement à ses études de droit, il a appris la comptabilité à l'École de commerce Julien Craan, les statistiques à l'Institut haïtien de statistiques et d'informatique (IHSI)[1], l’informatique à CISA et l'espagnol à l'Institut Lope de Vega. Pour compléter sa formation comme notaire de droit latin, en 1997, il a suivi des cours spécialisés en droit notarial en Espagne à l'université pontificale de Comillas et en 2001 à l'université du notariat organisé chaque année par l'Union Internationale du Notariat conjointement avec le Conseil Supérieur du Notarial Français. Il a participé à différents congrès et séminaires au niveau international portant sur la fiscalité, les documents électroniques, l'acte électronique, la circulation sans frontières des actes authentiques et le titrement[Quoi ?].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En 1980, il a été nommé chef-comptable aux entreprises Eddy Azael - Issa Talamas. À la fin de la même année, il occupe le poste de chef de service de statistique à l'Office des promotions des denrées d'exportation (Oprodex). Il devient en 1986, notaire dans la commune de Port-au-Prince et ouvre son bureau sous le nom d'Études Notaire Céant. Dès 1992, il est nommé secrétaire général de l'Association syndicale professionnelle de notaire de Port-au-Prince (ASNOP), dont il est par ailleurs membre fondateur.

Vers les années 1987, à titre de juriste et conseiller, il anime des séminaires et des conférences au profit des étudiants, des jeunes, également pour des cadres de l'administration privée et publique haïtienne parmi lesquels : l'association des professionnels du droit, Barreau de l'ordre des avocats de Port-au-Prince, l'association des notaires de Gonaives, le Centre de management professionnel (CMP), les institutions bancaires (UH, Sogebel, Sogebank, Unibank, Capital Bank), la chambre franco-haïtienne de commerce et d'industrie, la Sofihdes et autres. Les principales thématiques abordées sont les pièges de l'immobilier, les hypothèques, plaidoyer pour la modernisation du notariat haïtien, comprendre la profession de notaire. En 1995, il est nommé représentant du notariat haïtien au sein de l'Union internationale du notariat latin. Il devient ensuite vice-président de la commission Amérique du Nord, Centrale et des Caraïbes de l'Union internationale du notariat latin.

Vers l’année 1993 il entame une carrière parallèle comme pédagogue et conférencier[2]. Il enseigne à l’université Quisqueya, l’université GOC et à l’École nationale d’administration financière (Enaf). Il anime de nombreuses émissions de vulgarisation, tant à la radio qu’à la télévision, et qui ont toutes pour vocation d’informer et de former les citoyens sur leurs droits et devoirs (particulièrement dans l’émission titrée : en créole « Dwa Pou Tout Moun » en français « Droit pour tout le monde »).

Aussi, il fonde, avec d’autres proches, plusieurs organisations à caractère socio-culturel. Il a occupé les fonctions suivantes :

  • membre fondateur et professeur à l’Amicale des juristes ;
  • membre fondateur et conseiller de la Fondation haïtienne pour un support à la formation universitaire (FHASFU) ;
  • concepteur et membre fondateur du groupe « À l'écoute du savoir et de l'expérience » – Salle de conférence Frankétienne ;
  • membre fondateur et conseiller de l'association « Les professionnels du droit » ;
  • fondateur principal de l'Institut « Dwa Pou Tout Moun ».

En 1995, il devient membre adhérent à l’Union internationale du notariat[3] et siège aujourd’hui à titre de conseiller général. Il est aussi secrétaire général de l’Association syndicale des notaires professionnels d'Haïti (Asnoph).

Action caritative[modifier | modifier le code]

En , il fonde avec quelques amis le Collectif Aimer Haïti (Agir ici maintenant et ensemble pour reconstruire Haïti) , dont il devient le vice-président. À la suite du séisme du 10 janvier 2010 en Haïti, le collectif met en place l’hôpital de secours tremblement de terre dénommé Centre médical Aimer Haïti qui a reçu près de 600 personnes par jour pendant deux ans.

En 2014, il fonde l'organisation sociale « Tout Moun Ladan'l ».

Dans son combat politique, il bâtit son plan d'action en s'investissant principalement pour les femmes, les paysans, les jeunes [4] et la Diaspora [5] Haïtienne. Il s’engage dans le social notamment dans la formation des jeunes, la promotion et la vulgarisation du droit en général. Il prête ses services à titre de bénévole à de multiples organisations de la communauté haïtienne vivant à l’étranger, à des associations nationales et internationales dans la mise en place de leurs projets et actions[réf. nécessaire]. En 1999, il a été animateur de séminaire de danses internationales à l’École de danses internationales Harry Policard[réf. nécessaire].

Il est membre fondateur et conseiller de plusieurs institutions de développement et sociale telles que :

  • 1998 : le Centre de recherche et de développement communautaire de Tabarre (CREDECT) et la Coopérative de logement COLOFE
  • 2006 : la Fondation haïtienne pour un support à la formation universitaire (FHASFU)
  • 2007 : les professionnels du droit
  • 2014 : la fondation CHADEC (Centre haïtiano-arabe pour le développement, l’éducation et la culture. Pendant cette même période, il conçoit le groupe À l'écoute du savoir et de l’expérience qui par la suite construisit la salle Franketienne destinée pour accueillir des conférences de tout horizon divers.

Il a siégé à titre de conseiller dans le conseil ad hoc de l'Office national du cadastre, l'ONG Habitat pour l'humanité, l'hôpital Saint-Joseph, du projet SIMACT. Il est depuis 2011 membre du Conseil économique de l'archevêché de Port-au-Prince (Église catholique) et en 2012, il fut membre d'honneur de l'association de jeunes dénommée Club d’une jeunesse haïtienne concernée[réf. nécessaire].

Élections présidentielles de 2010, 2015 et 2016[modifier | modifier le code]

Il est candidat[6] à la présidence de la République pour les élections de 2010 sous la bannière du groupement politique « Renmen Ayiti », obtenant 3,07 % des suffrages. De nouveau candidat en 2015, il obtient 2,50 % des suffrages, puis 0,75 % en 2016, après l'invalidation du premier scrutin.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Le , près d'un mois après la démission de Jack Guy Lafontant survenue après des émeutes, Jean-Henry Céant est nommé Premier ministre par le président de la République Jovenel Moïse[7].

La composition gouvernementale est annoncée le 6 septembre[8]. Il obtient la confiance du Sénat dans la nuit du 14 au [9] et la Chambre des députés fait de même le [10]. Le président Jovenel Moïse procède à son installation ainsi qu'à celle de son cabinet ministériel le 17[11].

Le , soit à peine six mois après sa nomination, Jean-Henry Céant, fragilisé comme son prédécesseur par une succession de violences et manifestations, est renversé lors du votre d'une motion de censure qui recueille 93 voix pour, 13 contre et 6 abstentions[12]. Le , Jean-Michel Lapin est nommé Premier ministre par intérim[13].

Publications[modifier | modifier le code]

* Appréciation par Radio Kiskeya, Haïti, 1996
  • Bienfaiteur-Argent de l’Université Notre Dame d’Haïti (UNDH), Haïti, 1999
  • Bienfaiteur -Argent pour son Engagement à la Lutte contre le Sida de l'Ambassadeur des États-Unis et l’Ambassadeur de France, Haïti, 2002
  • Diplôme d’Honneur, Lauréat du concours de Dictée par l’Université du Notariat, Paris, 2006
  • Appréciation de l'A.F. Shana, Foot-ball, Haïti, 2007
  • Appréciation Award – Toastmaster par le Club Capucine, Haïti, 2008
  • Honneur et Mérite par l'Association des Notaires des Gonaïves (ASNOG), Haïti, 2008
  • Honneur et Mérite du Collège Gérard Gourgues, Haïti, 2008
  • Distinction par NOAH, New York, 2009
  • Appréciation par l'Islamic Medical Association of North America (IMANA), Miami, 2010
  • Distinction -SIMACT FOUNDATION The Borough of Brooklyn, NY, Citation, New York City Council Citation, New York State Assembly Citation, New York, 2010
  • Appréciation de MCTV Network, Boston, 2014
  • Vade-Mecum du notaire et de ses clients, 2005
  • Analyse sur le processus électoral (avec la collaboration du collectif A.I.M.E.R. Haïti), 2005
  • Vade-Mecum de l'agent de la fonction publique et de l'administré (Tome I, Tome II, Volume I et II), 2006-2008
  • 20 ans de législation haïtienne (en collaboration avec l’association Les professionnels du droit, 2009
  • Dictionnaire juridique (4 tomes), 2008
  • Loi du 15 avril 2010 : état d'urgence, un cheval de Troie, 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Institut Haitien de Statistique et d'Informatique - IHSI », sur www.ihsi.ht (consulté le 4 avril 2015)
  2. http://www.haitian-truth.org/jean-henry-ceant-speaks-to-the-diaspora/
  3. « U.I.N.L. - », sur www.uinl.org (consulté le 4 avril 2015)
  4. http://www.haiticonnexionnetwork.com/#!politiquepolitics/cm5o
  5. (en) « Plaidoyer de Me Jean-Henry Ceant pour une plei ne et entière participation de la Diaspora à toutes les élections », sur Tout Haiti (consulté le 2 septembre 2020).
  6. article titré Jean-Henry Céant, candidat à la prochaine élection présidentielle.
  7. « Haïti: Jean Henry Céant désigné Premier ministre par Jovenel Moïse - Amériques - RFI », sur RFI (consulté le 6 août 2018)
  8. « Haïti : annonce d'un nouveau gouvernement », sur Le Figaro (consulté le 8 septembre 2018)
  9. « Haïti-Ratification: le sénat accorde un vote de confiance à l’énoncé de la politique générale de Jean-Henry Céant », Juno7,‎ (lire en ligne)
  10. « Haïti-Politique : le gouvernement Céant, officiellement approuvé par le parlement haïtien », Juno7,‎ (lire en ligne)
  11. Roberson Alphonse, « Jovenel Moïse installe Jean Henry Céant, son nouveau Premier ministre... », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  12. « Haïti: le Premier ministre renversé par les députés - Amériques - RFI », sur RFI (consulté le 19 mars 2019)
  13. « Haïti : le président Jovenel Moïse nomme un Premier ministre par intérim - Outre-mer la 1ère », sur Outre-mer la 1ère (consulté le 22 mars 2019)