Antoine Agoudjian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Antoine Agoudjian
Antoine Agoudjian par Claude Truong-Ngoc août 2021.jpg
Antoine Agoudjian (2021)
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement
Site web
Distinctions

Antoine Agoudjian est un photographe français d'origine arménienne, né le à Saint-Maur-des-Fossés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoine Agoudjian est né en 1961 de parents français d’origine arménienne[1]. Il est le petit-fils de rescapés du génocide arménien de 1915[2]. Il grandit à Alfortville, « petit village gaulois à l’arménienne »[3] où les descendants des enfants du génocide sont toujours très présents et actifs[1].

C’est au cours d‘un séjour aux États-Unis en 1986 qu’il découvre la photographie, en travaillant dans un laboratoire photographique.

En 1988, à la suite du tremblement de terre en Arménie du 7 décembre 1988, il part pour deux années avec une ONG comme logisticien et interprète[3]. Il prend ses premières images quand son travail d’aide humanitaire le lui permet[2]. De retour en France, il publie son premier livre par les Éditions Parenthèses : Le Feu sous la Glace, préfacé par l’écrivain Alberto Moravia.

En 1991, il commence à photographier la misère et contacte les Restos du Cœur afin de compléter son travail. Il travaille parallèlement dans le laboratoire photographique professionnel Pictorial Service à Paris, où il devient un expert en développement des films et en tirage argentique noir & blanc[4]. Il rencontre Robert Doisneau, qui l’aide à mettre en forme un nouveau livre édité par les éditions Calmann-Lévy : Portraits des Restos du cœur, préfacé par l’écrivain Frédéric Dard. Il entre à l’Agence Rapho sous l’impulsion de Robert Doisneau.

En 1996, les éditions Parenthèses lui commandent un regard sur Istanbul, ce qui aboutit à la publication d’un ouvrage : Istanbul peut-être, préfacé par l’écrivain Michéa Jacobi. Actes Sud publie en 1998 ses dix années de reportage sur le Caucase : Rêves Fragiles, préfacé par le journaliste Gérard Guéguan.

Antoine Agoudjian s'immerge complètement dans son projet sur la mémoire à partir de 1999 en débutant par la vieille ville de Jérusalem, puis poursuit par le Liban, la Syrie, la Turquie, l’Irak, l’Iran, la Géorgie, le Haut-Karabagh et l’Arménie.

Robert Delpire publie ses images dans sa collection Photo Poche en 2006, Les yeux brûlants, préfacé par le réalisateur canadien Atom Egoyan[2].

En juin 2006, il est invité par la mairie de Valentigney à exposer trente cinq images de son travail Empreintes sous un chapiteau, à l’occasion de l’Année de l'Arménie. Mais à la suite des pressions de la communauté turque « choquée par deux légendes mentionnant le mot “génocide” », l’exposition est décrochée. Elle sera finalement présentée dans la MJC de la commune[5].

En 2011[1], il est le premier photographe depuis le génocide de 1915 à avoir exposé dans une importante galerie sur ce thème de la mémoire arménienne à Istanbul[2]. Exposition très médiatisée[6], organisée et soutenue par le mécène Osman Kavala[7], qui sera arbitrairement incarcéré en 2017[8]. Flammarion publie en 2015 à son département des beaux livres l'ouvrage Le Cri du Silence[2], préfacé par le comédien et dramaturge Simon Abkarian. Il expose pour le centenaire du génocide à Diyarbakir en Turquie[6], invité par la municipalité administrée par les maires kurdes, Gultan Kisanak et Firat Anli, tous deux incarcérés en 2015.

En 2017, à Mossoul, il accompagne pendant un mois des soldats irakiens en première ligne face aux combattants de Daech[9]. Son reportage, publié par Le Figaro Magazine est récompensé par le prix du public des correspondants de guerre au festival de Bayeux[10]. En 2019, il est à Baghouz, « un village où se sont repliés les derniers djihadistes du califat de Daech, qui semble vivre ses dernières heures »[11].

Antoine Agoudjian est le lauréat du 11e Visa d’Or humanitaire du CICR en 2021 pour un reportage photo sur les conséquences humanitaires du conflit du Haut-Karabakh[12].

Expositions[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Publications[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Christian Makarian, « Les démons existent toujours en Turquie, les anges aussi », sur LExpress, (consulté le )
  2. a b c d et e « "Le cri du silence - Traces d'une mémoire arménienne" par Antoine Agoudjian », sur France Musique, (consulté le )
  3. a et b Fabien Vernois, « Le photographe Antoine Agoudjian documente l'histoire de l'Arménie », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  4. « Antoine Agoudjian », sur Etonnants Voyageurs, (consulté le )
  5. Claire Guillot, « Valentigney fête l’Année de l’Arménie mais censure le génocide », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a et b Sébastien Jédor, « Rendez-vous culture - La mémoire arménienne revit en Turquie grâce à Antoine Agoudjian », sur RFI, (consulté le )
  7. « Le génocide arménien, une mémoire toujours contestée », sur Slate.fr, (consulté le )
  8. Delphine Minoui, « Osman Kavala, condamné au silence », Le Figaro Magazine, semaine du 27 octobre 2017, p. 24.
  9. Antoine Agoudjian et Vincent Jolly, « À Mossoul, voyage au bout de l'enfer », sur Le Figaro, (consulté le )
  10. a et b « Le Prix Bayeux-Calvados honore le courage des correspondants de guerre en Syrie et en Irak », Paris-Match,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Antoine Agoudjian et Vincent Jolly, « En Syrie, les dernières heures de l'État islamique », sur Le Figaro, (consulté le )
  12. Isabelle de Lagasnerie, « Un reportage au Haut-Karabakh primé par le CICR », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  13. Frédérique Fanchette, « Le grand tour d'Arménie », sur Libération, (consulté le )
  14. Nicole Nogrette et Pauline Tissot, « Antoine Agoudjian, mémoire du peuple arménien », sur LExpress.fr, (consulté le )
  15. « Antoine Agoudjian, le cri du silence », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  16. « Antoine Agoudjian Expo Le bleu du ciel Lyon | Expo photo », (consulté le )
  17. « Nikon Plaza : l'exposition "Antoine Agoudjian, Mémoire" », sur Nikon le Mag, (consulté le )
  18. « Antoine Agoudjian, exposition de photos », sur Mairie d'Alfortville, (consulté le )
  19. « Le cri du silence », sur 9 Lives Magazine (consulté le )
  20. « Antoine Agoudjian - Le Cri du Silence - Exposition Photographique - Place de la Bastille 2021 », sur Antoine Agoudjian - Le Cri du Silence - Exposition Photographique - Place de la Bastille 2021 (consulté le )
  21. « Arméniens, un peuple en danger », sur Visa pour l’image (consulté le )
  22. « Résiliences », sur 9 Lives Magazine (consulté le )
  23. « Paris : “Ville en guerre”, une exposition photo du CICR à découvrir », sur CICR | L’humanitaire dans tous ses états, (consulté le )
  24. « Bruxelles : derniers jours pour découvrir l’exposition photo consacrée à la guerre en ville », sur L’humanitaire dans tous ses états, (consulté le )
  25. Yoann Boffo, « Festival Yeraz à Mont-de-Marsan : Antoine Agoudjian pose la mémoire d’un peuple meurtri sur pellicule », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  26. « Antoine Agoudjian reçoit le Visa d’or humanitaire du CICR », sur 9 Lives Magazine, (consulté le )
  27. « Visa d'or humanitaire du CICR : Antoine Agoudjian primé pour un photoreportage sur les conséquences humanitaires du conflit du Haut-Karabakh », sur L’humanitaire dans tous ses états, (consulté le )
  28. a et b « Antoine Agoudjian », sur www.bm-lyon.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]