Antezant-la-Chapelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Antezant-la-Chapelle
Antezant-la-Chapelle
Rue d'Antezant-la-Chapelle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saint-Jean-d'Angély
Intercommunalité Vals de Saintonge Communauté
Maire
Mandat
Éric Poisbelaud
2020-2026
Code postal 17400
Code commune 17013
Démographie
Gentilé Antezantais
Population
municipale
349 hab. (2017 en diminution de 3,59 % par rapport à 2012)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 59′ 00″ nord, 0° 27′ 18″ ouest
Altitude Min. 18 m
Max. 89 m
Superficie 18,63 km2
Élections
Départementales Canton de Matha
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Antezant-la-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Antezant-la-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Antezant-la-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Antezant-la-Chapelle

Antezant-la-Chapelle est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Antezantais et les Antezantaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Antezant-la-Chapelle est une commune située à 30 mètres au-dessus du niveau de la mer. Elle est traversée par la rivière Boutonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • Rivière la Boutonne ;
  • ruisseau du Roi ;
  • ruisseau de Pontioux.

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Ripemont
  • la Chapelle-Bâton
  • la Folatière
  • le Fief-Palet
  • la Cabane
  • la Courance
  • la Madeleine
Le village de la Chapelle-Bâton, avec, à droite, l'église.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponymie Antezant proviendrait d'Anticiacum du latin composé d'Anticius + le suffixe -acum, attestant de l'occupation gallo-romaine du lieu en proximité de la Boutonne.

L'étymologie du toponyme de La Chapelle-Bâton est plus énigmatique. La première partie est issue du latin capella. En revanche, le terme Bâton fait l'objet de maintes théories, telles l'allusion à un clocher étroit et élevé comme à Saint-Denis du Pin, ou une référence à des moines sonnant la cloche à l'aide d'un bâton.[3]

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine à Antezant serait ancienne, comme tendrait à le prouver le dolmen dit La Grosse Pierre, qui cependant n'est plus à son emplacement d'origine.

Au XIIe siècle, sont bâties les églises romanes Saint-Maxime d'Antezant et Saint-Clément de La Chapelle-Bâton. En 1300, le roi Philippe le Bel cède ses droits féodaux sur les seigneuries d'Antezant, de La Chapelle-Bâton et de La Folatière aux bénédictins de Saint-Jean d'Angély.

Des vestiges du château qui devait s'élever à Ripemont (autrefois Ribemont) étaient encore visibles il y a quelques décennies. Cette châtellenie, relevant de la vicomté d'Aulnay, aurait été l'une des plus importantes autour de Saint-Jean d'Angély. Sa juridiction féodale s'étendait jusqu'à Saint-Julien-de-l'Escap, avant qu'elle ne soit réunie à la châtellenie de Mornay au XVIIe siècle.

Avec la Révolution, les deux paroisses deviennent communes et les anciens presbytères, dont l'existence est attestée mais qui semblent avoir disparu, sont vendus comme biens nationaux. Jean-Joseph de Bonnegens, seigneur des Hermitans, s'illustre à l'Assemblée Nationale en 1789.

La plupart des constructions actuelles sur la commune datent du XIXe siècle. Malgré l'éloignement relatif des voies de communication (la Boutonne n'étant pas navigable et le chemin de fer ne passant pas par la commune), la commune connaît une certaine prospérité grâce à l'abondance des vignes, qui occupent le tiers des terres labourables. Cette prospérité s'achève avec la crise du phylloxéra à la fin du XIXe siècle. La fin du vignoble entraîne la diversification des cultures et l'augmentation de l'élevage, notamment laitier, pour l'approvisionnement de la laiterie de Vervant.

Le tournant du siècle voit également l'aménagement d'édifices publics, écoles et mairies. En 1905, Antezant annexe la partie du hameau de Ripemont qui dépendait de Courcelles. Néanmoins, la population des communes, qui avait atteint jusqu'à 370 habitants en 1861, stagne autour de 300 habitants au cours du XXe siècle.

La Chapelle-Bâton, commune à part entière jusqu'en 1973 (arrêté préfectoral du ) est absorbée cette année-là par Antezant et devient une commune associée le . La nouvelle entité prend alors le nom de Antezant-la-Chapelle.

Depuis 1975, la population d'Antezant la Chapelle a de nouveau augmenté et comptait en 2007 359 habitants. Toutefois, les constructions récentes sont peu nombreuses, la plupart d'entre elles se trouvent à Ripemont le long de la route qui relie Saint-Jean à Antezant.

En 2010, les deux communes ont définitivement fusionné, et La Chapelle-Bâton devient un lieu-dit.[3]

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie d'Antezant-la-Chapelle, sise à Antezant.

Le , la commune d'Antezant annexe une partie du territoire de celui de Courcelles notamment une petite partie du hameau de Ripemont.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Robert Pommereau DVG  
1995 2008 James Gautron SE Retraité d'agriculture
2008 En cours Éric Poisbelaud DVG Comptable
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2017, la commune comptait 349 habitants[Note 1], en diminution de 3,59 % par rapport à 2012 (Charente-Maritime : +2,48 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
252261260295336344340366379
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
363370356381389366348366350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
339349344318299287283283314
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
360302333352353339356359351
2017 - - - - - - - -
349--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (28,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,4 %, 15 à 29 ans = 9,2 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 18,4 %, plus de 60 ans = 27 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 18,1 %, 15 à 29 ans = 11 %, 30 à 44 ans = 16,5 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 30,7 %).
Pyramide des âges à Antezant-la-Chapelle en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
3,3 
10,3 
75 à 89 ans
11,5 
16,1 
60 à 74 ans
15,9 
18,4 
45 à 59 ans
23,6 
23,0 
30 à 44 ans
16,5 
9,2 
15 à 29 ans
11,0 
22,4 
0 à 14 ans
18,1 
Pyramide des âges du département de la Charente-Maritime en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,5 
8,6 
75 à 89 ans
11,9 
16,4 
60 à 74 ans
17,1 
21,3 
45 à 59 ans
21,1 
19,1 
30 à 44 ans
18,5 
16,8 
15 à 29 ans
14,7 
17,3 
0 à 14 ans
15,1 

La commune associée de La Chapelle-Bâton comptait 79 habitants au recensement de 2007[10]

Culture et loisirs[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un foyer rural depuis 1980 qui organise de nombreuses activités comme des concours de pétanque, un méchoui, un repas de fin d'année, un marché de Noël, une bibliothèque à la disposition des habitants de la commune, un groupe gymnastique et des représentations de théâtre de la troupe la compagnie du clair de lune qui joue depuis 1984 sur les planches avec son plus grand plaisir, pendant trois mois de l'année, soit environ 20 représentations entre les mois de février mars et avril. Cette troupe qui joue deux pièces par an (une pièce en patois saintongeais et une pièce de boulevard) est accueillie aussi par plusieurs communes de la Charente-Maritime et de la Charente.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Maxime d'Antezant.
Église Saint-Clément de la Chapelle-Bâton.

Églises[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Maxime d'Antezant : façade à 3 portails surmontés de 3 arcatures romanes à voussures ornées. Cette église date du XIIe siècle est devenue un monument historique le .
  • Église Saint-Clément de La Chapelle-Bâton : nef unique, façade en pignon ; quelques chapiteaux.
Lavoir d'Antezant.

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Logis des Hermitans (XVIIe siècle) : inscription gothique (seule la cloque est classée monument historique).
  • Moulin à eau (en service).
  • Logis de La Folatière (1683).
  • Lavoir sur la Boutonne.

Vestiges préhistoriques et antiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]