Amazing Stories

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amazing Stories (homonymie).
Amazing Stories
Image illustrative de l'article Amazing Stories

Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue Anglais
Périodicité mensuel / annuel
Genre Pulp (magazine), comics, Science-fiction
Date de fondation avril 1926
Ville d’édition New York

Propriétaire Experimenter Publishing
Ziff Davis
Directeur de la rédaction Hugo Gernsback

Amazing Stories, paru pour la première fois en , est un magazine de science-fiction américain lancé par Experimenter Publishing. C'est le premier magazine dédié uniquement à la science-fiction. Les histoires de science-fiction n'étaient cependant pas rares dans les magazines, mais Amazing Stories a permis de définir et de populariser les pulps. Il est appelé parfois Amazing Science Fiction. Il cesse de paraître en .

Origines[modifier | modifier le code]

La page 824 d'un numéro sorti en 1922 du magazine Science and Invention avec en bas de page l'illustration de Frank R. Paul.
Une histoire de science-fiction illustrée par Frank R. Paul dans un numéro de Science and Invention en 1922.

À la fin du 19e siècle, les histoires étaient majoritairement dédiées aux inventions scientifiques et les histoires futuristiques apparaissaient régulièrement dans les magazines de fictions. Le marché des histoires courtes était ainsi adapté au thème des inventions du style de Jules Verne[1]. Des magazines tels que Munsey's Magazine et Argosy, lancés en et respectivement, contenaient quelques histoires de science-fiction chaque année. Dans une moindre proportion, certains magazines du début du 20e siècle de plus haute qualité et destinés à un public littéraire tel que le McClure's Magazine possédaient également des histoires de science-fiction[2],[3],[4].

En , Hugo Gernsback publie le premier numéro de Modern Electrics, un magazine qui devait toucher les amateurs d'ouvrages sciencifiques. Le succès est immédiat et Gernsback décide d'y inclure des histoires basées sur un usage fictionnel de la science comme dans Wireless on Saturn[5]. En , Gernsback commence la publication en feuilleton de son roman Ralph 124C 41+, mais en il vend ses parts du magazine à son associé et lance un nouveau magazine, Electrical Experimenter, dans lequel il publiera des histoires de science-fiction ainsi que d'articles scientifiques. En , Gernsback renomme son magazine Science and Invention et continue sa publication jusqu'en [6].

Gernsback commence aussi à publier Practical Electrics en , lequel il renomme The Experimenter[7] en 1924. Il envoie une lettre à 25 000 personnes afin de juger l'intérêt des lecteurs en un magazine centré sur les histoires de science-fiction. Gernsback témoigne : « Les réponses des lecteurs ont fait que l'on a abandonné l'idée pendant deux ans. »[8] Cependant, il décide en d'arrêter la publication de The Experimenter afin de faire de la place dans son calendrier de publication pour son nouveau magazine dédié à la science-fiction, Amazing Stories, édité par l'éditeur de The Experimenter, T. O'Conor Sloane. Le premier numéro sort le avec la date d' sur la couverture[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Créé par Hugo Gernsback, il apparaît aujourd'hui comme un pulp classique, avec son papier de qualité médiocre et la page couverture criarde. Hugo fut influencé par les écrits de Percival Lowell pour créer Amazing Stories.

À ses débuts, il propose des histoires dites « romances scientifiques ». Gernback crée le terme « scientifiction » (abrégé en stf) pour catégoriser le genre. Après quelques années, le terme s'est transformé en science-fiction.

Bien qu'il soit un pulp, Gernsback essaie d'en faire un produit de qualité. Par exemple, les pulps avaient les côtés grossièrement découpés, alors qu'Amazing Stories avait les rebords proprement massicotés. Gernsback publie alors régulièrement les auteurs qu'il considérait comme les pères de la science-fiction : H. G. Wells, Jules Verne et Edgar Allan Poe. Ce n'est qu'après plusieurs années que le magazine ne contiendra plus que des écrits originaux.

Bien que le magazine soit le premier à paraître, il arrive à point dans le monde de l'édition. Gernsback s'occupe déjà de Modern Electrics depuis 1909, lequel met l'accent sur la science et les inventions. Ce magazine publie également des histoires de science-fiction, populaires parmi ses lecteurs.

À la suite de la Grande Dépression, Gernsback se retrouve en faillite et doit vendre Amazing Stories. Dans la même année, il lance une publication rivale, Science Wonder Stories.

Les nouveaux propriétaires d'Amazing Stories installent T. O'Conor Sloane comme éditeur. Il occupe ce siège jusqu'en 1938, quand le magazine est vendu à Ziff Davis. Sous la houlette du nouvel éditeur Raymond A. Palmer, le magazine devient un succès commercial, mais la dérision des critiques pour les histoires farfelues (par exemple, il existerait vraiment des créatures intelligentes sous Terre) le rendent suspect.

Ziff Davis ajoute ensuite le magazine Fantastic Adventures à sa collection, toujours sous la conduite de Palmer, lequel est plus orienté vers la fantasy. En 1954, ce magazine fusionne avec Fantastic puis, après plusieurs changements de noms, avec Amazing Stories en 1980.

Durant les années suivantes, Amazing Stories connaît plusieurs problèmes. En 2000, sa publication est arrêtée, puis relancée en 2004 par Paizo Publishing. Cependant, en décembre 2004, la compagnie annonce que la publication est suspendue indéfiniment à partir d'avril 2005.

Pendant les premières années de publication, un hors-série du nom d'Amazing Stories Quarterly a aussi existé. En outre, un magazine de science-fiction britannique quasi-homonyme, Amazing Science Stories, n'a quant à lui aucun lien avec Amazing Stories.

Steven Spielberg a produit une série télévisée de 1985 à 1987, qui portait le même nom, en français Histoires fantastiques, en mémoire de son père qui lisait ce magazine.

Contenu et accueil[modifier | modifier le code]

L'époque Gernsback[modifier | modifier le code]

Dans l'éditorial du premier numéro d'Amazing Stories, Hugo Gernsback insiste sur la valeur éducative de la science-fiction en plus de son caractère distrayant[9]. Son opinion diffère fortement de celle du grand public, qui considère le contenu des pulps comme dénué de valeur[10]. Ce même numéro 1 ne comprend aucun texte inédit ; on y trouve notamment les nouvelles « Le Nouvel Accélérateur » de H. G. Wells et « La Vérité sur le cas de M. Valdemar » d'Edgar Allan Poe, ainsi que la première partie du roman Hector Servadac de Jules Verne. Deux autres nouvelles sont reprises de Science and Invention, le précédent magazine de Gernsback : « « The Man from the Atom » de G. Peyton Wertenbaker et « The Thing from—'Outside' » de George Allan England (en). Le sommaire est complété par « The Man Who Saved the Earth » d'Austin Hall, déjà parue dans All-Story Weekly[11]. Amazing Stories contient peu d'histoire inédites durant sa première année d'existence, en grande partie parce que Gernsback a la réputation d'être lent à payer ses auteurs[12].

Le courrier des lecteurs fait rapidement son apparition dans les pages d'Amazing Stories. Gernsback publie les adresses complètes des lecteurs qui écrivent au journal, ce qui leur permet ensuite de correspondre directement entre eux : c'est une nouveauté à une époque où les lecteurs de science-fiction sont rares et isolés. D'autres magazines font de même, donnant naissance au fandom de la science-fiction[13]. Pour Lester del Rey, l'apparition de ce courrier des lecteurs « constitue peut-être l'un des événements les plus importants de l'histoire de la science-fiction[14] ». Gernsback découvre rapidement que son lectorat s'intéresse davantage aux récits d'aventures qu'aux inventions scientifiques, comme le prouve le succès de la publication du Gouffre de la Lune d'Abraham Merritt[12].

Éditeurs[modifier | modifier le code]

Nom Début Fin Remarques
Hugo Gernsback avril 1926 avril 1929 L'édition des textes de fiction est assurée par T. O'Conor Sloane.
Arthur Lynch mai 1929 octobre 1929 L'édition des textes de fiction est assurée par T. O'Conor Sloane.
T. O'Conor Sloane novembre 1929 mai 1938
Raymond A. Palmer (en) juin 1938 décembre 1949
Howard Browne janvier 1950 août 1956 Il cesse d'éditer le magazine dès mai ou juin 1956.
Paul W. Fairman septembre 1956 novembre 1958
Cele Goldsmith Lalli (en) décembre 1958 juin 1965 Norman Lobsenz joue brièvement un rôle de consultant.
Joseph Ross août 1965 octobre 1967
Harry Harrison décembre 1967 septembre 1968
Barry N. Malzberg novembre 1968 janvier 1969
Ted White (en) mars 1969 février 1979
Elinor Mavor (en) mai 1979 septembre 1982 Sous le pseudonyme d'Omar Gohagen jusqu'en août 1981.
George H. Scithers (en) novembre 1982 juillet 1986
Patrick Lucien Price (en) septembre 1986 mars 1991
Kim Mohan (en) mai 1991 été 2000
Dave Gross (en) septembre 2004 décembre 2004
Jeff Berkwits (en) janvier 2005 mars 2005
Steve Davidson juillet 2012

Auteurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ashley 2000, p. 7.
  2. Ashley 2000, p. 21-25.
  3. Clute et Nicholls 1993, p. 979.
  4. Ashley 2005, p. 115.
  5. Ashley 2000, p. 28-29.
  6. Ashley 2000, p. 29-35.
  7. a et b Ashley 2000, p. 48-49.
  8. Ashley 2000, p. 48.
  9. Ashley 2000, p. 50.
  10. Carter 1977, p. 3.
  11. Ashley 2000, p. 50-51.
  12. a et b Ashley 2000, p. 54-56.
  13. Ashley 2000, p. 51-54.
  14. Del Rey 1979, p. 45.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mike Ashley, The Time Machines : The Story of the Science-Fiction Pulp Magazines from the beginning to 1950, vol. 1, Liverpool, Liverpool University Press, , 312 p. (ISBN 0853238650, lire en ligne).
  • (en) Mike Ashley, Transformations : The Story of the Science-fiction Magazines from 1950 to 1970, vol. 2, Liverpool, Liverpool University Press, , 410 p. (ISBN 0853237794, lire en ligne).
  • (en) Paul A. Carter, The Creation of Tomorrow : Fifty Years of Magazine Science Fiction, New York, Columbia University Press, , 318 p. (ISBN 0231042108, lire en ligne).
  • (en) John Clute et Peter Nicholls, The Encyclopedia of Science Fiction, New York, St. Martin's Press, , 1370 p. (ISBN 0312096186).
  • (en) Lester Del Rey, The world of Science Fiction : 1926-1976: The History of a Subculture, New York, Ballantine Books, , 416 p. (ISBN 034525452X, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]