Hugo Gernsback

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hugo Gernsback
Description de cette image, également commentée ci-après
Hugo Gernsback à Manhattan, il synchronise le son de la radio avec les images.
Nom de naissance Hugo Gernsbacher
Naissance
Hollerich (Luxembourg)
Décès (à 83 ans)
New York (États-Unis)
Activité principale
Distinctions
Science Fiction Hall of Fame
Prix Hugo (appelé en son honneur)
Worldcon Guests of Honor
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Mouvement Science-fiction
Genres

Œuvres principales

Hugo Gernsback, né le à Bonnevoie, une localité de l'ancienne commune d'Hollerich au Luxembourg et mort le (à 83 ans) à New York, est un romancier de science-fiction et homme de presse américain.

Il est le créateur du terme « science-fiction »[1], influencé par Jules Verne et H.G. Wells.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hugo Gernsback est né à Bonnevoie, une localité de l'ancienne commune d'Hollerich au Luxembourg le .

Il émigre aux États-Unis en 1904. En 1908, il fonde la société d'édition Modern Electronics Publications. Il publie alors la revue de vulgarisation scientifique (Modern Electrics) puis une revue pour les radio-amateurs (Radio News). En 1913, Modern Electronics Publications disparaît et Gernsback fonde une nouvelle société nommée The Experimenter Publishing Compagny. En il lance la revue Radio News et en Amazing Stories qui est la première revue de science-fiction (même si le terme n'existe pas encore). La crise de 1929 entraîne la faillite de son entreprise mais il en fonde aussitôt une nouvelle nommée Gernsback Publications avec deux filiales Stellar Publishing et Techni-Craft Publishing[2].

C'est cette année qu'il fonde Science Wonder Stories dont l'éditorial (rédigé par Gernsback) du premier numéro contient la première trace écrite du terme « science-fiction » ainsi que trois autres publications : Air Wonder Stories, Science Wonder Quaterly et Scientific Detective Monthly. L'année suivante, les publications Science Wonder Stories et Air Wonder Stories sont regroupées dans Wonder Stories.

Plus qu'à sa qualité d'auteur de science-fiction, c'est surtout à son dévouement à la cause du développement de la science-fiction qu'Hugo Gernsback doit sa célébrité. Il a notamment permis à de nombreux auteurs de science-fiction de faire leurs premiers pas dans les magazines qu'il a créés.

Le plus prestigieux prix de la science-fiction porte son nom, le prix Hugo. C'est le prix du fandom dont Gernsback fut l'instigateur dans les années 1930. Il sera récompensé par un Prix Hugo spécial en 1960 en récompense pour son travail d'éditeur.

Gernsback est aussi un inventeur et un entrepreneur dans le domaine de la transmission sans fil. Il sera détenteur de 80 brevets à la fin de sa vie en 1967.

Critiques[modifier | modifier le code]

Hugo Gernsback en tant qu'éditeur cherche la rentabilité de ses magazines et n'a que faire de la qualité littéraire des nouvelles qui y sont publiés. Il paie très mal les auteurs alors qu'il s'octroie un salaire annuel de 100 000 $. Barry N. Malzberg, auteur de science-fiction et éditeur de Amazing Stories (quand celle-ci n'était déjà plus en possession de Gernsback) le traite même d'escroc et insiste sur son manque de respect envers les auteurs[2]. Comme ses confrères éditeurs de Pulps, revues bon marché fabriquées avec du très mauvais papier, il use de pratiques immorales pour rentabiliser ses revues. Ainsi, en ayant plusieurs sociétés d'édition, il peut en perdre une pour banqueroute mais racheter les biens intellectuels de celle-ci avec une autre et ainsi ne pas avoir à payer les auteurs. Ceux-ci ne touchent leur argent qu'à la parution de leurs nouvelles, et non lorsqu'elle est acceptée par l'éditeur. Enfin des nouvelles sont reprises d'une revue à l'autre, le titre et le nom des personnages sont changés et l'auteur ne touche rien[2].

Fondateur de magazine[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Inspiré par Hugo Gernsback[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sadoul Jacques (dir.) (trad. France-Marie Watkins), Les Meilleurs Récits de Wonder Stories, J'ai lu, coll. « Science-fiction et Fantastique » (no 663), , 256 p., p. 5 :

    « L'éditorial du premier numéro est justement célèbre dans l'histoire de la science-fiction car c'est précisément dans ce texte que cette appellation fut employée pour la première fois, on parlait jusqu'alors de « scientifiction ». »

  2. a b et c Bell et Vassallo 2013, p. 15.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Blake Bell et Michael J. Vassallo, The Secret History of Marvel Comics : Jack Kirby and the Moonlighting Artists at Martin Goodman's Empire, Seattle, Fantagraphics Books, , 304 p. (ISBN 9781606995525, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]