204 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis -204)
Aller à : navigation, rechercher

Années :
-207 -206 -205  -204  -203 -202 -201

Décennies :
-230 -220 -210  -200  -190 -180 -170
Siècles :
IVe siècle av. J.-C.  IIIe siècle av. J.-C.  IIe siècle av. J.-C.
Millénaires :
IIe millénaire av. J.-C.  Ier millénaire av. J.-C.  Ier millénaire


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Cette page concerne l'année 204 av. J.-C. du calendrier julien proleptique.

Événements[modifier | modifier le code]

  • 24 février (15 mars du calendrier romain) : début à Rome du consulat de Marcus Cornelius Cethegus et Publius Sempronius Tuditanus[1].
    • Bataille de Crotone, indécise, entre Hannibal et le consul Publius Sempronius Tuditanus[1].
    • Les Locriens envoient une délégation pour se plaindre devant le Sénat de l'oppression du légat de Scipion, Quintus Pleminius : après la prise de la ville, il a laissé ses soldats la piller ; le trésor du sanctuaire de Proserpine a été volé. Scipion est accusé de ne pas contrôler ses subordonnés et de mener une vie luxueuse, notamment par le jeune questeur Caton ; Fabius Maximus demande le relèvement de son commandement en Sicile, mais une commission sénatoriale reconnait l’innocence de Scipion et la l’avancée de ses préparatifs en Sicile à l'attaque sur l’Afrique ; Pleminius est arrêté et emmené à Rome pour être jugé[2] , [3].
    • Recensement : le nombre des citoyens romains a baissé de 60 000 personnes depuis 225 av. J.-C. (214 000)[4].
    • Lex Cincia de donis et muneribus, plébiscite défendant de plaider pour de l'argent ou des cadeaux[5].
  • 4 avril : introduction officielle du culte de Cybèle à Rome (la Pierre noire, l’idole de la Terre Mère, venue d’Asie Mineure, est débarquée à Ostie, avec l'assistance miraculeuse de la vestale Claudia Quinta). Son culte, lié à celui d’Attis, son amant divinisé, conserve son caractère oriental, accompagné de rites orgiaques[6].
  • Printemps : le général romain Scipion l'Africain porte la guerre en Afrique du Nord. Il parvient à convaincre le peuple de la nécessité d’une expédition en Afrique malgré l’opposition du Sénat romain, où domine l’influence du vieux Quintus Fabius Maximus Verrucosus. L’armée de Scipion, concentrée à Lilybée peut débarquer en Afrique près d’Utique sans que la flotte carthaginoise n’intervienne[2]. Carthage, qui vient de regagner l’alliance de Syphax, renversé et contraint à la fuite par le roi des Numides orientaux Massinissa, essaye de faire face seule au danger avec son général Hasdrubal Gisco.
Tetradrachme de Ptolémée V British Museum.

Décès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François Clément, Viton de Saint-Allais, L'Art de vérifier les dates, Paris, Moreau,‎ 1820 (présentation en ligne)
  2. a, b et c John Drinkwater, Timothy Venning, Chronology of the Roman Empire, Continuum International Publishing Group,‎ 2011 (ISBN 9781441154781, présentation en ligne)
  3. Sur la signification religieuse du sacrilège de Pleminius et son « expiation » au nom de la république romaine, voir John Scheid, Religion et piété à Rome, Paris, La Découverte, 1985, p. 24-26.
  4. Léon Homo, Les Institutions politiques romaines, Albin Michel,‎ 1970 (ISBN 9782226198457, présentation en ligne)
  5. Jean-Paul Delobbe, Christine Biquet-Mathieu, Liber Amicorum Paul Delnoy, Larcier,‎ 2005 (ISBN 9782804419349, présentation en ligne)
  6. V. Tam Tinh Tran, Le culte des divinités orientales en Campanie en dehors de Pompéi, BRILL,‎ 1972 (ISBN 9789004034334, présentation en ligne)
  7. Alan K. Bowman, Egypt After the Pharaohs : 332 Bc-Ad 642 from Alexander to the Arab Conquest, University of California Press,‎ 1996 (ISBN 9780520205314, présentation en ligne)