204 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis -204)
Aller à : navigation, rechercher

Cette page concerne l'année 204 av. J.-C. du calendrier julien proleptique.

Événements[modifier | modifier le code]

  • 24 février (15 mars du calendrier romain) : début à Rome du consulat de Marcus Cornelius Cethegus et Publius Sempronius Tuditanus[1].
    • Bataille de Crotone, indécise, entre Hannibal et le consul Publius Sempronius Tuditanus[1].
    • Les Locriens envoient une délégation pour se plaindre devant le Sénat de l'oppression du légat de Scipion, Quintus Pleminius : après la prise de la ville, il a laissé ses soldats la piller ; le trésor du sanctuaire de Proserpine a été volé. Scipion est accusé de ne pas contrôler ses subordonnés et de mener une vie luxueuse, notamment par le jeune questeur Caton ; Fabius Maximus demande le relèvement de son commandement en Sicile, mais une commission sénatoriale reconnait l’innocence de Scipion et l’avancée de ses préparatifs en Sicile à l'attaque sur l’Afrique ; Pleminius est arrêté et emmené à Rome pour être jugé[2] , [3].
    • Recensement : le nombre des citoyens romains a baissé de 60 000 personnes depuis 225 av. J.-C. (214 000)[4].
    • Lex Cincia de donis et muneribus, plébiscite défendant de plaider pour de l'argent ou des cadeaux[5].
  • 4 avril : introduction officielle du culte de Cybèle à Rome (la Pierre noire, l’idole de la Terre Mère, venue d’Asie Mineure, est débarquée à Ostie, avec l'assistance miraculeuse de la vestale Claudia Quinta). Son culte, lié à celui d’Attis, son amant divinisé, conserve son caractère oriental, accompagné de rites orgiaques[6].
  • Printemps : le général romain Scipion l'Africain porte la guerre en Afrique du Nord. Il parvient à convaincre le peuple de la nécessité d’une expédition en Afrique malgré l’opposition du Sénat romain, où domine l’influence du vieux Quintus Fabius Maximus Verrucosus. L’armée de Scipion, concentrée à Lilybée peut débarquer en Afrique près d’Utique sans que la flotte carthaginoise n’intervienne[2]. Carthage, qui vient de regagner l’alliance de Syphax, renversé et contraint à la fuite par le roi des Numides orientaux Massinissa, essaye de faire face seule au danger avec son général Hasdrubal Gisco.
Tetradrachme de Ptolémée V British Museum.

Décès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François Clément, Viton de Saint-Allais, L'Art de vérifier les dates, Paris, Moreau, (présentation en ligne)
  2. a, b et c John Drinkwater, Timothy Venning, Chronology of the Roman Empire, Continuum International Publishing Group, (ISBN 9781441154781, présentation en ligne)
  3. Sur la signification religieuse du sacrilège de Pleminius et son « expiation » au nom de la république romaine, voir John Scheid, Religion et piété à Rome, Paris, La Découverte, 1985, p. 24-26.
  4. Léon Homo, Les Institutions politiques romaines, Albin Michel, (ISBN 9782226198457, présentation en ligne)
  5. Jean-Paul Delobbe, Christine Biquet-Mathieu, Liber Amicorum Paul Delnoy, Larcier, (ISBN 9782804419349, présentation en ligne)
  6. V. Tam Tinh Tran, Le culte des divinités orientales en Campanie en dehors de Pompéi, BRILL, (ISBN 9789004034334, présentation en ligne)
  7. Alan K. Bowman, Egypt After the Pharaohs : 332 Bc-Ad 642 from Alexander to the Arab Conquest, University of California Press, (ISBN 9780520205314, présentation en ligne)


Liens externes[modifier | modifier le code]