Yo-yo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yo-yo (homonymie).
Concours de yo-yo aux États-Unis.

Le yo-yo est un jouet constitué de deux hémisphères aplatis, réunis par un axe autour duquel s’enroule une ficelle dont l’une des extrémités s’attache au doigt ou est retenue par la main. Le jeu consiste à lancer le yo-yo et à le ramener dans un va-et-vient continu. Il existe d’autres figures plus complexes qui demandent plus de virtuosité. Le yo-yo est aussi appelé émigrette, jeu de Coblence ou bien encore joujou de Normandie.

Historique[modifier | modifier le code]

Garçon jouant au yo-yo, kylix attique, v. 440 av. J.-C., Antikensammlung Berlin (F 2549)

Le yo-yo est considéré comme le jouet le plus ancien du monde après la toupie[réf. nécessaire]. Son origine est inconnue. Son nom actuel vient du tagalog (une langue des Philippines). Il était connu en Grèce il y a plus de deux mille ans.

À la fin du XVIIIe siècle, les Britanniques connaissaient le jeu sous le nom de bandalore. Apporté en France par les émigrés de la Révolution française, il est appelé émigrant ou émigrette. Jeu à la mode dans les années 1920, le nom yo-yo est déposé en 1930 par un Américain, Donald Duncan, qui le commercialise à grande échelle.

La passion du yo-yo connaît son apogée vers 1962. Dans les années 1980, il revient à la mode sous forme d’objets publicitaires en plastique d’environ 5 cm de diamètre: le Roll'in Russel lancé par les marques Coca-Cola, Sprite et Fanta en 1985[1]. En 1999, la société japonaise Bandai relance la mode du yo-yo grâce à une campagne de marketing ciblant les adolescents : distribution gratuite aux leaders d’opinion dans les collèges, formations de « pros », organisation de concours et démonstrations de rues.

Ce regain d’intérêt s’accompagne d’une innovation technique : le jouet est équipé de petites masselottes qui solidarisent le moyeu du corps du yo-yo. Quand celui-ci tourne suffisamment vite, les masselottes se dégagent du moyeu sous l’effet de la force centrifuge, permettant au yo-yo de tourner en roue libre. On parle alors de yo-yo débrayable. Les yo-yo des années 1980 permettent également de faire de la roue libre grâce à une technique particulière de fixation de la ficelle. Cela augmente cependant la difficulté d’utilisation du jouet : le yo-yo étant toujours en roue libre, il faut réussir à faire adhérer la ficelle au moyeu à l’aide d’un mouvement sec du poignet pour qu’il remonte.

Depuis les années 2000 néanmoins, un nouveau style de jeu s'est développé et rencontre actuellement un succès grandissant : il s'agit du jeu dit "non responsif". La plupart des yo-yos modernes ont en effet ceci de particulier qu'ils ne remontent plus sur un simple geste du poignet mais nécessitent l'apprentissage d'un "trick" (figure) appelé "bind return" (retour lié) pour pouvoir retourner dans la main du joueur.

De nombreux styles se sont développés au cours des années, chaque style ayant des spécificités et un jeu lui étant propre. Les principaux styles sont listés ci-dessous.

  1. 1A : le yo-yo est attaché à la main du joueur, qui effectue des tricks en faisant interagir le yoyo et la corde.
  2. 2A : le joueur tient deux yo-yos, un dans chaque main, et effectue des looping tricks (rotations) de manière synchronisée.
  3. 3A : tout comme le 2A, le joueur tient un yo-yo dans chaque main, mais effectue des tricks comparables au 1A (string tricks) en y ajoutant l'interaction entre les deux yo-yos.
  4. 4A ou offstring : le 4A peut être comparé au 1A mais également au diabolo, à la différence que le yo-yo n'est pas rattaché à la corde.
  5. 5A ou freehand : dans le 5A, le yo-yo est rattaché à la corde, mais la corde n'est pas rattachée au doigt mais à un contrepoids que le joueur pourra lâcher afin de le faire interagir avec la corde et le yo-yo.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Monde du Yo-Yo [« Yo-Yo World Trick Buch »], Luc Gachet

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • L’héroïne de la série policière japonaise Sukeban Deka et des séries TV et films dérivés (dont Tokyo Girl Cop) utilise comme arme secrète un dangereux yo-yo en métal, emblème de la série.
  • Dans la série, le Dr House joue régulièrement au yo-yo durant ses séances de diagnostic.
  • Dans le manga Hunter × Hunter, le personnage de Kirua utilise deux yo-yos en métal combinés à de l'électricité comme armes de combat.
  • Dans le manga Reborn!, le personnage Chikusa Kakimoto utilise deux yo-yos en métal appelés "Yo-Yos hérrison": Ses yo-yos utilise qu'il manipule habilement peuvent projetés des aiguilles. Dans l'avenir, ses aiguilles sont également représentées à revêtir avec des flammes de vonlonté de la pluie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. ...et le yoyo contre-attaqua !

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :