CanalWeb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
CanalWeb
Création 1998
Disparition 2001
Slogan La nouvelle télévision - le futur est déjà là
Langue Français
Pays Drapeau de la France France
Statut Généraliste nationale privée
Site web www.canalweb.net
Diffusion
Analogique Non Non
Numérique Non Non
Satellite Non Non
Câble Non Non
ADSL (en streaming)

CanalWeb est une plate-forme de télévision interactive (WebTV) et numérique française lancée en juillet 1998, créée à initiative de Jacques Rosselin[1] et disparue le 30 avril 2002.

CanalWeb a été pionnière en Europe en tant qu'opérateur de télévision sur Internet.

Histoire de la chaîne[modifier | modifier le code]

CanalWeb a produit dans ses studios plus de 8 000 heures de programmes dans des domaines très variés, allant des échecs au court métrage en passant par la pêche à la ligne. Ses programmes, le plus souvent d'un format « talk-show » d'une demi-heure, étaient accessibles en direct et à la demande. Ses programmes les plus populaires étaient Diagonale (aujourd'hui réincarné en DiagonaleTV), un programme consacré aux échecs et, surtout, La Grand-Messe, seule émission quotidienne, animée par Stéphane de Rosnay, qui recevait des leaders politiques.

CanalWeb a créé deux filiales étrangères au printemps 2000, l'une en Allemagne et l'autre en Espagne avec Ovideo, opérateur de Barcelone TV (BTV). CanalWeb a également créé en 1999 une web-télévision financière avec la Cote Bleue, TVBourse.net et, en 2000, TVWeb Régions, un réseau de télévisions locales sur le Net avec plusieurs quotidiens de la presse régionale : TVWeb33 avec Sud-Ouest (CanalWeb a également été un actionnaire fondateur de la chaîne locale TV7 Bordeaux), TVWeb Midi avec la Dépêche du Midi, TVWeb Bretagne avec Le Télégramme et TVWebTours avec la Nouvelle République.

En mai 2000, CanalWeb lance également la télévision participative avec le lancement de TéléPerso, qui permettait à tout un chacun de mettre sa vidéo en ligne sur le site. Hélas, à l'époque, sans ADSL, le téléchargement était plus complexe et le vidéaste devait le plus souvent envoyer sa cassette par la poste.

Juste avant la disparition du site, des programmes humoristiques étaient présentés par Alessandro Di Sarno, devenu depuis un célèbre animateur télé en Italie.

Alors que la bulle spéculative autour des nouvelles technologies de l'information menace d'éclater, en juillet 2001, un partenaire financier nommé Galileo, refusant de souscrire à une augmentation de capital, déclenche une réaction en chaîne des autres actionnaires, qui se solde par un dépôt de bilan, quinze jours après les attentats du 11 septembre[2].

La société est mise en redressement judiciaire en février 2002 et doit abandonner l'ensemble de ses activités de production le 30 avril 2002.

L'équipe fondatrice[modifier | modifier le code]

  • Président du Directoire : Jacques Rosselin
  • Président du conseil de surveillance : Jean-Francis Bretelle
  • Direction technique et Production : Romain Gires
  • Informatique : Aldo Chehab
  • Production : Patrick Vallée
  • Prospective haut-débit : Christian Van der Borght
  • Direction commerciale : Béatrice Lecacheux
  • International : Denis Fortier
  • Administration & Finances : Philippe Valachs

Programmes[modifier | modifier le code]

Parmi le bouquet de programmes disponibles sur CanalWeb, on pouvait distinguer :

  • JVTV (jeux vidéo) avec Sébastien Lubrano
  • Chasses aux trésor avec Pol Wens
  • Smooth Jazz avec Richard Benhaïm
  • TopTapasTV (cuisine) avec Carmen Gresa
  • Musique des Antilles avec Charlie
  • Country avec George Lang
  • Érotisme avec Brigitte Lahaie
  • International en partenariat avec Le Monde diplomatique
  • TéléCrash 2000 avec Laurent Laurent, qui fit la une du Wall Street Journal Europe grâce à son émission.

Également, de nombreux talks shows avec Pierre Botton, Valéry Bollier, Stéphane de Rosnay.

Stéphane de Rosnay, par ailleurs directeur de l'information, animait quotidiennement La Grand-Messe.

"Le Champ Urbain", première TV européenne d'architecture, paysage et art urbain, constituée de monographies d'architectes français et étrangers tel que Bernard Huet, Jean Nouvel, David Mangin, Manolo Nunez, James Turrel, etc. et "SPOUTHIK" (prononcez Spoutnik) actualités de la création contemporaine, consacrée au départ aux pays de l'Est européen puis élargissant sont champ d'investigation à toutes les formes de création contemporaine (littéraire, musicale, plastique et événementielle), en créant un format inédit constitué de la visite de l'atelier d'un artiste plasticien en un seul plan séquence de 15 minutes et successivement sa confrontation en studio avec un artiste d'une autre discipline (théâtre comique, littérature, musique contemporaine, variété, etc.). Ces deux émissions diffusées à partir d'avril 1999 ont totalisé plus de 285 titres. Produites par UNISVERS Division Multimédia de P.R.V. S.A. elles ont été créées, organisée et animées par son directeur Vittorio E. Pisu, qui a aussi réalisé toutes les prise de vues extérieures et leur montage. On lui doit aussi la création de "Solo Opéra" une émission consacrée à l'art lyrique qui a débuté en octobre 1999, tout d'abord comme un déjeuner à base de champagne et de sushi dans un palais imaginaire à Venise. Grâce à la "magie" de l'incrustation numérique les fonds d'image étaient constitués par les photos de la maquette du "Palazzo A Venezia", projet d'un palais que Vittorio E. Pisu, en sa qualité d'architecte avait présenté à la Biennal de Venise, invité à participer à la requalification du Pont de l'Accademia. Ce déjeuner, le premier dans l'histoire de la télévision, auquel Vittorio E. Pisu conviait des sopranos, des directeurs d'orchestre, des compositeurs et des metteurs en scène d'opéra, se prolongea en s'invitant dans les festivals lyriques en France (Orange, Aix, Saint-Ceré, Avignon, etc.) au travers de captations des spectacles et d'interviews des protagonistes, cette émissions a produits 98 titres.
Parmi les personnages qui ont participé à ces émissions on peut citer Julia Migenes, Teresa Berganza, Peter Sellars, Kahja Saahryao, Peter Mussback, Jérôme Savary, etc.
Vittorio E. Pisu étant Sarde, il a aussi créé une émission sur l'art et la culture de la Sardaigne sous le titre de "Sardonia" du nom d'une de ces nombreuses associations culturelles, qui a été diffusée en italien, et dans laquelle il a été jusqu'à inviter le Saint patron Efisio Stratilate, chrétien et martyr, dont la commémoration de son intercession pour la levée de la peste au XVIIe siècle a lieu tous les ans dans la ville de Cagliari le 1er mai.
Au total Vittorio E. Pisu a produit, diffusé et animé plus de 395 émissions sous quatre titre différents. Il a aussi été plusieurs fois invité de l'émissions Alessandro 10/18 à laquelle il a participé en diffusant des images tournées lors de ses nombreux voyages, en Hollande, Belgique et Italie[3].

La dernière émission en direct, Sarno 10/18 fut présentée par Alessandro Di Sarno[4].

Animateurs[modifier | modifier le code]

  • Stéphane de Rosnay
  • Valéry Bollier
  • Alessandro Di Sarno
  • Stig Legrand [chat en direct]
  • Vittorio E. Pisu

Diffusion[modifier | modifier le code]

La diffusion était effectuée en streaming depuis le site de CanalWeb.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://unitvnetwork.org/canalweb.html
  2. Journal du Net, septembre 2001.
  3. http://www.wobook.com/WBNG7el6oT8G
  4. http://ird2.free.fr/archives/2001_11.html

Liens externes[modifier | modifier le code]