Vsevolod Ier de Kiev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vsevolod Ier
Vsevolod de Kiev
Vsevolod de Kiev
Titre
Grand-prince de Kiev
10781093
Prédécesseur Iziaslav Ier
Successeur Sviatopolk II
Biographie
Dynastie Riourikides
Nom de naissance Vsevolod Iaroslavitch[1]
Date de naissance 1030
Date de décès 13 avril 1093
Lieu de décès Vychhorod (Rus' de Kiev)
Père Iaroslav le Sage
Mère Ingigerd de Suède
Conjoint Anastasia
Anna
Enfant(s) Vladimir (1053-1125)
Anna (?-1112)
Rostislav (1070-1093)
Eupraxia[2] (1071-1109)
Catherine (?-1108)
Maria (?-1089)
Religion Christianisme orthodoxe

Vsevolod Iaroslavitch (en russe et ukrainien : Всеволод I Ярославич, et en vieux norrois : Vissivald) dit Vsevolod Ier de Kiev, est un Grand-prince du Rus' de Kiev de la dynastie des Riourikides (né vers 1030 et mort le 13 avril 1093 à Vychhorod), qui régna de 1078 à 1093.

Fils de Iaroslav Vladimirovitch dit le « Sage », et d'Ingigerd de Suède, il est également prince de Pereïaslavl de 1054 à 1073 et prince de Tchernigov de 1073 à 1078 (régnant notamment après la mort de son père sur les villes de Rostov-sur-le-Don et de Souzdal).

Biographie[modifier | modifier le code]

C'est pendant cette période, en 1055, que l'on rencontre la première mention des Polovtses, peuple nomade turc et païen de la steppe qui vinrent avec leur chef Bolouch et s'en retirèrent d'où ils étaient venus après avoir conclu la paix avec Vsevolod[3].

Toutefois, le 2 février 1061, sous la conduite d'un autre chef nommé Sokal, les Polovtses vainquirent Vsévolod[4].

En 1073, il se soulève avec son frère Sviatoslav II contre leur autre frère, le Grand prince Iziaslav Ier. Sviatoslav II avec son aide devient Grand prince de Kiev et lui cède son apanage de Tchernihiv dont il devient prince de 1073 à 1078.

Après la mort de Sviatoslav II, il se réconcilie avec Iziaslav Ier et l'aide à revenir sur son trône. À la mort de son frère il devient lui-même Grand prince de Kiev. Il meurt le 13 avril 1093 et est inhumé à Sainte-Sophie de Kiev.

Famille[modifier | modifier le code]

Unions et descendance[modifier | modifier le code]

Il a d'abord épousé en 1046 Anastasia, dite aussi Zoé ou Irène, fille de l'empereur Constantin IX Monomaque[5], morte en 1067, avec qui il eut:

Avec sa seconde femme, Anna (morte en 1111), il eut quatre autres enfants connus:

Ancêtres[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Igor de Kiev
 
 
 
 
 
 
 
8. Sviatoslav Ier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Olga de Kiev
 
 
 
 
 
 
 
4. Vladimir Ier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Malk Lioubetchanine
 
 
 
 
 
 
 
9. Maloucha
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Iaroslav le Sage
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
10. Rogvolod
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
5. Rogneda de Polotsk
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1. Vsevolod Ier de Kiev
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Björn III de Suède
 
 
 
 
 
 
 
12. Éric VI de Suède
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
6. Olof de Suède
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Mieszko Ier de Pologne
 
 
 
 
 
 
 
13. Świętosława
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Dubravka
 
 
 
 
 
 
 
3. Ingigerd de Suède
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
14. Chef tribal abodrite
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
7. Estrid des Obotrites
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francis Dvornik, Les Slaves, histoire, civilisation de l'Antiquité aux débuts de l'Époque contemporaine. Éditions du Seuil, Paris (1970), « La Russie de Kiev » p. 171-228.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De son nom de baptême Andrei.
  2. Elle se nommera plus tard Adélaïde lorsqu'elle deviendra impératrice, femme de Henri IV du Saint-Empire.
  3. Chronique de Nestor chapitre LIX.
  4. Toujours selon la « Chronique de Nestor » : ce fut la première défaite que la Russie essuya de la part de ces païens.
  5. Christian Settipani, Continuité des élites à Byzance durant les siècles obscurs. Les princes caucasiens et l'Empire du VIe au IXe siècle, Paris, de Boccard,‎ 2006, 634 p. (ISBN 978-2-7018-0226-8), p. 245.