Vivre (film, 1952)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vivre.

Vivre

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Affiche du film

Titre original Ikiru
(生きる?)
Réalisation Akira Kurosawa
Scénario Shinobu Hashimoto
Akira Kurosawa
Hideo Oguni
Acteurs principaux
Pays d’origine Japon
Sortie 1952
Durée 143 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Vivre (生きる, Ikiru?) est un film japonais réalisé par Akira Kurosawa et sorti en 1952.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film se divise en deux grandes parties.

Dès l'introduction, un narrateur explique que le protagoniste est atteint d'un cancer de l'estomac incurable, et qu'il ne lui reste que quelques mois à vivre. Il s'agit de Kenji Watanabe, un fonctionnaire veuf en fin de carrière, responsable d'un département des affaires publiques dans un arrondissement de Tōkyō. Sa fonction se résume à écrire ou tamponner des formulaires, sans la moindre utilité, et il a abandonné depuis longtemps toute initiative. Lors d'une visite chez un médecin (qui tente de lui cacher la vérité), il découvre son cancer, et sait qu'il va bientôt mourir. Ce choc, ainsi que le fait qu'il surprenne son fils (pour qui il pensait avoir sacrifié sa vie après la mort de sa femme) et sa belle-fille parler de ses économies après sa mort, lui fait prendre conscience de l'inanité de la vie qu'il a menée et de l'inutilité totale de son travail.

Il abandonne son poste et se met à boire dans les bars. C'est là qu'il rencontre un écrivain, qui tente de lui faire connaître les plaisirs de la vie nocturne. Il rencontre une galerie de personnages hauts en couleur, mais ne parvient pas à se divertir.

Dans la rue, il rencontre une jeune collègue qui le cherchait, afin qu'il cachète son formulaire de démission : après un an et demi, elle a décidé d'échapper à la bureaucratie. Son enthousiasme et sa vitalité sont irrésistibles pour Watanabe, et il la convainc de l'accompagner quelque temps (ce qui persuade son fils que Watanabe s'est trouvé une maîtresse, qui va dilapider tout son argent). Lors d'une conversation où il dévoile sa maladie et son désespoir, il finit par trouver l'illumination : il consacrera le restant de sa vie aux autres, en premier lieu les enfants, en utilisant enfin sa position pour accomplir quelque chose.

La seconde partie du film se déroule cinq mois plus tard, après la mort de Watanabe, lors de la cérémonie funèbre qui réunit sa famille et ses collègues. Peu à peu, au cours de flashbacks successifs, les circonstances de sa mort et les détails de son dernier combat sont révélés : il s'est consacré à une cause pour laquelle il a déployé toute sa dernière énergie, la création d'un parc municipal à la place d'un terrain vague insalubre. Son combat était rendu très difficile par l'immobilisme de la bureaucratie et les luttes entre les différents services administratifs et, lors de l'inauguration du parc, son rôle a été dénigré par le vice-maire qui présidait la cérémonie. Les circonstances de la mort de Watanabe sont révélées lors d'une des dernières scènes du film.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]