Le Garde du corps (film, 1961)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Garde du corps.

Le Garde du corps

Titre original Yojimbo
Réalisation Akira Kurosawa
Scénario Ryuzo Kikushima
Akira Kurosawa
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Genre Action, aventure et drame
Sortie 1961
Durée 110 minutes (1h50)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Garde du corps (Yojimbo, 用心棒) est un film japonais réalisé par Akira Kurosawa, sorti en 1961, avec Toshiro Mifune et Tatsuya Nakadai dans les rôles principaux. Selon le critique Jean Douchet, « sous ses allures de western, il dissimule une mouture nippone de la Série noire »[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Japon, XIXe siècle. Un samouraï errant fait étape dans un village terrorisé par deux clans rivaux. En se ralliant successivement à l'un et à l'autre, il va précipiter leur chute et sauver les villageois de leur joug.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Inspiration[modifier | modifier le code]

Kurosawa lui-même a déclaré qu'une des sources majeures du scénario était le classique du film noir La Clé de verre (1942), une adaptation du roman éponyme écrit en 1931 par Dashiell Hammett. En particulier, la scène où le héros est capturé, torturé et finit par s'échapper est copiée presque plan par plan sur La Clé de verre[réf. souhaitée](cela paraît par ailleurs peu probable, puisque les deux méthodes d'évasion sont totalement différentes). Néanmoins, il a été remarqué que le scénario est beaucoup plus proche d'un autre roman de Dashiell Hammet, La Moisson rouge (1929). Le spécialiste de Kurosawa David Desser et le critique Manny Farber, parmi d'autres, affirment catégoriquement que La Moisson rouge a inspiré le film ; d'autres, comme Donald Richie, pensent que les ressemblances sont dues à des coïncidences[2].

Le solitaire taciturne et les villageois sans défense rappellent Les Sept Samouraïs déjà réalisé par Kurosawa en 1954.

Remakes[modifier | modifier le code]

Un remake italien a été réalisé sous forme de western spaghetti. Il s'agit de Pour une poignée de dollars de Sergio Leone avec Clint Eastwood et Gian Maria Volontè, tourné en 1964. Un autre film de Kurosawa avait déjà donné lieu à un remake sous forme de western : Les Sept Samouraïs, tourné en 1954, avait été adapté par John Sturges en 1960 sous le titre Les Sept Mercenaires.

Un remake hollywoodien a également été réalisé, sur fond de prohibition cette fois. Il s'agit de Dernier Recours de Walter Hill, avec Bruce Willis et Christopher Walken, tourné en 1996.

Hommages et clins d'œil[modifier | modifier le code]

  • Dans le film Bodyguard de Mick Jackson, Kevin Costner, lui aussi garde du corps, regarde le film. Il se sert d'ailleurs d'un katana.
  • Le film est l'une des trois origines possibles pour l'invocation « yojimbo » de la série de jeux vidéo Final Fantasy.
  • Dans le jeu Tenchu : La Colère Divine sorti sur PlayStation 2, le personnage de Tajima est directement inspiré d'Unosuke, même attitude, même tenue vestimentaire, même passion pour les armes à feu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Douchet, L'Art d'aimer, Cahiers du cinéma, collection Écrits, 1987, p. 116.
  2. Allen Barra, "From Red Harvest to Deadwood", Salon (2005)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]