Viking (moteur-fusée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viking (homonymie).
Viking 5C

Le moteur Viking est un moteur-fusée développé dans les années 1970 pour propulser le lanceur Ariane. Il a été développé par la Société européenne de propulsion (SEP), absorbée depuis par Snecma [1].

Son initiale V lui vient de la ville de Vernon.

Description et utilisation[modifier | modifier le code]

Le Viking délivre une poussée comprise entre 760 et 808 kN (77 à 82 tonnes) selon les versions. Dans ses versions 4 et 5C, Viking motorise les 2 premiers étages des lanceurs Ariane 1 à 4. La version 6 motorise les propulseurs d'appoint (PAL) pour les versions lourdes d'Ariane 4 (Ariane 42L, 44L et 44LP). Le Viking utilise des ergols chimiques stockables : selon les versions le Peroxyde d'azote combiné avec de l' UDMH ou du Peroxyde d'azote et de l'UH 25.

Il a été produit à plus 1 100 exemplaires et a achevé sa carrière lors du dernier vol d'Ariane 4 (VA159), le 15 février 2003 après 25 ans de service. Cette mission est également le 74e (et dernier) succès consécutif pour Ariane 4, record de fiabilité avec 9 ans de lancements sans échec. Le Viking est aujourd'hui construit en Inde sous licence sous l'appellation Vikas : il est utilisé pour propulser des étages des fusées indiennes PSLV et GSLV.

Fiabilité[modifier | modifier le code]

Les 144 lanceurs Ariane 1 à 4 ont utilisé au total 958 moteurs Viking. Seuls 2 moteurs ont conduit à un échec. Le premier échec était dû à une fissure dans la chambre de combustion, le second est d'origine humaine : un chiffon avait été oublié dans une conduite lors du montage. Initialement, tous les moteurs étaient testés avant d'être intégrés sur un lanceur. À partir de 1998, les ingénieurs, confiants de la fiabilité du moteur, autorisèrent l'utilisation de moteurs non testés au banc sur les lanceurs. Quelques moteurs, prélevés aléatoirement dans les ateliers de montage, sont testés de temps à autre. Cette confiance absolue est très rare dans le monde de la motorisation spatiale.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Version Viking 2 Viking 2B Viking 4 Viking 4B Viking 5C Viking 6
Hauteur 2,87 m 2,87 m 3,51 m 3,51 m 2,87 m 2,87 m
Diamètre 0,99 m 0,99 m 1,70 m 1,70 m 0,99 m 0,99 m
Masse  ?  ? 826 kg 826 kg 826 kg 826 kg
Ergols Peroxyde d'azote et UDMH dans un rapport 1,86:1 Peroxyde d'azote et UH 25 dans un rapport 1,70:1 Peroxyde d'azote et UDMH dans un rapport 1,86:1 Peroxyde d'azote et UH 25 dans un rapport 1,70:1 Peroxyde d'azote et UH 25 dans un rapport 1,70:1 Peroxyde d'azote et UH 25 dans un rapport 1,71:1
Ergol consommé env. 275 kg/s env. 275 kg/s env. 275 kg/s env. 275 kg/s env. 275 kg/s env. 275 kg/s
Caractéristique de la turbopompe 2500 kW/10 000 tr/min 2500 kW/10 000 tr/min 2500 kW/10 000 tr/min 2500 kW/10 000 tr/min 2500 kW/10 000 tr/min 2500 kW/10 000 tr/min
Poussée dans le vide 690 kN  ? 713 kN 800 kN 758 kN 750 kN
Poussée au niveau de la mer 611 kN 643 kN - - 678 kN  ?
Utilisation Ariane 1, GSLV Ariane 2, 3 Ariane 1, PSLV, GSLV Ariane 2 - 4 Ariane 4 PAL (Accélérateur d'appoint d'Ariane 4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les moteurs viking d'ariane 4 », sur www.capcomespace.net (consulté le 19/09/2014)