RD-180

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le RD-180 testé sur un étage Atlas III au banc d'essais du Marshall Space Flight Center de la NASA (1998)

Le RD-180 est un moteur-fusée de conception russe dérivé du RD-170 qui équipe les fusées Zenit. Il comporte deux chambres de combustion ainsi que deux tuyères. Comme le RD-170 doté de quatre chambres de combustion, les deux chambres du RD-180 utilisent la même turbopompe.

Le RD-180 a une poussée de 383 tonnes avec une impulsion spécifique de 311 secondes au sol (dans le vide respectivement 415 tonnes et 338 secondes). Haut de 3,28 mètres et large de 3,15 m. (à cause des deux tuyères) il pèse à vide 5,48 tonnes soit un rapport poids poussée de 78,44.

Au début des années 1990, la Division des Systèmes Spatiaux de General Dynamics (qui sera achetée en 1993 par Lockheed Martin) a acquis les droits d'utilisation du RD-180 pour ses programmes de lanceurs spatiaux Atlas et EELV. Le motoriste américain Pratt & Whitney chargé d'adapter le propulseur russe sur la fusée, a acquis une licence de production auprès de NPO Energomach (le concepteur et constructeur russe du RD-180) pour que la fusée Atlas puisse lancer des satellites du gouvernement américains. Le moteur est actuellement vendu conjointement par Pratt & Whitney et par Energomach, mais reste jusqu'à présent, uniquement produit en Russie.

Le RD-180 utilise un cycle de combustion étagé à haute pression et brûle un mélange kérosène/LOX. Comme le moteur RD-170 dont il dérive, le RD-180 présente la particularité d'utiliser une chambre de précombustion brûlant de l'oxygène qui lui permet d'avoir un rapport poids-poussée particulièrement performant. Mais cette architecture nécessite de faire circuler l'oxygène à l'état gazeux et à haute pression dans le moteur. Les mouvements de ses deux tuyères sont dirigés par 4 vérins hydrauliques. C'est un moteur particulièrement puissant et fiable.

Le RD-180 a été utilisé initialement sur le lanceur Atlas II A-R, qui est la version de la fusée Atlas IIA utilisant le moteur russe. Ce lanceur fut par la suite rebaptisé Atlas III. Des évolutions ont ensuite été effectuées pour permettre son utilisation sur le premier étage et les propulseurs d'appoint de la fusée Atlas V.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]