Palais Lascaris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Palais Lascaris
Façade du palais et entrée du 15 rue Droite
Façade du palais et entrée du 15 rue Droite
Présentation
Période ou style Baroque
Type Palais de Nice
Architecte Inconnu
Date de construction XVIIe siècle
Destination initiale Demeure aristocratique
Propriétaire Ville de Nice
Destination actuelle Musée des instruments de musique
Protection Logo monument historique Classé MH (1946)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Localité Nice
Localisation
Coordonnées 43° 41′ 51.62″ N 7° 16′ 38.09″ E / 43.6976722, 7.2772472 ()43° 41′ 51.62″ Nord 7° 16′ 38.09″ Est / 43.6976722, 7.2772472 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Palais Lascaris

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Palais Lascaris

Géolocalisation sur la carte : Nice

(Voir situation sur carte : Nice)
Palais Lascaris

Le palais Lascaris est une ancienne demeure aristocratique de Nice datant de la première moitié du XVIIe siècle, aujourd'hui un musée des instruments de musique anciens. Situé au cœur du Vieux-Nice, il abrite une collection d'environ 500 instruments, ce qui en fait, d'après la mairie de Nice, la deuxième plus importante collection en France[1].

Faute de sources documentaires, les architectes du palais ne sont pas connus. Son style architectural est du baroque dit génois.

Historique[modifier | modifier le code]

Construit dans la première moitié du XVIIe siècle puis au XVIIIe siècle, il est jusqu'en 1802 la propriété de la famille Vintimille-Lascaris. Tombé en décrépitude au début du XXe siècle, le palais est racheté en 1942 par la ville de Nice qui décide d'y aménager un musée des arts et traditions populaires régionaux[2]. Il fait l'objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 15 février 1946[3]. Les travaux de réhabilitation débutent en 1963 et s'achèvent en 1970, année de l'ouverture définitive du palais au public[4]. En 2001, les collections instrumentales de la ville de Nice sont transférées du musée Masséna au palais Lascaris dans le but d'y créer un musée des instruments de musique[2]. En 2011, l'exposition permanente des instruments de musique anciens est enfin ouverte au public[5].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le salon d'honneur du palais

De style baroque, et imbriqué dans un tissu urbain ancien, le palais affiche une opulente façade principale avec la mise en valeur appuyée des fenêtres et des balcons à balustres de marbre blanc. À l'intérieur, dès l'entrée, un imposant vestibule voûté d'arêtes, orné de motifs aux tons vigoureux, participe à un bel effet visuel. Un escalier monumental fermé par des galeries d’arcades et décoré de statues permet d'accéder aux salles du premier étage utilisées pour les expositions temporaires. Au deuxième niveau, l’étage appelé noble avec ses appartements d’apparat conservent ses décors plafonnants[6] d'origine, peints à la fresque au milieu du XVIIe siècle. Les statues et le décor rocaille des salons sont ajoutés au XVIIIe siècle.

Le palais consacre aujourd'hui sa surface d'exposition à la présentation permanente de sa collection d'instruments de musique anciens, issue du legs du notable niçois Antoine Gautier (1825-1904)[1],[5].

Collection[modifier | modifier le code]

Legs d'Antoine Gautier[modifier | modifier le code]

La collection instrumentale provient surtout du legs d'Antoine Gautier qui prend effet en 1904.

Antoine Gautier est né à Nice en 1825, fils de Joseph Octave Gautier, riche négociant en bois et de Félicité Rossetti fille du préfet Rossetti et petite fille du sénateur Rossetti[7]. Après des études classiques au collège des Jésuites (actuellement lycée Masséna), il devient juriste[7]. Musicien amateur, Antoine Gautier joue le violon et l'alto, et à dix-huit ans il fonde un quatuor avec son frère Raymond, où Antoine tient la partie d'alto[8]. Il aménage son salon de musique ainsi que sa grande collection d’instruments dans sa maison de la rue Papacino :

« Rue Papacino, nous étions dans le Temple. Tout y invitait au recueillement, la grande bibliothèque où les collections soigneusement reliées et alignées de toutes les revues musicales d'Europe voisinaient avec les éditions rares, les vitrines [exposant] les gongs, guitares hawaïennes, trompettes marines, archiluths, quintons, hautbois d'amour, œuvres de Maggini ou de Guarniéri, les quatre grands pupitres de chêne et le piano Pleyel grand format, faisant l'admiration des visiteurs[9],[10],[11],[12]. »

De nombreux artistes ont fréquenté le salon, dont Jacques Thibaud et Eugène Ysaÿe ; lors d'une soirée de janvier 1902, Gabriel Fauré vient y jouer plusieurs de ses compositions pour piano[8]. En 1903, le Quatuor Gautier y célèbre ses soixante ans. L’année suivante, Antoine Gautier décède en son domicile, dans sa soixante-dix-neuvième année, léguant à la ville ses collections instrumentales composées de plus de 225 pièces et sa bibliothèque musicale[13].

Le legs Gautier a été consenti en faveur de la Ville de Nice par testament du 26 mai 1901 et par un codicille du 8 juin de la même année; il a été accepté par la Ville de Nice dans le cadre d’une séance extraordinaire du conseil municipal, le 19 septembre 1904[13]. L’article du testament qui concerne le legs est succinct :

« Désirant encourager la création à Nice, ma ville natale, d’une institution bien organisée d’enseignement musical, je lègue à la ville de Nice soixante mille (60.000) francs, et de plus mes collections d’instruments de musique et accessoires, d’œuvres musicales et livres sur la musique, à la seule condition d’allouer six cents (600) francs annuels à un luthier chargé de la conservation des instruments ; je pense que M. Francois Bovis luthier serait le plus apte à cet emploi[13]. »

Depuis le legs d’Antoine Gautier, la Ville de Nice continue à enrichir cette collection qui a été exposée ou conservée successivement au musée des beaux-arts, au musée Masséna, au conservatoire de Nice et aujourd'hui au palais Lascaris.

Pièces importantes[modifier | modifier le code]

Harpe de Naderman (1780)

Parmi les pièces les plus importantes se trouvent :

  • une sacqueboute ténor d'Anton Schnitzer (Nuremberg, 1581)[14],[15]
  • des violes d'amour de Joannes Florenus Guidanti (Bologne, 1717)[16], de Gagliano (Naples, 1697)[17], de Johann Schorn (Salzburg, 1699)[18] et de Johann Ott (Füssen, 1727)[19] ;
  • des violes de gambe dont celle de William Turner (Londres, 1652)[20],[21];
  • une basse de violon de Paolo Antonio Testore (Milan, 1696)[22] ;
  • plusieurs guitares baroques rarissimes, dont une de Giovanni Tesler (Ancône, 1618)[23], une de René Voboam (Paris, v. 1650)[24],[25],[26],[27] et une de Jean Christophle (Avignon, 1645)[28], ce qui est l'une des plus anciennes guitares françaises datées[1] ;
  • des flûtes à bec du XVIIIe siècle, dont une alto fabriquée par Johann Christoph Denner (Nuremberg, début du XVIIIe siècle)[29] ;
  • un clavecin (anciennement claviorganum) anonyme du XVIIIe siècle[30] ;
  • de nombreuses harpes : les premières prototypes de Sébastien Érard, dont sa première harpe à simple mouvement[31] et sa première à double mouvement, ainsi qu'une harpe de Naderman (Paris, 1780) ayant appartenu à la vicomtesse de Beaumont[32],[33] ;
  • un rare ensemble de clarinettes[34] ;
  • des instruments à cordes expérimentaux ;
  • plusieurs instruments fabriqués par Adolphe Sax, dont un quatuor de saxophones et un saxotromba[35] ;
  • des instruments à clavier français du XVIIIe au XXe siècles, dont le piano Pleyel (Paris, 1863) ayant appartenu au Cercle Masséna de Nice[36] ;
  • l'une des plus célèbres guitares en état de jeu d'Antonio de Torres (Almeria, 1884)[37] ;
  • de nombreux instruments de facture méridionale ;
  • une cinquantaine d'instruments extra-européens de la collection Gautier du XIXe siècle.
  • un ensemble d'instruments du jazz, dont un saxophone "Grafton" des années 1950[38]

En 2009, le groupe AXA a déposé au palais Lascaris le Fonds Gaveau-Érard-Pleyel[1], présenté au public dans deux expositions : Érard, l'invention de la harpe moderne, 1811-2011 en 2011[39] et Le Clavier vivant en 2012[40]. Le 31 janvier 2013, l'Institut de France a déposé au palais Lascaris la collection Tissier-Grandpierre (66 instruments, dont 18 harpes anciennes)[41].

La collection instrumentale du Palais Lascaris fait partie du projet MIMO (Musical Instrument Museums Online)[42],[43], dont les notices sont accessibles sur le site Europeana.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Palais Lascaris », sur www.nice.fr, mairie de Nice (consulté en 3 août 2012)
  2. a et b [PDF] Projet scientifique et culturel Palais Lascaris : Installation de la collection d'instruments de musique anciens, mairie de Nice (Direction centrale des affaires culturelles). Consulté le 4 août 2012.
  3. « Notice no PA00080806 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Charles Astro, Le Palais Lascaris, Édition Nice-Musées, 2007, p. 7
  5. a et b Renato Ferrari, « Nice fait sa nuit européenne des musées ce samedi », sur www.nice-premium.com, Nice Premium,‎ 11 mai 2011 (consulté en 4 août 2012)
  6. Charles Astro, Le Palais Lascaris, Édition Nice-Musées, 2007, p. 17
  7. a et b Henri Bernardi, « Antoine Gautier, sa vie et ses activités musicales », dans Musée du palais Lascaris, Aspects des collections d'un amateur éclairé niçois Antoine Gautier, catalogue d'exposition (Nice, Palais Lascaris, 18 juin - 22 novembre 1998), p. 15
  8. a et b Henri Bernardi, « Antoine Gautier, sa vie et ses activités musicales », dans Musée du palais Lascaris, Aspects des collections d'un amateur éclairé niçois Antoine Gautier, catalogue d'exposition (Nice, Palais Lascaris, 18 juin - 22 novembre 1998), p. 16
  9. Louis Bonfiglio, L'Armanac Nissard, Nice, 1930
  10. Henri Bernardi, « Salons musicaux, sociétés et cercles niçois », dans Nice-Historique (ISSN 0028-9698), no 2/3 (1994), p. 71-85, [lire en ligne]
  11. Josiane Bran-Ricci, « Aspects de la lutherie à travers les fonds d’un amateur éclairé : Antoine Gautier », dans Musée du palais Lascaris, Aspects des collections d'un amateur éclairé niçois Antoine Gautier, catalogue d'exposition (Nice, Palais Lascaris, 18 juin – 22 novembre 1998), p. 19-34
  12. Henri Bernardi, « Antoine Gautier, sa vie et ses activités musicales », dans Musée du palais Lascaris, Aspects des collections d'un amateur éclairé niçois Antoine Gautier, catalogue d'exposition (Nice, Palais Lascaris, 18 juin - 22 novembre 1998), p. 15–17
  13. a, b et c Henri Bernardi, « Antoine Gautier, sa vie et ses activités musicales », dans Musée du palais Lascaris, Aspects des collections d'un amateur éclairé niçois Antoine Gautier, catalogue d'exposition (Nice, Palais Lascaris, 18 juin - 22 novembre 1998), p. 17
  14. (en) Henry G. Fischer, « The Tenor Sackbut of Anton Schnitzer the Elder at Nice », dans Historic Brass Society Journal, vol. 1, 1989, p. 65-74
  15. (en) Anton I Schnitzer, http://www.mimo-db.eu/InstrumentMaker/Person/2919 & Schnitzer, « Saqueboute avec embouchure », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  16. (en) Guidanti, Johannes Florenus, « Viole d'amour », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  17. (en) Nicolo Gagliano, http://www.mimo-db.eu/InstrumentMaker/Person/1049 & Gagliano, « Viole d'amour », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  18. (en) Schorn, Johann, « Viole d'amour », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  19. (en) Ott, Johann, « Viole d'amour », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  20. Josiane Bran-Ricci, « Des violes de gambe dans une collection publique française », dans Christian Ahrens et Gregor Klinke, Viola da Gamba und Viola da Braccio: Symposium Tage Alter Musik in Herne 2002 (Herne, 2002), Munich, Musikverlag Katzbichler, 2006, 243 p. (ISBN 9783873975835)
  21. (en) Turner, William, « Basse de viole », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  22. (en) Carlo Giuseppe Testore, http://www.mimo-db.eu/InstrumentMaker/Person/3255 & Testore, « Basse de violon », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  23. (en) Tesler, Giovanni, « Guitare », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  24. Florence Gétreau, « René, Alexandre et Jean Voboam : des facteurs pour La Guitarre Royalle », dans Florence Gétreau, Béatrice de Andia, Instrumentistes et luthiers parisiens : XVIIe ‑ XIXe siècle, Paris, Délégation à l'action artistique de la ville de Paris, 1988 (ISBN 9782905118011), p. 51-73
  25. Florence Gétreau, « La dynastie des Voboam : nouvelles propositions pour le catalogue de leur œuvre », dans Musique-Images-Instruments (ISSN 1264-7020), no 2 (1996), p. 185-194 [présentation en ligne]
  26. (en) Florence Gétreau, « Recent Research about the Voboam Family and Their Guitars », dans Journal of the American musical Instrument Society (ISSN 0362-3300), vol. 31 (novembre 2005), p. 5-66 [lire en ligne]
  27. (en) Voboam, René, « Guitare baroque », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  28. (en) Jean Christophle, http://www.mimo-db.eu/InstrumentMaker/Person/528 & Christophle, « Guitare baroque », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  29. (en) Denner, famille, « Flûte à bec alto », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  30. (en) Anonyme, « Clavecin », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  31. http://www.sebastienerard.org/fr/?m=instruments&d=d200915
  32. (en) Robert Adelson, « The Viscountess de Beaumont's Harp and Music Album (1780) », dans The Galpin Society Journal (ISSN 0072-0127), LXII (avril 2009), p. 159-166
  33. (en) Jean-Henri Naderman, http://www.mimo-db.eu/InstrumentMaker/Person/2297 & Naderman, « Harpe à pédales », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  34. « Les clarinettes anciennes du musée du palais Lascaris », sur www.buffetcrampon.com, Buffet Crampon,‎ 14 mai 2012 (consulté en 25 août 2012)
  35. (en) Adolphe Sax, http://www.mimo-db.eu/InstrumentMaker/Person/2825 & Sax, « Saxhorn baryton en sib ou saxotromba », Europeana (consulté le 2012-11-09)
  36. André Peyrègne, « Nice : Le piano Pleyel grand patron du palais Lascaris », Nice-Matin,‎ 29 avril 2012, p. 25 (ISSN 0224-5477)
  37. André Peyrègne, « La guitare du palais Lascaris sort de son silence », Nice-Matin,‎ 18 octobre 2010, p. 17 (ISSN 0224-5477)
  38. http://www.musees-mediterranee.org/portail/collections_fiche.php?menu=6&num_musee=133&num_coll2=1298&limit=3#ancre_coll_3
  39. Musée du palais Lascaris, Érard et l'invention de la harpe moderne : 1811-2011, catalogue d'exposition (Nice, Palais Lascaris, 13 mai - 17 octobre 2011) [téléchargement sur le site de la mairie de Nice]
  40. Musée du palais Lascaris, Le Clavier vivant, catalogue d'exposition (Nice, Palais Lascaris, 31 mars - 29 octobre 2012) [téléchargement sur le site de la mairie de Nice]
  41. Sophie Casals, « Nice : Le palais Lascaris enrichit sa collection d'instruments », Nice-Matin,‎ 1er février 2013, p. 7 (ISSN 0224-5477)
  42. Site officiel du projet MIMO (Musical Instrument Museums Online)
  43. Voir rapport final du projet MIMO, pp. 5, 13, 26 et 48 [(en) lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]