Spirobranchus giganteus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le spirobranche-arbre de Noël ou ver-arbre de Noël (Spirobranchus giganteus) est un ver polychète tubicole de la famille des Serpulidae.

Description[modifier | modifier le code]

Spirobranchus giganteus (Christmas tree worm) baby blue.jpg
Christmastreeworm Nick Hobgood.jpg

Ce ver marin benthique, inféodé aux eaux peu profondes des eaux tropicales, autour des récifs coralliens, se loge dans un tube calcaire, encastré dans le corail dur où il se fixe. Il est doté de deux panaches caractéristiques, spiralés et de forme conique. Le ver possède une très grande variété de couleurs : rouge, orange, blanc, bleu, beige, jaune... L'animal peut être autant monochrome que polychrome. Il se nourrit de plancton et de micro particules qu'il attrape grâce à ses deux spirales de tentacules colorés, et qu'il peut rétracter dans son tube calcaire s'il est dérangé, ce dernier pouvant être obstrué à l'aide d'un petit opercule. Ce dernier est rond, coloré et se termine par deux petites cornes caractéristiques. Ses larves, trochophores, font partie du zooplancton et dérivent au gré du courant jusqu'à se déposer sur un corail et s'y développer. Le tube calcaire, caché dans l'anfractuosité du corail, est rarement visible, et se termine par une épine acérée sans doute utilisée dans un but défensif.

On lui doit son nom de sapin de Noël à sa forme spiralée caractéristique, mais aussi à ses couleurs très diverses, évoquant un sapin de Noël décoré.

Symbiose avec les coraux[modifier | modifier le code]

Ce ver tubicole ne vivant que sur les fondations calcaires de certaines espèces de coraux opère avec ces derniers une symbiose étroite.

Tout d'abord, l'association ver/corail peut varier selon le lieu géographique. Ainsi, en titre d'exemple, dans les Caraïbes, la sous-espèce S. g. corniculatus s'associe, dans la majorité des cas, avec le corail Diploria strigosa. Plus généralement, S. giganteus se retrouve surtout sur les coraux massifs tel les genres Montipora ou Porites.

Le corail fournit au ver un logement et, en échange, le ver protège avec son panache de branchies : les polypes qu'il recouvre sont mieux protégés des prédateurs, comme l'étoile de mer Acanthaster planci, redoutable consommateur de coraux en Indo-pacifique. Cette dernière étant dérangée par les mouvements des panaches du ver (qui peuvent l'irriter), elle contourne l'obstacle en évitant les polypes situés autour des tentacules déployés du spirobranche. De plus, ces mêmes mouvements créent une meilleure circulation de l'eau environnante, apportant plus de plancton et de particules au niveau des polypes du corail, que ces derniers consomment, ce qui équilibre la (très relative) perte d'ensoleillement.

Malgré cela, le ver peut devenir, à la longue, un problème pour le corail : en effet le spirobranche, en se posant à l'état de larve sur la fondation du cnidaire, crée un tube droit de calcaire où il vivra. L'animal ne perfore pas le corail ; c'est ce dernier qui, en grandissant, recouvre le tube calcaire. En mourant, le ver laisse un tube vide risquant de fragiliser la structure du corail, le rendant plus vulnérable face aux tempêtes tropicales, aux dragages par des chaluts ou à des attaques d'éventuels prédateurs ou parasites.

Le ver-arbre de Noël est l'un des rares vers tubicoles pouvant vivre plusieurs dizaines d'années, au contraire d'autres espèces sessiles de son ordre, et même de sa classe qui ne vivent que peu de temps. On a estimé que cet animal peut vivre plus de 40 ans. En mourant, le ver laisse une cavité cylindrique vide et profonde, où des petits animaux peuvent se réfugier. De nombreuses espèces de blennies, par exemple, se cachent dans les cavités laissées par les spirobranches.

Sous espèces[modifier | modifier le code]

Il existe deux sous-espèces : Spirobranchus giganteus giganteus, des Caraïbes, et Spirobranchus giganteus corniculatus, de l'Indo-Pacifique.

Distribution[modifier | modifier le code]

Ce ver tubicole vit de la surface à 30 mètres de profondeur de toutes les mers tropicales du monde.

Captivité[modifier | modifier le code]

On le retrouve souvent en aquariophilie marine récifale où il est utilisé comme ornement. Néanmoins, il est très exigeant quant à son mode de vie et ses apports en nourriture planctonique régulière, et sa maintenance en milieu captif est particulièrement difficile.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :