VDSL2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Spectre de fréquence utilisé par le VDSL2 (en bleu)

Le VDSL2 (ou Very high speed Digital Subscriber Line 2) est un protocole de transmission de données à haut débit vers un abonné à travers une paire de cuivre. VDSL2 est le successeur du VDSL. Parmi les améliorations notables, la vitesse maximale théorique passe de 34 à 100 Mbit/s en full-duplex, et la distance entre l'utilisateur et le DSLAM est portée à 3 500 mètres.

La plupart des opérateurs européens ont annoncé des déploiements VDSL2 à grande échelle. En effet, cette technique permet des débits de 50 Mbit/s symétriques pour des investissements dix fois inférieurs à la fibre, en particulier en zone pavillonnaire. En effet dans les zones pavillonnaires (55,8 % de l'habitat en France est un habitat individuel[1]) qui refusent les câbles aériens, le coût du génie civil du VDSL2 représente le meilleur compromis comparativement à la fibre.

Le VDSL2 est une technique standardisée (ITU G.993.2[2]) et plutôt efficace : elle permet d’obtenir une bande passante de 100 Mbit/s à 500 mètres sur une simple paire de câbles de cuivre (en symétrique) de section 4/10 ou 6/10, comme celle utilisée actuellement avec l’ADSL (25 Mbit/s à la source).

Déploiement[modifier | modifier le code]

Beaucoup de pays, dont la Finlande ou l’Allemagne (par exemple) comptent déployer du VDSL2 de façon commerciale.

Belgique[modifier | modifier le code]

La Belgique a commencé son déploiement VDSL2 en avril 2008. L'offre était liée à la télévision IP Belgacom TV en haute définition mais une offre « fast internet » seule est à présent disponible. Fin 2012 la couverture du territoire belge en VDSL2 était de 85 %[3]. En 2010, l'offre commerciale permet d'obtenir 30 Mbit/s à moins de 400 m, 20 Mbit/s entre 400 m et 700 m, 16,5 Mbit/s entre 700 m et 1 000 m et 12 Mbit/s jusqu'à 1 400 m du cabinet de rue (Remote Optical Platform, ROP) et depuis juin 2011 les utilisateurs se trouvant a moins de 300 m peuvent obtenir du 40 Mbit/s voire du 50 Mbit/s lorsque le DLM (Dynamic Line Management) est activé sur la ligne. Le DLM réalise une analyse hebdomadaire des performances de la ligne afin de trouver la vitesse la plus stable. Dans un premier temps activée sur les lignes fonctionnant à 30 Mbit/s, depuis mi-2012 cette technique est progressivement activée sur les lignes ayant d'autres synchronisations excepté le 12 Mbit/s. Mi-2012, 21 000 ROP ont été déployés et plus de 1 000 000 clients VDSL2 sont en service [réf. nécessaire].

France[modifier | modifier le code]

En juin 2012, France Telecom a annoncé le lancement d'expérimentations VDSL2[4]. Membre du Comité Expert Cuivre de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (comme France Telecom), OVH annonce également réaliser ses propres essais VDSL2 à partir du 1er octobre 2012.

En avril 2013, l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (l'Arcep) officialise le lancement du VDSL2 sur le territoire français, les expérimentations précitées étant concluantes[5]. Le déploiement commercial à grande échelle débutera donc dès le 1er octobre 2013[6]. Les principaux opérateurs français (en part de marché) à l'exception de SFR ont déjà déployé un parc de modems compatibles[7],[8],[9]. Free a annoncé, à compter de juin 2013, que le VDSL2 sera disponible pour ses abonnés équipés d'une Freebox Revolution et d'une ligne éligible, des départements de la Gironde et de la Dordogne[10], puis a annoncé en octobre le lancement du VDSL2 sur l'ensemble du territoire[11]. Dans la nuit du 9 au 10 juin 2013, OVH a également basculé ses abonnés éligibles, situés dans l'agglomération bordelaise, vers le VDSL2[12] ; la box fournie est de la marque Technicolor TG 789 et TG 789vn v3.

Le 10 juillet 2014, l'Arcep a étendu l'autorisation du VDSL2 à toute la France et à l'ensemble des lignes cuivre connectées à un nœud de raccordement d'abonnés[13] (NRA).

En France, le VDSL2 ne pourra, selon les sources, rendre le très haut débit accessible qu'à 6 %[14] à 16 % (14,5 % selon l'Arcep[13]) des 31 millions de lignes ADSL de France, car le VDSL2 pour atteindre le très haut-débit (> 30 Mbit/s) nécessite une distance au central téléphonique inférieure à un kilomètre, sauf si un répéteur ou un sous-répartiteur est présent. Enfin le VDSL2 peut offrir des débits d'environ 50 Mbit/s, inférieurs aux très haut débits de 100 Mbit/s (ou plus) offerts par la fibre optique[15] ou l'hybride fibre coaxial (HFC et DOCSIS 3.0). Pour cette raison, le VDSL2 (comme la nouvelle norme G.fast) devrait conduire à la construction de nouveaux centraux (NRA-MeD).

Monaco[modifier | modifier le code]

À Monaco, l'opérateur Monaco Telecom propose depuis juin 2010 la technique VDSL avec un débit de 30 Mbit/s en téléchargement et 2 Mbit/s en chargement pour toute la principauté. La box fournie est de la marque Technicolor TG 789 et TG 789vn v3. Depuis juillet 2014 le débit maximal est de 60 Mbit/s en download et 8 Mbit/s en upload.

Performances[modifier | modifier le code]

Le VDSL2 est très rapide en dessous de 800 mètres. À partir de 2 km, le VDSL2 est équivalent à l’ADSL 2+ au niveau des performances.

VDSL2 Snelheid.gif

Perspectives[modifier | modifier le code]

En 2014, une offre FTTD, fibre optique jusqu'au palier pourrait voir le jour, les derniers mètres seraient alors couverts par une technologie dérivée/de type VDSL2[16]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]