Couche transport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Position de la couche transport dans le modèle ISO et dans TCP-IP

La couche dite de transport constitue la quatrième couche du modèle OSI.

Définition OSI (ISO 7498-1)[modifier | modifier le code]

La couche transport gère les communications de bout en bout entre processus. Cette couche est souvent la plus haute couche où on se préoccupe de la correction des erreurs (exception connue dans le monde IP : utilisation de DNS sur UDP). C'est-à-dire que le service de niveau transport consiste généralement en un service en mode connecté offrant le transfert de messages ou d'octets bruts garantis sans corruption, pertes, réordonnancement, duplication. En particulier, c'est le service offert par les protocoles TCP dans le monde IP et TP4 dans le monde OSI[réf. nécessaire].

En fonction des protocoles, le PDU est appelé « message », « paquet » ou, uniquement dans le cas TCP, « fragment » (ou « segment » en Internet)[réf. nécessaire].

Remarques[modifier | modifier le code]

La section 7.4.4.1.2.1 de la norme indique que le cas service de transport en mode connecté sur service réseau en mode non connecté n'est pas censé être la règle. C'est en revanche le cas dans le monde IP. Cela constitue un autre écart de la pile IP par rapport au modèle OSI. L'avantage de la règle OSI sur la règle du monde IP est évident dans le cas de l'interconnexion d'un réseau filaire et d'un réseau radio. L'incapacité fondamentale de TCP à deviner la cause d'une perte de PDU (en gros : congestion du réseau ou corruption du PDU) faute de retour d'information du niveau réseau, et donc la réaction adéquate à cette perte (responsable de ralentissement des transmissions ou retransmission du PDU manquant) est une des raisons qui le rendent intrinsèquement non optimal.

Quelques protocoles de couche 4[modifier | modifier le code]