Triumph Mayflower

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Triumph Mayflower
Image illustrative de l'article Triumph Mayflower
la Triumph Mayflower

Marque Drapeau : Royaume-Uni Triumph Motor Company
Années de production 1949-1953
Production 34 990 exemplaires
Usine(s) d’assemblage Coventry
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres
Cylindrée 1247 cm3
Boîte de vitesses 3 rapports
Poids et performances
Vitesse maximale 102 km/h
Dimensions
Longueur 4 000 mm
Largeur 1 600 mm
Hauteur 1 500 mm
Empattement 2 134 mm

La Triumph Mayflower est une petite automobile produite par la Triumph Motor Company de 1949 à 1953.

Elle est la première petite voiture produite par Triumph alors en mains de la Standard Motor Company[1]. Ce modèle est animé par un moteur quatre cylindres à soupapes latérales, de 1247 centimètres cubes, conçu avant guerre et modernisé par une culasse en aluminium et un carburateur Solex[1]. Le moteur développe une puissance de 28 kW à 4200 tours par minute. La boîte de vitesses à trois rapports synchronisés avec sélecteur au volant est héritée de la Standard Vanguard[1]. Elle est munie à l'avant d'une suspension indépendante sur ressorts hélicoïdaux et à l'arrière d'un axe monté sur des ressorts à lames, hérité également de la Vanguard. La suspension avant sera reprise ensuite par la Triumph TR2[1]. Des freins hydrauliques Lockheed équipent la Mayflower.

Le véhicule testé par la revue britannique The Motor en 1950 atteignit la vitesse maximum de 102 km/h et était capable d'une accélération de 0 à 80 km/h en 26,6 secondes. La consommation enregistrée pendant cet essai fut de 9,98 l/100 km[2]. Le prix du modèle essayé était alors de 505 £ taxes comprises[3]. La même année, une voiture un peu moins bien équipée la Morris Minor MM était offerte à 382 £[4].

La Mayflower était munie d'une calandre comparable à celle de sa grande sœur, la Triumph Renown et imitant celle de véhicules haut de gamme comme Bentley et Rolls-Royce. Ses concepteurs ayant le secret espoir que cette particularité serait particulièrement appréciée par le marché américain. La carrosserie monobloc est en plaques d'acier assemblées chez Fisher and Ludlow à Castle Bromwich, selon le design de Leslie Moore de chez H. J. Mulliner & Co. à Birmingham et la collaboration de Walter Belgrove de chez Triumph[1].

En 1950, Triumph produisit, en plus des berlines, 10 coupés de la Mayflower[5].

Le style voulu par le directeur de la Standard Motor Co, John Black[1], fut controversé et polarisa les opinions. Bien qu'il eut nombre d'admirateurs, d'autres partageaient par contre l'opinion du chroniqueur de Top Gear, James May, qui la décrivit comme l'une des automobiles les plus laides de tous les temps dans l'un de ses articles.

La Mayflower fut une tentative de créer une petite voiture avec une image haut de gamme, mais elle manqua totalement les objectifs de vente fixés[6] et ne fut produite qu'à 34 990 exemplaires[1],[7].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Robson, p. 134 ss.
  2. Cheetham, p. 70 ss
  3. (en) « The Triumph Mayflower », The Motor,‎ 6 December 1950
  4. (en) « The Morris Minor tourer », The Motor,‎ 23 August 1950
  5. (en) M. Sedgwick, Gillies.M, A-Z of Cars 1945–1970, Devon, UK, Bay View Books,‎ 1986 (ISBN 1-870979-39-7)
  6. Davis, p. 33
  7. http://triumphclubdefrance.com/une-gamme-complete/triumph-davant-1953/triumph-mayflower

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michael Cook, Triumph cars in America, St. Paul, MN : MBI Pub. Co., 2001.
  • Tony Davis, Lemon! : sixty heroic automotive failures, New York, NY : Thunder's Mouth Press, 2005.
  • Craig Cheetham, World's worst cars, New York, NY : Rosen Pub., 2009.
  • Graham Robson, The Book of the Standard Motor Company, Dorchester : Veloce, 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :