Tito Schipa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tito Schipa

Tito Schipa (né le 27 décembre 1888 à Lecce et mort le 16 décembre 1965 à New York) était un ténor italien, compté parmi les plus grands chanteurs d'opéra du XXe siècle, et surnommé « le prince des ténors. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Tito Schipa étudie à Lecce avec Alceste Gerunda, puis à Milan avec Emilio Piccoli. Il débute à Vercelli en 1910, dans le rôle d'Alfredo dans La traviata. Il chante alors dans toute l'Italie, ainsi qu'à Buenos Aires, et s'impose rapidement dans les opéras tels Il Barbiere di Siviglia, L'elisir d'amore, Don Pasquale, La sonnambula, Lucia di Lammermoor, Rigoletto, Faust, Mignon, Manon, Werther, Cavalleria rusticana, L'arlesiana, La Bohème, Tosca, etc.

Remarqué par le chef d'orchestre Arturo Toscanini, il débute à La Scala de Milan en 1915, dans Le Prince Igor. Il parait à Barcelone, Madrid, Lisbonne, et crée à l'Opéra de Monte-Carlo le rôle de Ruggiero de La Rondine de Puccini, en 1917.

Ses débuts américains ont lieu au Lyric Opera de Chicago en 1920, où il chantera régulièrement jusqu'en 1932, puis au Metropolitan Opera de New York de 1932 à 1935. Il passe les années de guerre en Italie. Il fait ses débuts à l'Opéra-Comique en 1946, et chante aussi à Marseille, Nice et Bordeaux. Il quitte la scène en 1955, mais continue de se produire en concert jusqu'en 1963.

Ayant paru en public pendant presque 55 années consécutives, il brilla par son goût raffiné, son élégance vocale et scénique, sa musicalité et son riche éventail de couleurs, ainsi que sa diction aristocratique qui fit de lui un interprète exceptionnel du répertoire de tenore di grazia. Même son plus célèbre rival, Beniamino Gigli, déclara: « Nous devons tous nous incliner devant sa grandeur. »

Schipa s'adonna aussi au professorat, parmi ses élèves les plus célèbres, le ténor Cesare Valletti. Il publia son autobiographie « Si confessa », en 1961.

Sa ville natale l'honore en diffusant, chaque dimanche à midi, sur la place Sant'Oronzo, un des grands airs qu'il a chantés.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jan Schmidt-Garre, Belcanto: the tenors of the 78 era. Part One: Enrico Caruso, Beniamino Gigli, Tito Schipa, Leo Slezak, Joseph Schmidt, Richard Tauber, Euroarts, 1997
  • Harold Rosenthal, John Warrack, Roland Mancini et Jean-Jacques Rouveroux, Guide de l'opéra, Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique »,‎ 1995 (ISBN 978-2-2135-9567-2)