Cesare Valletti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cesare Valletti (Rome, 18 décembre 1922 - Gênes, 13 mai 2000) était un ténor lyrique italien de grande classe, considéré comme le véritable héritier de Tito Schipa, qui fut son maître.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cesare Valletti étudie à Rome avec le grand ténor Tito Schipa. Il fait ses débuts à Bari, en 1947, dans le rôle d'Alfredo de La Traviata. Il est rapidement invité dans tous les grands théâtres d'Italie, où il s'affirme dans le répertoire mozartien et celui du bel canto italien Rossini-Donizetti-Bellini. Il était aussi très apprécié dans les ouvrages de Cimarosa et Fioravanti.

Après ses débuts à La Scala de Milan en 1950, en Almaviva, il parait la même année au Royal Opera House de Londres. Ensuite suivent l'Opéra de Vienne, l'Opéra Garnier, le Palacio de Bellas Artes à Mexico et le Teatro Colón à Buenos Aires, le San Francisco Opera, le Lyric Opera de Chicago et finalement le Metropolitan Opera de New York, le 10 décembre 1953, en Don Ottavio. Il y restera jusqu'en 1960, tout en continuant de se produire en Europe. Il est aussi de tous les festivals, Glyndebourne, Vérone, Florence, Salzbourg, où il chante dans Idomeneo, La donna del lago, La gazza ladra.

En 1955, il participe aux prestigieuses représentations de La Sonnambula à La Scala, auprès de Maria Callas, sous la direction de Leonard Bernstein. Il retrouvera Callas à Londres en 1958 pour une émouvante Traviata.

Son répertoire comprenait entre autres, les opéras suivants; Il matrimonio segreto, Cosi fan tutte, L'italiana in Algeri, La Cenerentola, L'elisir d'amore, Don Pasquale, Linda di Chamounix, L'amico Fritz, Werther, etc.

Valletti mit fin à sa carrière en pleine gloire, dans l'opéra L'incoronazione di Poppea de Monteverdi, au Festival de Caramoor, en 1968.

Après son retrait il se joignit à la compagnie de son beau-père où il devint directeur. Il mourut subitement d'une crise cardiaque alors qu'il suivait une traitement pour le cancer du foie.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Harold Rosenthal, John Warrack, Roland Mancini et Jean-Jacques Rouveroux, Guide de l'opéra, Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique »,‎ 1995 (ISBN 978-2-2135-9567-2)