Francesco Cilea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Francesco Cilea (parfois écrit Cilèa) est un compositeur italien né le 23 juillet 1866 à Palmi (région de Calabre) et mort le 20 novembre 1950 à Varazze (région de Ligurie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Francesco Cilea commence ses études au Conservatoire de Naples (1881-1889) avec Beniamino Cesi pour le piano et Paolo Serrao pour la composition.

Il donne son premier opéra Gina en 1889. Il enseigne le piano (1894-1896) et l'harmonie à l'Istituto Musicale de Florence. Son œuvre marquante est l'Arlesiana d'après Alphonse Daudet, remaniée deux fois, pour ne trouver sa forme définitive qu'à la reprise en 1912 au Teatro San Carlo de Naples. Son Adrienne Lecouvreur reste son opéra le plus connu, créé avec Enrico Caruso. Son dernier opéra est Gloria (1907).

Il dirige le Conservatoire de Palerme (1913-1916) puis le Conservatoire de San Pietro a Majella de Naples (1916-1935).

Il est membre de l'Accademia Musicale de Florence (1898) et fait chevalier de l'Ordre de la Couronne d'Italie (1893).

Proche du vérisme italien dans ses premiers opéras, il s'en écarte ensuite pour faire une orchestration plus limpide en utilisant une écriture vocale plus nuancée.

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Gina (Naples, 9 février 1889),
  • La Tilda (Florence, 7 avril 1892),
  • L'Arlesiana, d'après Daudet (Milan, 27 novembre 1897 - révisé et réduit de 4 à 3 actes et créé à Milan le 22 octobre 1898),
  • Adriana Lecouvreur, d'après Eugène Scribe, son plus célèbre opéra (Milan, 6 novembre 1902 - Covent Garden, 8 novembre 1904 - Metropolitan Opera, 26 novembre 1906),
  • Gloria (Scala de Milan, 15 avril 1907),
  • Il matrimonio Selvaggio (1909).

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

  • Poema sinfonico pour soliste, chœur et orchestre (Gênes, 12 juillet 1913),
  • Trio avec piano (1896),
  • Sonate pour violoncelle et piano (1931),
  • des pièces pour piano et des mélodies.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Suite opere di Francesco Cilèa d'Ettore Moschino (Milan, 1932),
  • Francesco Cilèa e la sua nuova ora de P. Gaiamus (Bologne, 1939),
  • Francesco Cilèa de R. d'Amico (Milan, 1960),
  • Les véristes de Gérard Denizeau (Paris, Bleu Nuit Éditions, 2011).

Source[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire biographique des musiciens de Théodore Baker-Nicolas Sloninmsky (Ed. Robert Laffont).

Liens externes[modifier | modifier le code]