Yann Tholoniat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yann Tholoniat

Description de cette image, également commentée ci-après

Yann Tholoniat

Naissance
Mâcon (France)
Activité principale
Auteur

Yann Tholoniat est un universitaire français, né à Mâcon le . Son domaine de recherche est la poésie britannique romantique et post-romantique. Ses travaux portent en particulier sur des poètes tels que Robert Browning ou Robert Burns. Il est actuellement professeur en littérature britannique à l'université de Lorraine, spécialiste de Robert Browning, de Joseph Conrad et de Robert Burns.

Sa thèse de doctorat[1] a renouvelé la critique de Browning en mettant l'accent sur l'oralité de sa poésie, et a obtenu le deuxième prix de la Recherche de la Société des Anglicistes de l'Enseignement Supérieur (SAES/AFEA) en 2010[2]. La Browning Society de Londres, intéressée par cette approche, en a demandé un compte-rendu en anglais qui a été publié dans son bulletin annuel (The Journal of Browning Studies) de 2011[3].

Il collabore à l'Encyclopédie Universalis[4], où il a écrit l'entrée HOMMES ET FEMMES, livre de Robert Browning[5].

Formation[modifier | modifier le code]

Il fait sa scolarité au Mans, terminale et hypokhâgne au lycée Montesquieu. En khâgne au lycée Clemenceau (Nantes), il intègre l’École normale supérieure (rue d'Ulm) en 1993[6]. Il enseigne comme lecteur de français à Wadham College et à St. Catherine's College (Oxford) en 1994-1995. Parallèlement à un mémoire de maîtrise sur Joseph Conrad (L'Aporia in Joseph Conrad's Lord Jim and Under Western Eyes"), il obtient une licence de philosophie à l'Université de Paris X Nanterre.

Ayant réussi à l’agrégation d’anglais en 1996, il effectue son service militaire comme enseignant en anglais au ministère de la Défense, passe une licence d'histoire.

Avec une bourse de l’Académie française et une autre de la chambre des députés de Berlin[7], il séjourne une année dans la capitale allemande en 1998-1999, où il apprend l'allemand et passe une licence d'espagnol. À son retour, il réalise trois expositions de photographies sur la sculpture et l'architecture à Berlin : « Berlin an 2000 » (École Normale Supérieure, 1999), « Lieux communs, non communs, noms propres » (Centre Culturel de l'Ambassade d'Allemagne, 2001) et « Plasti-cité » (Université du Maine, 2001).

Il soutient sa thèse de doctorat en 2003 : Tongue's Imperial Fiat : les polyphonies dans l’œuvre poétique de Robert Browning, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg,‎ (ISBN 978-2-86820-397-7).

En 2004, il est nommé maître de conférences à l'Université Marc Bloch-Strasbourg 2 (devenue Université de Strasbourg en 2009). Il a publié de nombreux articles sur Robert Browning, Thomas De Quincey, Joseph Conrad, et Robert Burns[8].

Il a soutenu avec succès en décembre 2010 son Habilitation à diriger des recherches (HDR) et a été nommé Professeur de littérature britannique à l'Université de Lorraine en 2012.

Il travaille à un ouvrage sur Robert Burns, intitulé : Robert Burns, la plume et le panache

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Travaux de Yann Tholoniat[modifier | modifier le code]

  • (fr) Yann Tholoniat, « Robert Burns et les Romantiques ; ou, le poète et ses ménades ». RANAM, n° 43, 2010, p. 137-155.
  • (fr) Yann Tholoniat, Tongue's Imperial Fiat : les polyphonies dans l’œuvre poétique de Robert Browning, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg,‎ (ISBN 978-2-86820-397-7), 2e prix de la Recherche SAES/AFEA, 2010.
  • (fr) Yann Tholoniat, « De la voix au théâtre au théâtre de la voix : l’envers du décor poétique de Robert Browning ». Cahiers Victoriens et Édouardiens 67, 2008, p. 421-438.
  • (en) Yann Tholoniat, « Calculated outbursts: exploding the concept of character in Joseph Conrad’s Under Western Eyes ». Hommage à Sylvère Monod, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2007, p. 443-460.
  • (fr) Yann Tholoniat et Christian Auer (éd.), Culture savante, culture populaire en Écosse, RANAM n° 40, 2007, 200 pages – ISSN : 0557-6989.
  • (fr) Yann Tholoniat, « Robert Burns nomothète ». RANAM, n° 40, 2007, p. 79-94.
  • (fr) Yann Tholoniat (éd.). Culture savante, culture populaire dans les pays anglophones, RANAM n° 39, 2006, 260 pages – ISSN : 0557-6989.
  • (fr) Yann Tholoniat, « Doing nothing : Robert Burns et l’ambiguïté de la skholê ». RANAM, n° 39, 2006, p. 91-103.
  • (fr) Yann Tholoniat, « Robert Browning et la mémoire historique : fait, fiction, ou foi ? ». La mémoire historique : interroger, construire, transmettre, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2006, p. 39-47.
  • (es) Yann Tholoniat, « Pío Baroja. El árbol de la ciencia: la sala de disección de España ». Publication électronique. In Mercedes Laguna[9], 2006.
  • (fr) Yann Tholoniat, « Les préliminaires textuels de Robert Browning ». Cahiers Victoriens et Édouardiens, n° 63, 2006, p. 463-479.
  • (fr) Yann Tholoniat, « Du rythme visuel au rythme sonore : la chéironomie browningnienne ». Imaginaires, Presses Universitaires de Reims, n° 11, 2005, p. 117-131.
  • (fr) Yann Tholoniat, « Au miroir déformant du style : trois caricatures de Robert Browning (C. S. Calverley, “The Cock and the Bull”, 1872 ; J. K. Stephen, “The Last Ride Together (From Her Point of View)”, 1891 ; Richard Howard, “Nikolaus Mardruz to his Master Ferdinand, Count of Tyrol, 1565”, 1995) ». Cercles. Revue pluridisciplinaire du monde anglophone. Numéro « Style in the making », n°14, 2005, p. 1-14, « Trois caricatures de Robert Browning » (consulté le 17 août 2011).
  • (fr) Yann Tholoniat, « Point de vue / point de voix dans The Ring and the Book ». Numéro spécial, Studies in Victorian and Edwardian Poetry, Cahiers Victoriens et Édouardiens, n° 60, 2004, p. 95-114.
  • (fr) Yann Tholoniat, « Polyphonie et décentrement dans The Ring and the Book ». Imaginaires, Presses Universitaires de Reims, n° 10, 2004, p. 61-74.
  • (fr) Yann Tholoniat, « Conscience lapsaire et science du lapsus dans “Fra Lippo Lippi” de Robert Browning ». Cahiers Victoriens et Édouardiens n° 59, 2004, p. 251-266.
  • (en) Yann Tholoniat, « “This Amazing Jim-Myth”: From Mythology to Mythography in Conrad’s Lord Jim ». In Lord Jim – Joseph Conrad, ouvrage collectif coordonné par François Gallix. Paris, Ellipses, 2003, p. 57-66.
  • (fr) Yann Tholoniat, « Thomas De Quincey et le paradigme perdu », in Lectures d’une œuvre : Confessions of an English Opium-Eater – Thomas De Quincey, ouvrage collectif coordonné par Jean-Pierre Naugrette, Paris, Éditions du Temps, 2003, p. 93-106.
  • (es) Yann Tholoniat, « 'El álbum' de Juan Carlos Onetti : Castillos en España o en Escocia », publication électronique, in Francisco Robles Ortega, Solo Literatura, « Castillos en España o en Escocia », 2001.
  • (es) Boris Mayer, « Juan Carlos Onetti » (consulté le 17 août 2011), 2002.
  • (de) Yann Tholoniat, « Robert Brownings deutsches Gesicht ». Internationales Studienzentrum Berlin, Jahrbuch 1999, Schriften zur Hochschul-Sozialpolitik, Berlin, Studentenwerk Berlin, 1999, p. 328-343.
  • (fr) Yann Tholoniat, « La « passion pour la France » de Robert Browning », in Ignacio Ramos éd., Curious about France, Berne, Peter Lang, 2014, p. 29-45.
  • (fr) Yann Tholoniat, « L’épreuve de littérature : poésie » et « John Milton, Paradise Lost, Book One », in Poiré, Christophe & Brigitte Zaugg (éds.), Réussir le CAPES externe d’anglais, Nancy, Scérén-C.R.D.P., 2013, p. 31-42.
  • (fr) Yann Tholoniat, « Généalogie générique du monologue dramatique browningnien ; et du monopolylogue », Cahiers Victoriens et Édouardiens, 73 (2011) p. 51-69.
  • (fr) Yann Tholoniat, « The Printed Voice », in Martiny, Erik (éd.), A Companion to Poetic Genre. Londres, Blackwell Publishing, 2011, p. 435-445.
  • (fr) Yann Tholoniat, « Louis Blanc », in Ness, Immanuel (éd.), International Encyclopedia of Revolution and Protest, New York, Blackwell Publishing, 2009, p. 401-402.
  • (fr) (en) « William Blake, Songs of Innocence and Experience », in Pouvelle, Jean-Jacques (éd.), Guide de la littérature britannique. Paris, Ellipses, 2008, p. 111-114.

Traductions d'articles en ethnologie et anthropologie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Max Gluckman. « Analyse d’une situation sociale dans le Zoulouland moderne. » Genèses. Sciences sociales et histoire, « L’observation historique du travail administratif », 72 (2008) 125-155. En ligne : [1]
  • (fr) Rod Watson et Wes Sharrock. « Synthèse ou respécification ? ». In de Fornel, Michel et Lemieux, Cyril (éd.). Naturalisme versus constructivisme, Revue Enquête (Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales), 6 (2007) 101-105.
  • (fr) Michael Herzfeld. « Vers une phénoménologie ethnographique de l’esprit grec. » In Hartog, François et Revel, Jacques (éd.). Les usages politiques du passé. Revue Enquête (Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales), 1 (2001) 39-54.
  • (fr) Neil Asher Silberman. « Structurer le passé. Les Israéliens, les Palestiniens et l’autorité symbolique des monuments archéologiques. » In Hartog, François et Revel, Jacques (éd). Les usages politiques du passé. Revue Enquête (Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales), 1 (2001) 99-116.
  • (fr) Adam Kuper. « Comment nommer les éléments ? Les catégories anthropologiques en Afrique du Sud ». Revue de synthèse, vol. 121, n° 3-4, « Anthropologies, États, Populations », 2000 : 265-290. [En ligne] http://revue-de-synthese.eu/doc/RS_2000b_265-290.pdf.
  • (fr) Richard Hoggart. « Writing about People and Places (Les mots, les gens, les lieux). » In Passeron, Jean-Claude (éd.). Richard Hoggart en France. Paris, BPI-Centre Georges Pompidou, 1999, p. 59-84.
  • (fr) C. S. L. Davies. « Richard III, la Bretagne et Henry Tudor (1483-1485). » In Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 102.4, 1995, p. 33-48, « Richard III, la Bretagne et Henry Tudor (1483-1485) » (consulté en 13ars 2015).

Compte rendu des travaux de Yann Tholoniat[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Ferrieux, « Recent French Scholarship on Robert and Elizabeth Barrett Browning », Journal of Browning Studies, volume 2, The Browning Society, Glasgow et Leicester, éd. Joe Phelan, 2011, p. 71-74.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Yann Tholoniat, Tongue's Imperial Fiat : les polyphonies dans l’œuvre poétique de Robert Browning, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg,‎ (ISBN 978-2-86820-397-7)
  2. « Société des Anglicistes de l'Enseignement Supérieur » (consulté le 20 août 2011).
  3. (en) Robert Ferrieux, « Recent French Scholarship on Robert and Elizabeth Barrett Browning », Journal of Browning Studies, volume 2, The Browning Society, Glasgow et Leicester, éd. Joe Phelan, 2011, p. 71-74.
  4. « Yann Tholoniat et Encyclopédie Universalis » (consulté le 17 août 2011).
  5. « Hommes et femmes », par Yann Tholoniat (consulté le 17 août 2011)
  6. Yann Tholoniat
  7. « Chambre des Députés de Berlin » (consulté le 17 août 2011).
  8. (en) Britta Martens, Victorian Poetry, vol. 47, chap. 3 (« Numéro spécial Robert Browning »).
  9. « Filosofía y Literatura » (consulté le 17 août 2011).