Symphonie nº 6 de Tchaïkovski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie nº 6.
Symphonie nº 6 "Pathétique"
Op. 74
Симфония nº 6 « Патетическая »
Genre symphonie
Nb. de mouvements 4
Musique Piotr Ilitch Tchaïkovski
Durée approximative Aux environs de 45 minutes
Dates de composition 1893
Dédicataire Vladimir Davydov
Création
Saint-Pétersbourg, Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Interprètes Dirigée par Tchaïkovski


La Symphonie nº 6 en si mineur, op. 74, de Piotr Ilitch Tchaïkovski, fut composée entre février et août 1893.

Structure[modifier | modifier le code]

  1. Adagio - Allegro non troppo (si mineur à quatre temps binaires)
  2. Allegro con grazia ( majeur à cinq temps binaires)
  3. Allegro molto vivace (sol majeur à quatre temps ternaires)
  4. Finale. Adagio lamentoso (si mineur puis majeur à trois temps binaires puis quatre à la fin)

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la Symphonie n° 6
Bois
3 flûtes (la 3e prend le piccolo), 2 hautbois, 2 clarinettes (en la), 2 bassons
Cuivres
4 cors (en fa), 2 trompettes (en la et si bémol), 3 trombones (2 ténors et 1 basse), 1 tuba
Percussions
timbales, cymbales, grosse caisse, tam-tam
Cordes
premiers violons, seconds violons, altos, violoncelles, contrebasses

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Elle fut surnommée « Pathétique » (Патетическая en russe) par Modeste Tchaïkovski, le frère du compositeur, en raison du caractère extrêmement tourmenté de l'œuvre. Son frère ayant proposé le sous-titre initial « Tragique », Tchaikovsky le rejeta, avant d'accepter le sous-titre « Pathétique ». En outre, Tchaïkovski avoua, dans une lettre à son frère, avoir beaucoup pleuré en composant cette symphonie. Détail notable, cette symphonie est la première à terminer par un mouvement lent : Adagio lamentoso (si l'on excepte la Symphonie no 45 « Les Adieux » de Haydn qui se termine aussi par un Adagio mais qui se justifie non par choix esthétique comme ici mais pour incorporer le fameux « gag » final : les musiciens quittant l'orchestre les uns après les autres jusqu'à ce qu'il ne reste plus que le premier violon), ce qui renforce encore le côté pathétique de l'œuvre et le sentiment de désespoir. La mort soudaine du compositeur la même année, quelques jours après avoir dirigé la création de cette symphonie, fit courir la rumeur qu'il y avait, comme Mozart, composé son propre requiem. La citation de la messe pour les morts de l'Église orthodoxe dans le premier mouvement est un des éléments qui appuient cette thèse.

La sixième symphonie est dédiée à Vladimir Davydov (le neveu du compositeur) et son exécution dure environ 45 minutes. Pour les extrêmes, l'enregistrement de Léonard Bernstein en 1961 avec l'Orchestre philharmonique de New York dure 58 minutes, et celui d'Oskar Fried en 1931 est bouclé en 39 minutes[1].

La première représentation eut lieu à Saint-Pétersbourg le sous la direction du compositeur lui-même. L'accueil du public fut cependant très mitigé. Ce n'est que trois semaines plus tard, sous la baguette de Napravnik que la Pathétique connut le véritable succès. Malheureusement, entre-temps Tchaïkovski était mort.

On notera qu'en août 1893, Tchaïkovski arrangea une version de sa sixième symphonie pour deux pianos (quatre mains).

Repères discographiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Diapason, mai 2010 p.75

Liens externes[modifier | modifier le code]