Iolanta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Iolanthe
Iolanta
Иоланта
Genre Opéra
Nbre d'actes 1 acte
Musique Piotr Ilitch Tchaïkovski
Livret Modeste Ilitch Tchaïkovski
Langue
originale
Russe
Sources
littéraires
Kong Renés Datter de Henrik Hertz
Durée
approximative
env. 1 h 30 min
Dates de
composition
1891
Partition
autographe
Musée d'État de la culture musicale Glinka, Moscou[1]
Création 18 décembre 1892
Théâtre Mariinsky, Saint-Pétersbourg
Représentations notables
Personnages
  • René, roi de Provence (basse)
  • Robert, duc de Bourgogne (baryton)
  • le comte Vaudémont, chevalier bourguignon (ténor)
  • Ibn-Hakia, médecin maure à la cour du roi (baryton)
  • Alméric, officier du roi (ténor)
  • Bertrand, portier du château (basse)
  • Iolanta, fille aveugle du roi René (soprano)
  • Martha, préceptrice de Iolanta, épouse de Bertrand (contralto)
  • Brigitta, amie de Iolanta (soprano)
  • Laura, amie de Iolanta (mezzo-soprano)
Airs
  • Arioso de Iolanta
  • Arioso du roi René
  • Monologue de Ibn-Hakia
  • Air de Robert
  • Romance de Vaudémont
  • Duo de Iolanta et Vaudémont

Iolanta, op. 69 (en russe, Иоланта[2]), également appelé Yolanta ou Yolanthe, est un opéra en un acte de Piotr Ilitch Tchaïkovski, sur un livret de Modeste Tchaïkovski, créé le 18 décembre 1892 au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg.

Genèse[modifier | modifier le code]

Le 10 mai 1888, Piotr Ilitch Tchaïkovski assiste au théâtre Maly de Moscou à une représentation de Kong Renés Datter (« La Fille du roi René »), pièce en un acte du dramaturge danois Henrik Hertz créée en 1853 et que lui-même avait lu vers 1883. Très ému par la jeune actrice Elena Konstantinova Leshkovskaïa qui joue Iolanta, il décide d'adapter la pièce en opéra et charge son frère Modeste de rédiger le livret.

Début 1891, le directeur des Théâtres impériaux, Ivan Vsevolojski, lui demande de composer un ballet en deux actes (Casse-noisette) et un opéra en un acte pour le mois de décembre. C'est l'opportunité pour Tchaïkovski de proposer le sujet de Iolanta. Pendant l'année 1891, Tchaïkovski est invité aux États-Unis pour l'inauguration du Carnegie Hall, ce qui retarde considérablement la composition des deux œuvres au point de devoir repousser la date de la première représentation d'un an.

Après le grand projet qu'avait constitué son dernier opéra La Dame de pique, Tchaïkovski s'inquiétait d'un éventuel épuisement de son inspiration créatrice. Il commence la composition de Iolanta par le duo final en juin 1891 et, malgré ses inquiétudes, la termine en septembre, travaillant à l'orchestration de novembre à décembre.

Prévu pour être joué en première partie d'une soirée de gala, suivi du ballet Casse-noisette, l’œuvre est représentée pour la première fois le 18 décembre 1892 au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, sous la direction d'Eduard Nápravník, dans les décors de Mikhaïl Ilitch Botcharov.

Totalisant onze représentations, l'œuvre fut bien accueillie même si Tchaïkovski estima qu'il se répétait, la comparant notamment à son opéra L'Enchanteresse.

Argument[modifier | modifier le code]

L'action se situe en Provence au XVe siècle

La princesse Iolanta (Yolande), née aveugle, vit protégée du monde dans le château de son père, le roi René. Pour ne pas l'affliger, il impose que sa cécité lui soit cachée. La jeune fille jouit de la nature, du parfum des fleurs, des gazouillis des oiseaux et des chants de sa préceptrice et de ses amies. Rien ne lui manque.

Le roi demande au médecin maure de sa cour s'il existe un remède pour guérir sa fille. Le docteur informe qu'il faudrait que Iolanta se rende compte de sa cécité et désire voir pour être guérie. Le roi hésite à suivre ce conseil.

À l'occasion d'une partie de chasse, le duc Robert, promis de la princesse, et le chevalier Vaudémont se perdent et escaladent le mur qui mène au jardin de Iolanta, qu'ils rencontrent. Vaudémont en tombe immédiatement amoureux. Il demande à Iolanta de choisir pour lui une rose rouge, mais elle choisit deux fois une rose blanche. Vaudémont comprend alors qu'elle est aveugle et essaie de lui expliquer la couleur et la lumière. La princesse écoute émerveillée mais ne comprend pas la nécessité de voir, puisqu'elle ignore le sens de ce mot.

Le roi, arrivant sur les lieux, est d'abord furieux contre le chevalier qui a trahi le secret. Le médecin le rassure en lui disant que désormais consciente de son mal, la princesse peut guérir. Pour tromper la jeune fille, le roi menace de mort le chevalier, à moins que Iolanta ne guérisse. La princesse demande alors un remède au médecin, et sa volonté de guérir la délivre de la maladie. Le roi accepte de donner sa fille en mariage à Vaudémont, le duc Robert lui ayant révélé en aimer une autre.

Distribution[modifier | modifier le code]

Rôle Nom en russe Tessiture Créateur
René, roi de Provence Рене basse Konstantin Serebriakov
Robert, duc de Bourgogne Роберт baryton Leonid Yakovlev
le comte Vaudémont, chevalier bourguignon Водемон ténor Nikolaï Nikolaïevitch Figner
Ibn-Hakia, médecin maure à la cour du roi Эбн-Хакиа baryton Arkadi Tchernov
Alméric, officier du roi Альмерик ténor Vassili Karelin
Bertrand, portier du château Бертран basse Yalmar Frei
Iolanta, fille aveugle du roi Иоланта soprano Medea Ivanovna Mei-Figner
Martha, préceptrice de Iolanta, épouse de Bertrand Марта contralto Mariya Danilovna Kamenskaïa
Brigitta, amie de Iolanta Бригитта soprano Aleksandra Runge
Laura, amie de Iolanta Лаура mezzo-soprano Mariya Dolina
Dames de la Cour, amies de Iolanta, suite du Roi, régiment du duc de Bourgogne, hommes d'armes Chœur, rôles muets

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation de Iolanta
Bois
3 flûtes (la 3e prend le piccolo), 2 hautbois, 1 cor anglais, 2 clarinettes (en si bémol et la), 2 bassons
Cuivres
4 cors (en fa), 2 trompettes (en si bémol et la), 3 trombones, 1 tuba
Percussions
Timpani
Cordes
2 harpes, premiers violons, seconds violons, altos, violoncelles, contrebasses

Numéros musicaux[modifier | modifier le code]

Introduction
  1. Scène
    1-a. Arioso de Iolanta
  2. Scène et chœur
  3. Scène et chœur
  4. Scène
    4-a. Arioso du roi René
  5. Scène
    5-a. Monologue de Ibn-Hakia
  6. Scène
    6-a. Air de Robert
    6-b. Romance de Vaudémont
  7. Scène et duo
  8. Scène
  9. Final

Airs célèbres[modifier | modifier le code]

  • Arioso de Iolanta : « Отчего это прежде не знала » (« Pourquoi n'ai-je pas souffert autrefois ? »)
  • Arioso du roi René : « Господь мой, если грешен я » (« Seigneur, si j'ai péché »)
  • Monologue de Ibn-Hakia : (« Два мира » (« Il y a deux mondes »)
  • Air de Robert : « Кто может сравниться с Матильдой моей » (« Qui peut égaler ma Mathilde ? »)
  • Romance de Vaudémont : « Нет! Чары ласк красы мятежной » (« Non ! Les charmes de la beauté agitée ne me disent rien »)
  • Duo de Iolanta et Vaudémont : « Чудный первенец творенья » (« Je ne comprends pas ton silence »)

Représentations notables[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Iolanta est le dernier opéra de Tchaïkovski, écrit dans les mois qui précèdent la mort du compositeur dans des conditions pas encore tout à fait éclaircies. Le livret peut être interprété à plusieurs niveaux. Iolanta est-elle l'allégorie de l'artiste vivant dans son monde de rêve, protégé de la réalité ? Est-elle le pendant féminin de Tchaïkovski ? Lui-même a en effet dû vivre caché dans une société intolérante, en raison de son homosexualité.

D'un autre point de vue, le Roi représente le principe d'autorité, il ne veut pas laisser sa fille connaitre la vérité. Pour le médecin en revanche, la connaissance de la vérité est une condition de la guérison de Iolanta. Les principes autoritaires du Roi auraient été appliqués si le médecin n'était pas intervenu, à plusieurs reprises, en faveur de Iolanta. L'amour triomphe finalement.

Annexes[modifier | modifier le code]

Le compositeur russe s’est inspiré pour son œuvre d’un personnage qui n’est autre que Yolande d'Anjou, mère du Duc René II de Lorraine, d’après le roman La fille du Roi René, d’Henrik Hertz, traduit par Fyodor Miller et adapté par Vladimir Zotov.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conducteur, sauf le n° 6-a
  2. Prononcer Yolanta, ou Yolanda ainsi que l'écrit Tchaïkovski à son frère Modeste le 1er novembre 1891, le prénom français original étant Yolande.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]