Stilbite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stilbite
Catégorie IX : silicates[1]
Stilbite - Nasik Inde - (Monocristal 10 cm)

Stilbite - Nasik Inde - (Monocristal 10 cm)
Identification
Couleur incolore; blanc perle; blanc; gris; jaunâtre; rose; rougeâtre; rouge; orange; brun; jaune; brun jaune
Classe cristalline et groupe d'espace Prismatique – 2/m
Système cristallin monoclinique
Macle sur [001]
Clivage Parfait sur [010]
Cassure irrégulière à conchoïdale
Habitus radié; massif; globulaire; lamellaire; agrégat; tabulaire; prismatique; éventail; subparallèle; gerbe.
Échelle de Mohs de 3,5 à 4
Trait blanc
Éclat vitreux; nacré; soyeux
Propriétés optiques
Indice de réfraction a=1.479-1.492, b=1.485-1.5, g=1.489-1.505,
Biréfringence Biaxial (-) ; 0.0100-0.0130
Dispersion 2vz ~ 22-79
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence transparente à translucide
Propriétés chimiques
Densité 2,19 à 2,2
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La stilbite est un minéral du groupe des silicates sous-groupe des tectosilicates, de la famille des zéolites qui se subdivise en deux espèces distinctes : la stilbite-Ca et la stilbite-Na.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

C'est Jean-Godefroy Schreiber en 1791 qui a en fait la découverte dans l'Oisan, on doit également à ce naturaliste la découverte de l'anatase, et de l'axinite. L'espèce a été décrite par René Just Haüy en 1796. Du grec "stilbein" qui signifie briller, en allusion à son éclat vif[2]. Toutefois le nom stilbite est antérieur ; Axel Frederik Cronstedt dès 1756 a inventé le terme zéolite (du latin zein « bouillir ») ; en chauffant des cristaux de stilbite, au chalumeau il obtenait un « verre écumeux »[3].

Synonymie[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux synonymes [4]


Stilbite peut également être un synonyme

  • stilbite ou stilbite anamorphique est synonyme d'heulandite pour les auteurs de la première moitié du XIXe siècle.

Les espèces[modifier | modifier le code]

  • Stilbite-Ca Slaughter, M. (1970) [12]
Formule : NaCa4Al8Si28O72·30(H2O)
Masse moléculaire : 2,877.96gm
Topotype : Alpes Dauphinoises France
  • Stilbite-Na Slaughter, M. (1970)
Formule : Na3Ca3[Al8Si28O72]·n(H2O) (n=28-32)
Masse moléculaire : 2,883.86gm
Topotype : Capo Pula, Cagliari, Sardaigne, Italie.

Variété[modifier | modifier le code]

  • hypostilbite : Variété de stilbite en globules blancs, d'un éclat mat, dont la cassure est fibroradiée à fibres très fines.
  • puflérite : Variété en agrégats sphériques, nommée d'après le lac Pufler, Alpes tyroliennes.
  • sphérostilbite (François Sulpice Beudant) : Variété de stilbite en globules blancs, d'un éclat nacré et très-brillants, dont la cassure est fibroradiée.

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Gîtologie 
dans les cavités amygdaliennes des basaltes.
dans les veines hydrothermales de basse température.
Minéraux associés 
apophyllite, babingtonite, calcite, heulandite, natrolite, quartz et de nombreuses zéolites.

Galerie France[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Allemagne
St Andreasberg, Revier Saint-Andréasberg, Harz, Basse-Saxe [13]
  • États-Unis
Cascadia, Comté de Linn, Oregon[14]
  • France
Dans les Alpes
Saint-Christophe-en-Oisans, Isère[15] Très probable topotype d'Haüy.
Aiguille de la Balme, Massif de la Lauzière, Savoie[16].
Dans les pyrénées
Saint-Béat Haute-Garonne.
Vallée d'Aure, Hautes-Pyrénées [17]
  • Canada
British Canadian mine, Black Lake, Mégantic Co.,Québec[18],
  • Inde
Nasik District, Maharashtra
  • Italie
Palue, Rocca Piétore, Belluno, Vénétie[19],

Galerie Monde[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Haüy R.J. (1796), Journal des mines, 5, 276.
  3. Mercure de France1797
  4. « Index alphabétique de nomenclature minéralogique » BRGM
  5. The relation of stellerite and epidesmine to stilbite: Min. Mag.: 25: 271-276; …(abstract): Am. Min.: 24: 63 (1939).
  6. Traité de minéralogie Par Armand Dufrénoy Tome 4 1859 P.
  7. Shepard,Am. J. Sei., II. xL 110, 1865.
  8. Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle Tome 36, Par Charles S. Sonnini p.378 1851
  9. traité élémentaire de minéralogie, suivant les principes du professeur Werner 2 volumes à Paris an IX
  10. Jean-Claude Delamétherie : Thèorie de la Terre, T1&2
  11. Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle Tome 36, Par Charles S. Sonnini p.379 1851
  12. Crystal structure of stilbite: American Mineralogist: 55: 387-397.
  13. Klaproth, M.H. (1797): Untersuchung des Kreuzsteins vom Harz, Beiträge zur chemischen Kenntniss der Mineralkörper, Zweiter Band, Rottmann Berlin, 80-83
  14. Micro Probe Volume VI Number 4
  15. Essai de géologie, ou, Mémoires pour servir a l'histoire naturelle du globe, Par Faujas-de-St.-Fond P.510 1809
  16. DE ASCENCAO GUEDES R., VALANGE S. et GABELICA Z. (2002). L’heulandite de La Gorraz, Pussy, massif de La Lauzière, Savoie. Le Règne Minéral n°45, pp. 18-21. Editions du Piat.
  17. DE ASCENCAO GUEDES R., CASTERET A. & GOUJOU JC. (2002) Aperçu minéralogique de la vallée d'Aure, Hautes-Pyrénées, Le Règne minéral, 47, 5-21. (in french)
  18. GAUDARD, S. (1993) Voyages au cœur des Appalaches. Published by: Musée Minéralogique et Minier de la région de l’amiante, Thetford Mines, Québec, 178 p.
  19. Del Caldo, A., Moro, C., Gr amaccioli, C.M., Boscardin, M. (1973): Guida ai Minerali, Fabbri Ed., Milano, 208 pp.

Sur les autres projets Wikimedia :